Actualités

 Actualités de l’Association

Tous les actions présentées ci-après, ont un lien entre elles, par la  volonté de notre Association ETEM de mettre en valeur  notre territoire, le « Pays de Rance-Emeraude, un territoire entre terre et mer, des gens de caractère ». Son existence et son histoire se sont imposées à nous après avoir été alimentées par une réflexion en amont, beaucoup de lectures  et une écoute continue, voire un soutien sur le terrain. Plus de 3000  interlocuteurs rencontrés depuis plus de cinq ans, des deux côtés de la Rance. Notre présence sur le terrain est notre alimentation quotidienne, elle en est amplifiée par le réseau de nos adhérents et sympathisants. Ensemble nous écrivons un nouveau livre d’histoire(s) de notre territoire, avec la perspective de nous donner plus d’envie d’avenir pour ce pays « entre terre et mer, des gens de caractère » ! Bonne lecture.

 

 

– 22 novembre 2020 : Nouvelles du Commandant O’Neill : Avec un tel temps, ce ciel et ces couleurs bretonnes, la vedette se trouve bien en ce lieu magique du chantier de La Passagère, où on peut, en toute sérénité, la « bichonner ». Elle ne demande qu’à appareiller vers le large.  André, un Commandant très impatient, a prévu de faire un essai de navigation avec Julien dimanche 29 ou lundi 30 au matin, puisque il y aura l’eau (de jour) pour cela.  

 

 

– 20 novembre 2020 : Projet Aleph : Bonne nouvelle :  l’Institut national de l’environnement industriel, INERIS, dans une note du 19 novembre, vient de disqualifier brutalement toutes les techniques connues de traitement de l’air intérieur. . Voir le lien ci-après https://mail.google.com/mail/u/0? 1: Ces technologies ne montrent aucun effet de destruction efficace contre les virus et la Covid en particulier. 2: Elles peuvent au contraire  avoir des effets indésirables.

Du côté ALEPH à l’inverse : 1: La technologie de lumière pulsée (non citée par INERIS) est efficace contre les germes de toute nature et en particulier les Virus. Covid inclus. (Test passés, récents en Chine dont COVID et en cours en France auprès du CEA et de l’Institut Pasteur) 2: Nos systèmes développés en élevage permettent pour la première fois dans le monde de corréler de manière statistique et sur des centaines de milliers d’individus des paramètres d’environnement (avec et sans traitement) et les données biologiques. Pas d’effets indésirables sur le vivant, bien au contraire ! 3: Les résultats obtenus et montrés en situation d’exploitation avec des pilotes et démonstrateurs dans des bâtiments d’élevage en Suisse, ont amené l’enregistrement des premières commandes commerciales. 

 
 

 

 

– 19 novembre 2020 : CathédralOscope : « Vivre l’expérience médiévale à Dol de Bretagne :  Suite à notre « Actualité » parue le 12 novembre dernier sur le projet, plusieurs membres de l’Association nous ont manifesté un vif intérêt à participer à la réflexion, sur le positionnement en terme de marketing, de ce challenge de faire de DOL, la place où « serait donc, par analogie avec l’expérience médiévale, de vivre l’apprentissage, pour l’homme, d’une harmonie à reconstruire entre les différentes composantes de notre réalité contemporaine « insensée ». Olivier Delépine, directeur du CathédralOscope, très sensible aux retours enregistrés, nous propose de réunir ceux qui voudront bien partager leurs idées et les apporter à l’engrenage des apports de chacun à une réflexion partagée, jamais simple mais toujours positive pour le projet. Nous envisageons de tenir la rencontre durant une demi-journée, à Dol dans les locaux CathédralOscope, ce, dès que les conditions sanitaires le permettront. Nous vous informerons des modalités de cette réunion d’échanges, dès que nous serons en mesure de l’organiser.

 

 

– 12 novembre 2020 : Réunion de travail au CathédralOscope à Dol : Poursuite de nos réflexions sur le projet :  » Vivre l’expérience médiévale à Dol de Bretagne » . Débriefing des échanges avec Olivier sur la nature et l’évolution du concept commercial global après présentation d’un deuxième parcours situé dans l’imaginaire cathédrale et intitulé :  » Les Chemins du Graal « .

Remarquable travail, très documenté et très richement illustré. La question est de savoir si et comment ce deuxième parcours imaginaire pourrait s’inscrire concrètement, conceptuellement et sémantiquement, dans l’offre globale dont les trois composantes, une cité, une cathédrale, un CathédralOscope sont trois réalités physiques. Il peut y avoir source de confusion pour les visiteurs avec un risque affirmé de voir ce deuxième parcours « cannibaliser » les autres par la puissance de son message. En revanche, il peut participer à positionner un peu plus le CathédralOscope dans un contexte plus riche, permettant de proposer une offre à la journée pour les visiteurs.
Pour l’homme médiéval et à fortiori le bâtisseur de Cathédrale, la réalité était usuellement duale, les réalités terrestres étant le décalque des réalités célestes.
Elle touche à la fois et en toute synchronicité au matériel et au divin. Cette dualité d’être est fondamentale. La leçon médiévale à Dol serait donc, par analogie avec l’expérience médiévale, l’apprentissage, pour l’homme, d’une harmonie à reconstruire entre les différentes composantes de notre réalité contemporaine « insensée ». Un beau challenge qui demande encore beaucoup de travail et de réflexion pour le réussir en terme de marketing. A suivre.

 

 

– 6 novembre 2020 : Première belle rencontre en bord de Rance à Saint-Malo :  Initiée par les informations que nous avons diffusées sur la « renaissance » de l’AB1-Le Commandant Jean O’Neill, ce fut une double belle découverte. Celle d’échanger avec l’un des anciens capitaines de la vedette, Pierre Béauce, que nous inviterons à piloter dès que les consignes sanitaires nous permettrons de nous déplacer. Celle ensuite de rencontrer Vincent Lemaire, photographe dinardais  passionné, arpentant les cimetières marins des bords de Rance, parmi lesquels celui de la Passagère où renaît  l’AB1. « Vincent Lemaire en saisit la lente disparition. Il photographie l’éphémère en lui donnant une charge poétique, privilégiant souvent le noir et blanc qui met à nu la composition, révèle l’âme, et
débride l’imaginaire. Il exprime toutes les nuances des sentiments dans de subtils cadrages et des éclairages naturels qui font de ses photographies des moments de rêve et d’émotion ».
Françoise Wasserman, conservatrice de musée, Inspirée par les photographies de Vincent Lemaire nous propose des textes d’une grande pudeur et d’une poésie touchante.
Photographe et auteur font revivre ces « âmes mortes », subliment l’expression créative et les cris de colère d’artistes du Street Art, et nous offrent un message d’une étonnante modernité en résonance singulière avec l’actualité, notamment celui de la renaissance mémorielle par le livre ou réelle par la belle réhabilitation de l’AB1.  


Un très bel ouvrage de plus de 100 photographies, chez l’éditeur « l’Ephémère », consacré aux épaves de bateaux des rives de la Rance : « Les belles endormies du bord de Rance ».
Parution décembre 2020 : VINCENT LEMAIRE photographies et FRANÇOISE WASSERMAN  texte.
Format relié 30×22 – 128 pages – Prix : 35 € – ISBN : 978-2-95750-830-3.
Les commandes sont à adresser à vincentlemaire@wanadoo.fr (paiement par chèque ou Paypal). Livraison gratuite avant Noël pour les commandes passées avant le 25 novembre.

 

 

– 3 Novembre 2020 : nouveau projet « HEOL », réunion à Saint-MaloCe projet nouveau, présenté pour la première fois à notre assemblée générale, est porté par Julien Reemers, le « patron du chantier naval « La Passagère ». Il est parrainé et accompagné par la Confédération des commerces du Pays de Saint-Malo et ETEM. Il s’agit d’un projet de territoire, ambitieux, aux valeurs fortes, celles de la qualité de l’accueil et du sens du service de proximité. Innovant, contribuant au développement durable sur le territoire de Saint-Malo, il est construit pour créer une activité pérenne de la course au large à Saint-Malo. Créer une nouvelle filière industrielle créatrice de nouveaux emplois de qualité  et de développement de l’activité de commerce et des services.. La démarche est originale : acheter un ancien  bateau de course, le transformer en bateau laboratoire pour mettre en oeuvre trois innovations technologiques majeures et participer à la Route du Rhum, en classe Rhum. L’objectif : améliorer la qualité de la sécurité du bateau, celle du skipper, les conditions de navigation et celle de la durabilité des matériaux et équipements. A suivre, nous aurons l’occasion d’y revenir au fur et à mesure de l’état d’avancement des travaux poursuivis ce jour.

 

 

– 30 Octobre 2020 : Départ d’une nouvelle vie pour l’AB1-Commandant Jean O’Neill  à Quelmer – Saint-Malo, au chantier naval La Passagère. Vous trouverez ci-après le lien pour accéder à l’article du Pays Malouin du 20 octobre : Après 44 ans d’arrêt, l’AB1 va reprendre la mer (cliquer  sur le lien).  Nous vous joignons également la planche de photos vous donnant une bonne idée de la réalité de la renaissance de la vedette. Bravo à André, notre vice-président porteur de ce projet et son équipe. C’est une magnifique aventure qui va réveiller bien des souvenirs à beaucoup de malouins qui l’ont connue et pratiquée jusqu’avant l’ouverture de la route du barrage.

 

 

– 30 Octobre 2020 : Parution dans le Paysan breton de deux articles traitant du Pacte de Montmuran : l’auteur Didier Ledu, qui avait déjà rendu compte de notre première réunion en 2018, après avoir rencontré à nouveau, Bernard de la Morinière et Jean-Yves Delaune, quelques semaines avant la prochaine réunion prévue en décembre 2020, a produit deux articles très intéressants à lire : « Rendez-vous bout de champ du futur ; Connaissance contre décroissance » et « Créer des chaînes de valeur sur le territoire ». Ces deux articles vous sont communiqués sur ce lien.

En « sus », nous vous joignons également son article remarquable : « Dans les pas de Bertrand du Guesclin » : C’est en effet au Chateau de Montmuran, sur les communes des Iffs (35) que les « savanturiers » ont scellé leur « pacte ». A l’endroit même où le connétable du Guesclin, fut adoubé chevalier. Notre valeur fondamentale, celle que notre association porte est ici très bien illustrée , valoriser le passé pour nourrir l’avenir ou, comme le disait le poète, « il n’ y a pas d’avenir sans mémoire de l’histoire ».  La communauté de valeurs et de vaillance que partagent aujourd’hui, « entre terre et mer, des gens de caractère », d’une Bretagne du XXI siècle qui se reconnait dans la détermination et l’audace du célèbre chevalier-connétable du Guesclin. A lire assurément.

 

– 28 Octobre 2020 : Pacte de Montmuran : nouvelle visite à Saint-Brieuc des IffsCette fois-ci nos sommes rassemblés, autour de Jean-Michel Baudouin pour faire un tour complet de l’état de fonctionnement des deux bâtiments d’élevage, l’un équipé du système Aleph et  l’autre sans, pour constater et mesurer concrètement l’efficience du système Aleph sur un élevage de canard. Eloquent ! Les constats sont unanimes : Habituellement plus d’une heure dans un bâtiment en canards oblige le passage par la case douche et machine à laver à plusieurs reprises pour retirer les odeurs même malgré les combinaisons. Non seulement pas d’odeurs, pas de poussières, une hydrographie très saine… et des canards « très zen » ! 

 

– 27 octobre 2020 à Plouer/Rance : rencontre entre les dirigeants du CEPR et ceux d’ETEM : Suite à nos assemblées générales respectives qui ont conduit à des changements au sein de nos équipes, il était utile de faire un point. Cette rencontre s’est passée dans un climat très agréable et constructif. Nous avons pu confirmer notre volonté de continuer de partager notre souci de nourrir le territoire en forces de propositions créatrices de valeurs, de facultés nouvelles d’entreprenariat et d’entrepneuriat solidaire et collectif. Nous avons prévu, sous réserves des conditions sanitaires d’organiser une prochaine réunion de présentation des projets d’ETEM au nouveau Conseil d’Administration du CEPR

 

 

– 21 Octobre 2020 : Suite à notre Assemblée Générale, Interview de notre Président à Radio Parole de vie. Vous trouverez ci-après les liens vidéo et radio sur lesquels nous vous proposons de cliquer : lien audio  lien vidéo

 

 

 

18 Octobre 2020 : Pacte de Montmuran : Visite cet après-midi, de la première installation d’Aleph dans un bâtiment d’élevage de canards en  France, en Bretagne, à Saint-Brieuc des Iffs (voir photos jointes). Deux bâtiments sont suivis en parallèle, l’un non équipé, 11 000 animaux et l’autre équipé par le système Aleph, 16 000 animaux. Nous avons pu mettre en route ce premier équipement, après ceux en Suisse, grâce au savoir faire de deux entreprises proches de Rennes, Leroy et Sodalec. Nous allons pouvoir suivre en temps réel l’évolution de l’atmosphère dans lesquelles les animaux vont grandir (taux d’ammoniac, de CO2, importance et nature des poussières…). Dès aujourd’hui on a pu « constater » et enregistrer des éléments très intéressants et encourageants, comme en Suisse. Ce peut être, en cas de confirmation de nos hypothèses, l’occasion de construire une nouvelle filière industrielle.

Une nécessité et un axe important du Plan de relance. A suivre donc.

 

 

– 17 octobre 2020 : A.G.O. de notre association ETEM à  l’Hôtel de l’Univers à Saint-Malo : Précédée par celle de l’association Vivons Ensemble, à laquelle nous avons participé, nous pouvons vraiment nous satisfaire de sa tenue, malgré les circonstances du moment. Un bonne participation, une très belle écoute et une approbation à l’unanimité  avec quitus, donnée par les membres présents (27) et pouvoirs reçus (25) de vote, à l’ensemble des documents présentés, rapport moral, bilan financier, et renouvellement du Conseil d’Administration. Le rapport d’activité présenté fut un mixte de l’exercice 2919 et de celui engagé en 2020. Chaque projet a été présenté par chacun des porteurs, tant en ce qui concerne l’état de leur avancement  respectif que les perspectives. Nous reviendrons très prochainement vers vous pour vous en faire un retour synthétique. Ce fut un moment très enthousiasmant  et très contrasté par rapport à l’ambiance anxiogène, déprimée qui règne en général. Vous recevrez très prochainement l’ensemble des documents présentés à l’A.G.O accompagné par une présentation synthétique de chacun des projets présenté. A suivre.

 

 

– 17 octobre 2020 : Participation à l’AG.O. de l’association Vivons ensemble qui porte le projet : « Des maisons familiales pour nous aînés »  :  Vous trouverez ci-après le lien avec l’article paru dans le Pays Malouin sur le sujet, très complet :  https://actu.fr/societe/le-projet-fou-d-une-association-faire-vivre-sous-un-meme-toit-cinq-seniors-et-une-famille_36964229.html 

 

 

– 13 octobre 2020 : Deuxième présentation du projet Aleph à l’Elysée : Nous avons pu obtenir un nouveau rendez-vous de présentation à l’Elysée du projet Aleph. En effet ,il était important pour nous, qu’après notre première rencontre le 11 juin, et de l’état actuel d’avancement  du déploiement du projet, que Jean-Michel Beaudouin soit reçu personnellement et présente lui-même, au cabinet du Président, sa vision d’Aleph et ses déploiements possibles.Ce fut une rencontre très fructueuse : Selon le conseiller technique de l’Elysée, cette  » mise en relation a permis effectivement, de découvrir une technologie qui paraît très prometteuse. Comme vu avec Jean-Michel, Beaudouin, nous allons travailler sur des next steps d’applications sur la covid-19″. Les nouveaux Aleph, industrialisés, normés, certifiés sont infiniment plus efficaces que les prototypes rustiques d’origine testés avec succès dans le passé sur COVID 229E et SARS 1. Parce que c’est l’effet photomécanique du procédé qui dilacère bactéries et virus, nous savons pour l’avoir mesuré sur des gouttelettes d’huile (DEHS) que les nouvelles machines sont encore plus efficaces de 1 à 2 Log sans augmentation de la consommation électrique de l’ordre de 1W pour 100 m3 d’air décontaminés. Il s’agit de pouvoir le montrer et certifier l’efficacité de ses effets directement sur la Cocid 19 et ce, au plus vite. C’est l’objet de la démarche à conduire, aujourd’hui engagée. A suivre donc.

 

 

– 9 et 10 Octobre : Participation aux 6èmes Rencontres « Art et Science » de Saint-Malo :  Cette année a traité du « génie de bâtisseurs », comment conquérir et s’approprier l’espace, celui ancien et celui futur. Les différents intervenants rassemblés par Françoise Piétry, conseillère scientifique, ont traité avec passion du sujet, n’hésitant pas à nous initier à l’apport des sciences cognitives numériques, l’intelligence artificielle…, pour connaître et expérimenter de nouvelles approches des bâtisseurs.  Trois d’entre eux ont retenu particulièrement notre attention pour les interpeller sur  l’accompagnement éventuel qu’ils pourraient apporter à Olivier Delépine et ses projets de développement du Cathédraloscope, projets que nous soutenons. Nous allons prendre contact avec eux.  A suivre.

 

 

– 8 Octobre 2020 : Première rencontre au Manoir de la Goëletterie : Cela faisait un certain temps que nous souhaitions découvrir ce site, compte-tenu des projets que nous avons sur les sites de la Houbarderie et du chantier naval de la Passagère. Situé en bord de Rance, proche d’Intra Muros et d’Alet, ce manoir breton du XVIIIème siècle, réhabilité et valorisé par la construction de bâtiments à l’architecture épurée, regroupés en hameau, propose une capacité d’accueil de 120 lits au coeur d’un parc de 2,5 ha. Grâce à ces installations, l’association Centre de vacances de l’Aurore (CVA), gérante du manoir, propose une diversité d’hébergements intéressante et la capacité de disposer d’une restauration de qualité, « faite maison », valorisant les produits du terroir. Ce site entre tout à fait dans notre souci de valoriser le patrimoine de notre territoire, en le rendant acteur du territoire Rance Emeraude, ce « territoire entre terre et mer construit par des gens de caractère ». Un lieu particulièrement intéressant pour être associé à nos projets en cours d’élaboration. Auparavant nous essaierons d’en savoir plus sur l’histoire du Manoir de la Goëletterie. A suivre donc.

 

 

– 6 Octobre 2020 : Du côté du chantier naval de la Passagère : première réunion de travail avec le Président de la Fédération du Commerce du Pays de Saint-Malo et notre Association sur le projet de développement d’un nouveau « navire laboratoire de transition » pour participer à la prochaine édition de la Route du Rhum dans la classe Rhum. Voir infra en date du 22 septembre. Nos deux associations liées entre elles par une adhésion croisée, sont décidées à accompagner Julien Reemers, le porteur du projet, à rassembler les énergies possibles et à réunir les financements nécessaires. A suivre..

 

 

– 3 Octobre 2020 : Projet « Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos ainés » : Participation au Conseil d’Administration de l’Association qui a décidé de tenir son A.G.O, le même jour que celle d‘ETEM, le 17 octobre à 14 h 30. Celle-ci commencera dans les mêmes lieux (Hôtel Univers à Saint-Malo) à partir de 16 h 00. C’est  la manifestation claire des liens qui unissent ces deux associations dans la réalisation de ce projet récemment nominé aux Trophées de la SilverEco (voir infra article du 25 septembre).

 

 

– 2 Octobre 2020,  Saint-Brieuc les Iffs : Du côté d’Aleph : Nous avons procédé hier à la visite de « réception » de l’installation du système ALEPH dans un bâtiment d’élevage de canard « porté » par Eureden et LDC (poulets de Loué), C’est la première installation de ce type en Bretagne, à Saint-Brieuc les Iffs, pour un élevage de plus de 10 000 canards femelles. L’ensemble de la filière a la problématique des odeurs insupportables en plus de tout le reste (germes, poussières, ammoniac, H2S,…) Démarrage prévu le 16 octobre quand les animaux seront livrés. Deux ans après la signature de la lettre d’intention engagée en 2018, au salon du SPACE, entre les principaux acteurs de la filière avicole, il s’agit d’une étape importante pour la structuration de celle-ci vers plus de bien être animal et de santé pour l’éleveur. Notre Association est fière que ce soit un de nos adhérents actifs, Bernard de la Morinière qui en soit le premier s’engageant dans cette expérimentation prometteuse.

 

 

– 30 septembre 2020 : Mathilde Jounot, fondatrice de Portfolio Production, un partenaire engagé que nous soutenons nous annonce : Le troisième opus d’Océans, la voix des invisibles entre en production : Océans 3, la voix des invisibles – une drôle de guerre –  PRESENTATION : A la suite du premier film Océans, la voix des invisibles – récompensé par le Prix du documentaire Regards sur le cinéma du monde, la Médaille de l’Académie de Marine – et Océans 2, la voix des invisibles, films sélectionnés dans 45 festivals en France et à l’International, Océans 3, la voix des invisibles – une drole de guerre, s’attache cette fois à décrypter le développement des projets industriels éoliens offshore. UN FILM CITOYEN : Ce choix énergétique sur les océans fait en effet l’objet de nombreux débats passionnés. Nous y trouvons les fervents défenseurs des énergies vertes, des industriels de l’éolien, des scientifiques, des pêcheurs, mais aussi des citoyens qui ont parfois du mal à s’y retrouver. Dans leur démarche solidaire, les citoyens réfléchissent ensemble, s’organisent. UN FILM POSITIF :  Ces citoyens ont pour point commun de vouloir un monde meilleur. Pour tous il faut faire vite. Mais s’il est effectivement urgent de trouver des solutions, ne devons nous pas prendre le temps de vérifier que les objectifs sont bien de protéger l’environnement et les populations qui en dépendent ? UN FILM COLLABORATIF : En croisant les différents points de vue, les expériences et les savoirs, ce film se propose de décrypter ce développement industriel sur les océans, afin de mettre en perspective les éléments du débat.

 
 
 
 
– 26 septembre 2020 : Sortie du livre « Malouin(e)suis » : Béatrice Ercksen et Gérard Cazade ont eu l’idée de rassembler dans un beau livre, de belle composition, 44 portraits qu’ils avaient eu l’occasion de réaliser à l’occasion de belles rencontres. Il s’agit de 44 portraits de malouins anonymes originalement présentés sur un blog  pendant trois ans. Le résultat est superbe. Les sujets qui se sont prêtés au jeu sont valorisés par l’association de deux arts, l’écriture et l’image photographique. L’écriture de Béatrice est tout en nuance, en subtilité,  celle que seule une femme sensible, curieuse de l’intérieur de l’autre, peut nous donner à découvrir. L’image photographique  de Gérard, qui donne plus qu’à voir, mais bien à aller au delà du réel, laisser entrevoir quelque chose d’autre qui vous appartiendra. Ce livre est une ode aux anonymes, au quotidien de la vie et du rêve des hommes. Deux de nos membres sont parmi les 44, Julien et Stéphane. C’est tellement eux dans leur personnalité forte et généreuse !  Merci aux deux auteurs pour le cadeau très original qu’ils nous font. Vraiment un livre à avoir et à lire.  (cliquer sur le lien)

 

 

25 septembre 2020 : Très bonne nouvelle : « L’Association Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos ainés » est officiellement nominée aux Trophées SiverEco 2020 dans la catégorie « Lutte contre l’isolement ». « Nous présenteronsdonc notre « projet/initiative » devant un Jury d’experts et de professionnels de la Silver Economie. Notre passage devant le Jury (7 minutes) est prévu le jeudi 10 décembre entre 12h30 et 17H00 dans les salles d’audition au sein du Palais des Festivals de Cannes. La cérémonie de remise des Trophées Silver Eco Silver Night (18 h 30 – 22h30) se tiendra le même jour jeudi 10 décembre 18h00 dans l’auditorium principal du Palais des Festivals. S’en suivra un cocktail Networking avec l’ensemble des participants et invités. Par ailleurs, notre candidature et notre nomination nous offrent l’accès au Festival SilverEco BtoB, se déroulant en parallèle de notre audition le jeudi 10 décembre mais aussi le vendredi 11 toute la journée, toujours au sein du Palais des Festivals et des Congrès.  Au cours de cette journée  nous aurons l’occasion de visiter le Forum exposition, participer aux rendez-vous d’affaires, speed meetings, networking…En un mot nouer un maximum de contacts. Une magnifique occasion de faire la promotion de notre projet. accompagné depuis le début par l’Association « Entre Terre et Mer, des maisons familiales pour nos ainés ». (une Présidente heureuse).

Ce festival de la Siver Economie bénéficie du Patronage du Ministère de l’économie et des Finances et de celui des solidarités et de la santé »  Vous trouverez ci-après la pastille officielle réservée aux nominés des Trophées SilverEco. Elle est téléchargeable ci-dessous, ainsi que l’adresse du site https://www.silvereco.org/festival/fr/wp-content/medias/2020/09/pastille-officielle-isolement-scaled.jpg www.silvereco.org/festival/fr/  –

 

 

– Du 23 au 25 Septembre 2020, RIEH  Le Mené accueille les 10ème Rencontres nationales Energie et territoires ruraux. auxquelles nous avons participé avec le même intérêt que celui rencontré l’année dernière. A suivre plus tardivement.

 

 

– 22 septembre 2020 : Du côté du chantier naval de la Passagère : troisième réunion de travail avec le directeur du chantier sur le projet de développement d’un nouveau navire de « transition » pour participer à la prochaine édition de la Route du Rhum dans la classe Rhum. A suivre.

 

 

– 19 et 20 septembre 2020 : Journées du Patrimoine : Plein succès d’affluence malgré la Covid, chez deux de nos partenaires que nous accompagnons : Le Cathédraloscope à Dol et le Domaine  du Montmarin à Pleurtuit. Ce qui les caractérise c’est une volonté partagée d’offrir aux visiteurs des prestations de qualité et des contenus historiques, naturels ou techniques, mis en perspective et proposant  du sens. En cette période troublée, anxiogène, c’est  une dimension recherchée et trouvée en ces deux lieux. Bravo !

 

– 18 septembre 2020 : Pacte de Montmuran, Saint-Brieuc des Iffs : Conclusion d’une semaine de travail d’accompagnement pour aboutir à l’accord de toutes les parties sur le lancement de l’expérimentation durant trois ans de l’installation de la technologie Aleph dans un bâtiment d’élevage de canards chez Bernard. Mise en route prévue fin septembre. A suivre.

 

 

– 7 septembre 2020 : Premières belles rencontres avec Daniel Taton : Diplômé du Centre d’Études Supérieures d’Histoire et de Conservation des monuments anciens, Daniel Taton a exercé à Paris comme architecte du Patrimoine, pendant de nombreuses années après avoir été architecte au Ministère de l’urbanisme et de l’habitat du Niger à NiameyAttaché à Saint-Malo, il est l’auteur, en 1997, du livre  » Navire de granit, regard sur Saint-Malo ». Il travaille aujourd’hui à la réalisation d’un ouvrage sur le patrimoine de Saint-Malo, dans une approche très vivante et illustrée. Un exemple, nous nous sommes retrouvés sur l’histoire de la Chapelle des Marais dont il avait le souci d’en rassembler les éléments les plus complets. Une démarche bien dans l’esprit d’ETEM qui retient notre attention et notre soutien car Il s’agit d’un travail alliant judicieusement tradition et modernité.

« Connaître l’histoire permet de comprendre le présent et de façonner un avenir plus harmonieux. Observer la Nature et apprendre du savoir des Anciens, non pas pour les copier, mais pour intégrer les mécanismes de création avec une exigence, dont ils ont souvent fait preuve, aide à enrichir notre vision du patrimoine. Cet état d’esprit sert d’idée directrice dans le travail sur le patrimoine malouin que j’ai entrepris, et dont j’ai parlé à Jean-Yves. En effet, écrire un énième ouvrage sur Saint-Malo nécessite une vision différente des auteurs précédents. Il semble intéressant de réaliser une synthèse des différentes formes de patrimoine qui nous entourent et des études documentées faites par des personnes passionnées et passionnantes, ces documents restant trop souvent cachés. Je qualifierais donc mon travail d’espèce de libre inventaire raisonné où l’image, choisie pour sa qualité visuelle et documentaire, constituerait l’introduction à un texte explicatif ». (Daniel Taton)

 

 

 

– 31 août 2020 :  Pacte de Montmuran, Saint-Brieuc des Iffs : Envoi ce jour de la proposition de l’installation de la technologie Aleph dans un bâtiment d’élevage de canards chez Bernard. Mise en route prévue fin septembre. A suivre.

 

 

– 29 Août 2020 : Réunion du Bureau de l’Association : L’essentiel de notre ordre du jour a été consacré à la poursuite  de nos activités dans des conditions de plus en plus compliquées et des engagements difficiles à assurer compte tenu des règles sanitaires évolutives qui sont mises en oeuvre. Vous trouverez dans notre prochaine lettre qui paraîtra mercredi prochain 2 septembre, un tour d’horizon des sujets que nous avons abordés ainsi que les principales dates à retenir.

 

 

– 19 août 2020 : Les sols agricoles, de nouvelles approches qualitatives : Lu dans le Télégramme de ce jourLancement  d’un pilote entre Greenback, agence de notation sur la qualité des sols, son objectif est de contribuer ainsi à la qualité de nos écosystèmes et donc l’alimentation et la santé de tous, et Gaïago, producteur d’extraits végétaux et d’oligoéléments améliorant la qualité des sols agricoles et réduisant, voire évitant même de recourir aux engrais ou pesticides chimiques. Le contenu de cette plateforme, mise au point par Quentin Sannié en collaboration avec l’INRAE, l’Institut national de la recherche agronomique, après deux ans de recherche, va être testée sur le terrain auprès des agriculteurs.

Il s’agit, par une observation objective (prélèvements effectués dans les parcelles, corrélées à des métadonnées) de mesurer l’amélioration de la biodiversité de leurs sols dont le taux de carbone incorporé, par les produits Gaîago, améliorant ainsi la note Greenback. La commercialisation du système est prévue en 2021. Un outil nouveau d’aide à la décision pour les agriculteurs en recherche d’amélioration de la qualité de leurs sols et de leurs rendements tout à la fois. Un progrès pour aller vers une agriculture de plus en plus vertueuse. Les agriculteurs pourront se prévaloir de la notation obtenue auprès des tiers et l’inscrire dans leur bilan RSE. Nous aurons l’occasion de présenter cette innovation lors de la prochaine réunion du Pacte de Montmuran prévue en Décembre prochain.

 

– 12 août 2020 : un message de notre partenaire Neptunia : « Un peu d’air frais ». Bienvenue sur le site :  www.neptunia.fr !
 » Ici pas de canicule pas de masque, ni test ni distanciation,
Vous pouvez venir nombreux sans risque et sans contraintes
Notre espace est climatisé et le temps n’y est pas compté pour admirer nos couteaux à nuls autres pareils,
Ils portent en eux des histoires anciennes ou récentes,
Des récits salés,
De mers lointaines aux eaux fraîches et poissonneuses,
D’étraves acérées et de courses au lof,
D’effluves de cambuse aux parfums d’épices,
De froissement des toiles et glissements des pas sur le pont,
De regards échangés et de rêveries solitaires,
Laissez-vous porter et bercer par les vagues et dans les surfs jouissez de l’instant …
Nos couteaux vous parlent des Terre-neuvas et leurs frêles Doris, de Yole de Bantry, de pailebot, de Dragons et de Stars, de plaisance, de voile classique et du génie des Hommes, de cuisine, de gastronomie, de passion et d’engagement,
Ils vous parlent du savoir des mains, de façonnage, de matelotage, de ciselure et de gravure, de la recherche des belles matières et de la maîtrise des aciers,
Ils vous parlent de partage, Ils vous parlent d’amitié !
Alors, en attendant de pouvoir se retrouver là où l’air frais vient du large, je vous souhaite une belle plongée dans notre univers à l’Esprit Marin ! « 
www.neptunia.fr

 

 

 

 

– Du 8 août au 27 septembre : « La traversée moderne d’un vieux pays » revient pour la deuxième fois. www.voyage-en-bretagne.com, événement artistique auquel « Entre Terre et Mer » est associé.  Au départ vous êtes invités à faire un voyage à Nantes,  à parcourir l’estuaire jusqu’à Saint Nazaire en prenant ensuite la Vilaine, traverser Redon, découvrir Rennes, puis la cité corsaire, Saint-Malo, puis le Cathédraloscope à Dol, un incontournable pour comprendre les bâtisseurs des cathédrales, avant de rejoindre le Mont-Saint-Michel.et sa baie. Un voyage insolite, certes, mais oh combien riche en surprises, côtoyant l’expression d’un art contemporain posé là  in situ et révélant aussi un patrimoine et une histoire de l’art, à travers plusieurs étapes bien inspirées, au cours desquelles la « magie opère ».Bon voyage à tous. 

 

 

– 6 août 2020 : Réunion de travail sur l’actualité du Pacte de Montmuran à Saint-Brieuc les Iffs : Visite aux champs chez Bernard, avec Didier Ledu, rédacteur en chef de la revue « Le Paysan breton », pour « monstrer » le fonctionnement de l’agriculture de conservation accompagnée par les produits proposés par Gaîago et Lallement pour vivifier les sols et les plantes. Au cours de cette rencontre nous avons pu faire un premier point de préparation de notre 2ème réunion du Pacte de Montmuran prévue début décembre.

 

 

– 24 juillet 2020 à Saint-Malo : Du côté d’Aleph : Réunion de travail entre la Mission hydrogène à Nantes, la société B612 et l’Association Etem et échanges sur la filière hydrogène. Au coeur des échanges, la production d’hydrogène par transformation du méthane en hydrogène pur par l’intermédiaire d’Aleph. Echanges très constructifs ouvrant des perspectives intéressantes. Il a été convenu entre les différentes parties de  poursuivre ces premiers échanges pour arrêter une méthode et un calendrier. A suivre.

 

 

– 20 juillet 2020 : Du côté d’Aleph : Réunion entre les entreprises  B612, Leroy, Sodalec, Tame Water et ETEM à Saint-Malo. Cette réunion de travail a permis à tous les acteurs présents de préciser les finalités et les modalités de l’offre collective qui pourraient être proposée, notamment,aux filières animales, pour assurer le bien-être de l’animal et le confort de l’éleveur. En associant les savoir faire de chacun, nous sommes en mesure de proposer une approche systémique du bâtiment d’élevage, en associant les technologies d’Aleph et de Tame Water pour le traitement des atmosphères des bâtiments d’élevage et les capacités de caractériser pour l’éleveur, la qualité de l’eau d’abreuvement de leurs animaux. Il n’y a plus qu’à trouver les premières installations. Une première est déjà ciblée, celle prévue dans un bâtiment d’élevage de canards, à Saint-Brieuc les Iffs, en 35, chez Bernard de la Morinière, installation prévue en Octobre.

 

 

– 15 juillet 2020 : Envoi de notre lettre d’information estivale. à tous nos plus de 600 membres et sympathisants. Bonne lecture à tous.

Notez dès aujourd’hui sur votre agenda, la date de notre prochaine Assemblée générale : le  26 septembre à  14 heures 30 

 

 

– 5 juillet 2020 : Rencontres à Dol de Bretagne, au Cathédraloscope et à l’Espace Nominoë : Chaque été, Dol de Bretagne s’affirme comme un centre culturel et historique incontournable. Cette année encore la ville nous invite à vivre de belles émotions. C’est évidemment le cas au Cathédraloscope, où après nous avoir proposé l’année dernière une exposition magnifiée sur l’art de l’enluminure par Noura Chami Harmel, Olivier Delépine, le directeur nous propose un film de 24 minutes sur l’abbaye du Mont Saint-Michel. Ce film, inspiré par le livre de Gérard Guillier : « Bâtir pour un archange » , nous invite à comprendre comment les bâtisseurs ont construit l’édifice, durant cinq siècles, site visité aujourd’hui par des millions de personnes. Il ne s’agît pas seulement de construction mais bien de l’esprit qui a guidé chacune des générations de ces artisans d’art et de lumière. Ce sont le souffle de l’esprit et la beauté construite réunis, qui attire chacun d’entre nous, magnifiquement illustrés par le film  A voir assurément.

C’est aussi les trois expositions qui nous sont proposées à l’Espace Nominoë et la salle d’exposition de l’Office du Tourisme par Didier Benesteau, du 3 juillet au 30 août 2020. La première est consacrée à Matthieu Gasc, artiste verrier, créateur de vitraux. Inspiré par son grand-père Henri Guérin, peintre verrier célèbre (1929-2009), Matthieu est un spécialiste du bloc verrier. Sa façon de se servir  de la matière qui attire la lumière,  sa composition joue  avec les lumières, les contrastes et l’esprit de l’espérance. C’est d’ailleurs le titre de l’exposition :« L’esprit et la lumière ».  Aux morceaux de lumière qui vous captivent, s’ajoutent des dessins et des aquarelles étonnantes par leur technique extraordinaire et  mystérieuses par la puissance de leur attraction. (Voir photos). 

Deux autres expositions vous intéresseront différemment, mais tout aussi intéressantes par leur technique et leur inspiration  originales.

II Vogt, plasticien et « tisseur de textes » de ses auteurs préférés est originaire de notre territoire. Son oeuvre vous laisse pantois, car la technique utilisée est étonnante, il découpe à la main des bandelettes, en suivant les textes, en prenant soin de ne pas couper les les phrases ou les mots pour ensuite les tissés jusqu’à épuisement du livre ! Cette exposition suscite l’admiration pour le travail réalisé. A voir !

Le sculpteur FA, artiste autodidacte, nous propose des œuvres inspirées et marquées par son parcours près des personnes en grande difficulté. Des œuvres émouvantes valorisées par la matière utilisée, cire et bronze et le talent de cet artiste pour qui « l’aboutissement d’une oeuvre transcende la vie ». A voir aussi !

Un bon moment passé à Dol de Bretagne, une ville d’art et d’histoire !

 

 

– 2 juillet 2020 : Rencontre à la Malouinière de Montmarin : C’est toujours un plaisir de se retrouver à la Malouinière de Montmarin, véritable patrimoine historique de la construction navale au 18ème siècle et remarquable conservatoire de la biodiversité avec un arboretum de 2 000 espèces, dont certaines très rares et anciennes (voir photo) et son fameux parc floral d’agapanthes ou de clématites épanouies en été. Notre rencontre avec la famille propriétaire des lieux était de partager un projet; celui d’organiser une belle journée de fête autour de la remise à la navigation du Commandant O’Neill, prévue deuxième quinzaine d’août. Il s’agît pour nous de rendre hommage à la construction navale et à la navigation en Rance, celle d’avant le barrage. On vous en reparlera. Nous avons profité de l’occasion pour organiser une première rencontre entre le nouveau directeur d’exploitation EDF, du barrage, et la famille Ferrand, pour échanger sur l’impact des marnages sur les édifices construits aux 17-18èmes siècles. Un vrai projet à construire de manière intelligente pour l’avenir.

 

 

– 1er Juillet 2020 : L’hôtel de l’Univers, notre partenaire, a ouvert, après des travaux de rénovation, conduits avec succès pendant la période de confinement. L’hôtel trois étoiles bien connu, s’est fait une beauté extérieure avec une façade de 1850 repeinte couleur grège et une rénovation intérieure améliorant l’accueil et le confort des clients, tout en « gardant le caractère historique de l’hôtel ». Le bar qui fut le premier Yacht-club de la ville en 1923 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un véritable bijou, n’a pas été touché. Les propriétaires, le père et le fils Bazin, tiennent à entretenir cet « esprit familial » du lieu qui en fait son attrait, toutes générations confondues s’y retrouvent avec plaisir. C’est le charme de ce lieu unique à Saint-Malo, où notre association aime y tenir ses réunions.

 

 

– 28 juin 2020 : Rencontre à la Ville Bague : Nouvelle rencontre avec Guillaume Roger Aussant, notre partenaire, photographe original, autour de son stand d’exposition à la Ville Bague. Un avant goût de ce qu’il se proposera de présenter tout cet été, au jardin des Douves, à Saint-Malo, tous les jours de 10h à 23h. Des photos produites par lui depuis la prise de vue, jusqu’à l’exposition-vente, en passant par le tirage. Des prix et des thèmes accessibles à tous, avec en plus, le goût de discuter de ses œuvres. Un moment d’échanges garanti, en allant le rencontrer, une invitation au rêve à emporter chez soi.

 

 

 

– 27 juin 2020 : Réunion du C.A. de « Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos aînés » : Cette réunion à laquelle ETEM participait, a permis de relancer l’activité de l’Association après 3 mois de « confinement total ». L’objectif est maintenant de boucler le budget pour essayer de poser la première en octobre 2020. L’Association ETEM, par son représentant a confirmé son engagement et son soutien pour aller au bout de ce projet. Beaucoup de travail nous attend, notamment celui de « réveiller » les différents partenaires publics et privés qui sont concernés par la mise en oeuvre du chantier. A suivre. 

 

 

 

– 25 juin 2020 : projet du déploiement d’Aleph au service des urgences du Groupe Hospitalier Mont Saint-Michel, à Avranches : Suite à notre réunion du 19 juin avec la direction du groupement hospitalier, le groupe Egis, en charge du déploiement d’Aleph pour le compte de B612 a repris la main. Le groupe hospitalier souhaite  entrer dans un processus de tests du filtre Aleph. Néanmoins, plusieurs questions sont à résoudre : Ia production d’une notice technique détaillée de l’appareil. Dimension, poids, perte de charge dans les réseaux d’air intérieurs, consommation électrique,…L’installation eétant envisagée dans la salle des urgences, il faudra donc déterminer un protocole de mesures permettant de vérifier l’efficacité sur les polluants que l’on souhaite traiter ’étude de l’intégration du filtre dans les réseau d’air des urgences de l’hôpital.. Ce projet s’inscrit dans le cadre du cadre « pionnier » qui est reconnu à cet établissement. C’est pourquoi ce projet nous intéresse.

 

 

24 juin : projet du déploiement d’Aleph à l’Ehpad de Cancale :  la directrice de l’établissement, Madame Radureau, qui nous a interpellé, a un Intérêt marqué pour l’innovation constructive L’Ehpad est inclus dans un groupement d’établissement d’accueil et de soins. C’est un Lieu favorable à une expérimentation. L’Ehpad est un lieu de vie à l’inverse des hôpitaux. La plupart des activités qui y sont conduites se déroulent en intérieur. Le contrôle des atmosphères réponds à des principes élémentaires fondés principalement sur le bien–être des résidents et  l’application adaptée au contexte des règles de base (aération,…) Le volet olfactif est le critère premier. Le critère sanitaire (aérocontamination bactérienne ou viral) n’est considérée qu’en situation de crise (épidémie de grippes, pandémie,…) Au regard des données communiquées, 2 applications potentielles ont été identifiées :Salle de vie et lieu de regroupement des résidents et d’activités. Aération par ventilation naturelle parfois incompatibles avec le bien-être des résidents (courant d’air peu apprécié) Couloir et lieu de circulation des résidents, des personnels et des visiteurs. Donc très fréquentés et animés. Des questions restent à traiter, comme par exemple, combien d’aleph sont mobilisables Quels sont les objectifs que l’on fixe à l’expérimentation. Quels sont les indicateurs métriques d’objectivation (scientifiques mais aussi humains) Quelle durée d’expérimentation ? Comment s’organise la mise en place pratique des Aleph et quelles sont les contraintes du projet  Dominique Radureau attends désormais que lui soit soumis un draft de projet structuré, opérationnel et technique afin de l’amender en fonction de l’existant et des possibles. Elle est très motivée par le projet, prête à s’y investir, à le mettre en place, à le suivre et à le porter au-delà de son évolution statutaire personnel. Préférerait l’initier pratiquement avant son départ (23 juillet). C’est un délai délai contraignant Elle attends un draft projet opérationnel (qui, quoi, comment, quand,…). Egis prend le relais.

 

 

 

– 20 juin 2020 : Réunion du bureau d’ETEM : cette réunion nous a permis de faire un point sur la situation, suite notamment à notre réunion à l’Elysée au cours de laquelle nous avons pu présenter Aleph et développer des perspectives pour le déploiement en France de cette technologie. Parmi celles-ci, il y en a qui vont nourrir notre programme d’activités durant le 2ème semestre : Mise à la navigation du Cdt O’Neill, prévue en Août, en partenariat avec Le Montmarin,  Interventions pour la mise en oeuvre d’Aleph sur le site de la Timac, approches de l’hôpital d’Avranches-Granville, de l’Ehpad de Cancale et mise en place d’un système Aleph chez un de nos adhérents, éleveur de canards à Saint-Brieuc les Iffs. .En décembre nous projetons d’organiser avec la coopérative Eureden, une deuxième rencontre du Pacte de Montmuran. Enfin nous adresserons à tous relance des cotisations. une nouvelle lettre d’information  pour la première semaine de juillet, en même temps que nous ferons appel aux cotisations.

 

 

18 juin 2020  à Dol de Bretagne : Cathédraloscope : des projets pour vous en perspective : Comme tous les lieux culturels, le Cathédraloscope est touché par les mesures de confinement. Ré-ouvert le 12 juin avec toutes les précautions recommandées, le site présente, cette année, après l’exposition sur les « Enluminures » en 2019, une originalité, réalisée par Olivier Delépine, le directeur. Il s’est emparé d’un ouvrage remarquable de Gérard Guillier, illustré merveilleusement par son talent d’aquarelliste.:  » L‘Abbaye du Mont Saint-Michel : Bâtir pour un archange ». Cet architecte s’est intéressé très tôt à l’architecture médiévale, notamment à la construction du Mont Saint-Michel.  Il en a tiré plusieurs enseignements dont il nous fait don. Celui notamment de cette architecture construite par le génie des hommes en quête de l’absolu, de la lumière. Olivier Delépine en a tiré un film non moins remarquable de 24 minutes, un moment de beauté et une dimension pédagogique unique, pour nous expliquer comment les bâtisseurs du Mont Saint-Michel ont su construire un ensemble en équilibre sur le « sommet » d’un mont. Une véritable prouesse, très bien expliquée. Le film vous invitera à en savoir plus en  achetant le livre, en vente à la boutique du Cathédraloscope. A ne pas manquer !

A côté, à l’Espace Nominoë, il vous faut faire le détour pour aller voir la magnifique exposition  » Esprit et lumière » de Mathieu Gasc, sculpteur verrier. Cette exposition sera ouverte du 3 juillet au 30 août.

Poursuivant nos réflexions sur  notre souhait de partager avec les visiteurs de notre territoire, l’apprentissage de la vie au Moyen Age (voir nos rubriques précédentes parlant du Cathédraloscope). Nous avons bien avancé.

Olivier Delépine se propose de faire de la cathédrale de Dol, le « HUB » médiéval de la baie du Mont Saint Michel, pour orienter les visiteurs vers diverses expériences de médiation autour du patrimoine médiéval de la baie, voir le dessin représentatif de la vision d’Olivier : 

dans les murs : Cathédrale, Cathédraloscope, pour l’ancrage originel, nourricier. Le point de départ d’un circuit original.

hors les murs : Ville de Dol, le Mont Dol et le menhir du Champ Dolent, pour le rapport cosmique de l’homme au paysage, à la terre.

hors les terres : Le dolmen de la Maison des fées en la forêt du Mesnil, les Ormes, Combourg, Fougères, le Mont Saint Michel, le Scriptorial à Avranches, pour le rapport complexe à l’histoire des lieux et des hommes, à travers les siècles

hors du temps : la dimension onirique et spirituelle de la « machine à lumière d’étoile » pour un merveilleux « galactique, ésotérique et pourtant tellement illustratif des aspirations profondes auxquelles les hommes aspirent» !

En fait du merveilleux pour la et autour de « La Merveille ». Une belle aventure nous attend cet été encore et demain, au Cathédraloscope.

 

 

– 11 juin 2020 : Aleph.  Le président d’ETEM, accompagné des dirigeants de la société B612, porteuse du Projet Aleph insight et du Groupe Egis, département Environnement, Structures et département « Activité Environnement, Energie », chargé du déploiement d’Aleph insight en France et à l’international, ont été reçus à l’Elysée, au cabinet de la Présidence de la République.

 Il s’est agît d’étudier la forme et la nature que pourrait prendre l’appui que les Pouvoirs Publics, au plus haut niveau, pourraient apporter au déploiement de cette technologie nouvelle et disruptive. Elle concerne aussi bien la sécurite de la vie de chacun d’entre nous, au quotidien, (hôpitaux, Ehpad …,), que les établissements ou équipements recevant du public (métros, trains, aéroports, gares, ascenseurs, industries chargées de polluants…).

 Cette réunion a été très riche et très constructive. Elle a permis d’identifier plusieurs pistes de travail très concrètes, susceptibles d’être appuyées par l’Etat. Les jours qui viennent vont être mis à profit pour en préciser les premiers objectifs.
L’accueil fut très chaleureux et très technique tout à la fois.

Une belle étape a été franchie ce jour, dont nous verrons plusieurs traductions en activités nouvelles et créations d’emplois sur notre propre territoire « Entre terre et mer, des gens de caractère ».

Quatre années de travail d’accompagnement d’un projet porteur d’un nouveau paradigme historique, essentiel pour la sécurité des hommes et des animaux d’élevage pour un monde plus vertueux.

Un très bel outil imaginé dans la tête d’un malouin, il y a plus de 15 ans, encore présent sur le territoire. Aleph insight est une technologie franco-suisse qui s’inscrit de manière disruptive dans le concert européen et international de la quête de sécurité des personnes et des animaux pour une vie plus sereine sur notre Planète.

 

– 7 juin 2020 : journée de travail intense autour de la forme et du contenu de l’appui des autorités publiques françaises au déploiement de la technologie Aleph en France. Aller sur le site à la rubrique « Aleph » publiée au chapitre « Entreprenons ensemble ».

 

 

– 4 juin 2020 : Le Pacte de Montmuran et le projet Green deal européen :  » les préoccupations liées à l’environnement, au climat et à l’alimentation ne sont plus le seul apanage des Verts, très présents au Parlement européen « . (Patrice Moyon, rédacteur en charge de l’économie à la rédaction de Ouest France) et celui-ci de poursuivre dans son édito que nous avons résumé à l’essentiel, ci-après :  » … Certaines exploitations ont montré la voie dans la réduction des pesticides notamment, mais pas seulement, en pratiquant une nouvelle agriculture en s’appuyant sur l’agriculture de conservation des sols, de nouveaux itinéraires agronomiques plus proches de la vie biologique, respectant la biodivesité naturelle des ou autour des champs… Tout ce qu’on trouve déjà au sein du Pacte de Montmuran, où chacun des acteurs s’est déjà engagé avec passion et efficacité. Nous ne pouvions avoir un meilleur témoignage de la pertinence de notre initiative. Nous aurons l’occasion d’en reparler et de le « monstrer » à tous, lors d’une nouvelle rencontre qui vous sera proposée d’ici le mois de novembre. 

 

 

– 31 mai 2020 : Coup de coeur : Durant la période de confinement nous avons tous essayé de trouver les moyens de nous libérer des contraintes en nous consacrant à des activités qui nous ont donné matière à respirer, à nous évader. Ce fut le cas par exemple en nous replongeant dans la lecture du livre de Pierre Loti : Pêcheur d’Islande. Un merveilleux ouvrage à l’écriture sublime et très réaliste sur le temps de la pêche. Le temps au sens de l’époque où toute une société tournait autour de ces pêches au loin, au nord, en Islande, magnifiquement décrite par Pierre Loti. Un temps où les rires et les pleurs se mariaient ensemble, la misère et la solidarité se nourrissaient mutuellement de la générosité des cœurs et le courage de cette nécessité pour vivre et de ce goût de l’aventure, de la conquête. Même si tout se passe dans le Pays de Paimpol, on y retrouve tous les ingrédients qui font les racines de notre propre territoire, cet « Entre Terre et Mer, des gens de caractère ». Livre à relire. C’est une vraie merveille ! 

 

 

– 29 mai 2020 à Saint-Brieux des Iffs  : du côté d’Aleph : Quelques mots rapides de notre réunion sur l’exploitation de Bernard, pour étudier la faisabilité d’une installation du système Aleph dans un de ses bâtiments d’élevage de canard. Etaient présents : Anthony (Leroy) Fabrice (Sodalec) Bernard et moi-même. Les parties présentes concernées se sont mises d’accord sur le schéma de principe, les modalités techniques d’installation, le calendrier : mise en route effective début octobre 2020. Le budget et le financement restent à préciser. Très bonne réunion de travail, enthousiasmante pour tous et plus particulièrement pour Bernard qui met son bâtiment à disposition pour mettre en place l’installation avec toutes les  facilités requises Le contexte professionnel, dont le leader LDC, a été prévenu par Bernard. Il s’agit d’une étape importante de la mise en oeuvre de la Charte signée entre nos tous au SPACE 2018. A suivre. 

 

 

ACCUEIL PAR LA DIRECTRICE DE L'EPHAD ET PAR LE MAIRE DE CANCALE

– 28 mai 2020 à Cancale : Ce jour, les membres des bureaux des deux Associations ETEM et Vivons ensemble, ont remis à la direction de l’EHPAD de Cancale, Madame Radureau, en y associant le Centre de Santé du Pays de Cancale et en présence de monsieur le Maire de Cancale, Pierre-Yves Mahieu, les 2000 masques, promis. Il s’agît pour nous, de permettre à l’EHPAD, d’avoir la possibilité de renouer les relations solidaires d’accompagnement des résidents, avec une situation de meilleure aisance sécuritaire possible pour le bien-être de chacune et chacun de nos aînés, leurs proches, les habitants de la ville, surtout durant la sortie du confinement, confirmée aujourd’hui  par le Premier Ministre et le Ministre de la Santé et des Solidarités.
Fidèle à sa politique d’ouverture sur la ville, la direction de l’EHPAD, un de nos partenaire pour la réalisation du projet « Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos aînés » s’accordera avec la maison de Santé du Pays de Cancale et les différentes associations d’aides aux personnes âgées de la Ville, pour distribuer pertinemment cette dotation en masques, par nos Associations. Un témoignage aussi, s’il en est  besoin, de la réalité de notre coopération confiante, réciproque, avérée avec nos partenaires chinois. et notre partenaire et membre d’ETEM, Ye Peng directrice fondatrice de Kaleid’Ouest qui nous a bien aidés.  Grace à cette dotation de masques en nombre, la « vie » va reprendre avec confiance à l’intérieur comme à l’extérieur de l’établissement cancalais. Ce fut un vrai moment de joie, d’espoir et de fierté partagé par tous.

 

 

– 27 mai 2020 : du côté d’Aleph nos discussions continuentLes conseillers du Président ont été actionnés pour organiser la réunion de travail prévue..Ils ont reçu tous les éléments utiles que nous leur avons envoyés depuis le 6 mai, date de notre première réunion téléphonique de « sensibilisation » sur le déploiement d’Aleph (voir infra à la date du 6). Au cours de cette réunion, il s’agira de définir dans quelles conditions et sous quelles formes l’Etat pourra « appuyer » le déploiement d’Aleph. Si on veut être efficace, Egis et B612 devront déjà arrêter une stratégie du déploiement d’Aleph en France, c’est à dire choisir des axes prioritaires de développement, au niveau national, au delà des projets déjà initiés ou pas, qui ont été « levés » par opportunité ou circonstances locales ou relationnelles (SIAPP, Akiolis…). ll faudrait dès à présent s’inscrire dans un calendrier de 5 ans à minima pour renforcer notre crédibilité quant à la valeur d’Aleph, » Nouvelle technologie de rupture  non disruptive, inconnue ce jour en France, autorisant toutes les transitions « douces » pour évoluer vers une société plus vertueuse  pour la santé des humains comme des animaux, pour améliorer le climat et l’environnement « . 

Il faudra aussi « composer » avec le niveau régional, compte-tenu de nos engagements dans le cadre d‘Entre Terre et Mer et du Pacte de Montmuran et le signifier au cours de notre réunion.  pour mémoire il s’agît des projets suivant : – un projet de traitement d’odeurs polluantes, déjà engagé, prioritaire. – un bâtiment d’élevage de canard  filière animale, avicole, engagé, réunion le 29 Mai, –  une installation dans la salle de vie de l’Ehpad de Cancale, direction déjà approchée et intéressée, biosécurité humaine – une installation possible en bloc opératoire ou, et de réanimation à l’hôpital d’Avranches, premiers contacts approchés : biosécurité humaine.

Tous ces projets ont du sens par rapport à notre démarche de territoire : Entre Terre et Mer des gens de caractère » et sont au centre de notre dynamique parmi d’autres projets, comme celui du Pacte de Montmuran. Nous y sommes tous  très attachés et y comptons beaucoup. Ils  sont aussi au coeur des racines des générations  Beaudouin, la famille de Jean-Michel (Mont Saint-Michel, le Scriptural d’Avranches, le Catédraloscope de Dol, Cancale, la Cathédrale de Saint-Malo, La Mettrie aux LouetsHistoire des Templiers, Jeannne Jugan…, La Houbarderie : Maupertuis…). La machine à lumière d’étoile, Aleph, a été présentée la première fois +à Saint-Malo à l’IUT, le 13 septembre 2018. Nous avons tous, proches et large public, découvert, ce jour là, le « coeur » d’Aleph, lequel nous a renvoyé la figure de l’image d’une rosace éclairée, vive, lumineuse que l’on retrouve dans toutes nos cathédrales, dont celles du Mont-Saint-Michel, d’Avranches, de Dol et de Saint-Malo. Ce fut une mystérieuse découverte, enchanteresse, incroyable, étonnante, de l’ordre du merveilleux. C’est le fil conducteur de notre dynamique sur place.

 

 

– 20 mai 2020 : Belle rencontre autour d’un projet, « Les vergers de Saint-Suliac » porté par Marie-Agnès et Pierre-Olivier Babey :  » Notre projet en deux mots : en complément de notre activité salariée que nous réduirions progressivement, notre but est de recréer un verger, comme autrefois, à Saint-Suliac, enrichi par une activité économique de transformation de fruits de variétés anciennes et locales cultivées en permaculture sur un concept de forêt-jardin ». Déjà en relation avec la commune de Saint-Suliac, le Conseil Général, l’association Coeur Emeraude, le Pôle Fruitier de Bretagne et l’association des Mordus de la pomme, ils ont souhaité nous rencontrer, car  » de leur lecture attentive de notre site ETEM, suite à une recommandation d’une de nos membres, ils ont perçu des synergies évidentes entre nous. Le projet entre bien tout à fait dans nos actions d’accompagnement sur d’autres actions en cours.

Il s’inscrit dans une approche systémique, historique, socio-culturelle avec une dimension de préservation/restauration d’un patrimoine paysager, culturel et végétal, en lien avec la vie associative ainsi qu’une mission pédagogique. Il s’agit de valoriser le patrimoine fruitier de Saint-Suliac par la transformation de variétés « retrouvées » (pommes, poires, prunes, petits fruits…), sur une surface relativement modeste, mais très dense (concept de forêt-jardin), et y développer une dimension pédagogique en lien avec les associations et l’école sous forme d’ateliers (apiculture, greffe, plantation, transformation…) Bref, de très belles perspectives qui  tiennent aussi  à l’intérêt que trouve le Conseil Général à déléguer l’entretien de vergers qui lui appartiennent déjà. Effectivement, nous ne pouvons que faire un bout de chemin avec ces acteurs très enthousiastes et leur apporter notre accompagnement autant que de besoin  et à leur demande . A suivre donc.

 

 

– 19 mai 2020 : Réception ce jour, en provenance de Chine, grâce à l’intermédiation de Ye Peng, fondatrice de Kaleid’Ouest, notre partenaire, des 2000 masques commandés par nos deux associations, « Vivre ensemble » et « Entre terre et Mer, des gens de caractère » pour en faire don à l’Ehpad de Cancale. Nous les remettrons officiellement la semaine prochaine.

 

 

– 18 mai 2020 : Quelques nouvelles de notre activité depuis une semaine : Du côté de « Vivons ensemble », la reprise des discussions avec les principaux partenaires se fait lentement. Mais la présidente  aura signé d’ici la fin de la semaine, le dossier de demande de rescrit fiscal pour obtenir la qualité juridique d’association d’intérêt général, permettant à tous les donateurs ou partenaires de bénéficier de la capacité de réduire de 60 à 66% des sommes investies du montant de leurs impôts. C’est une nouvelle étape franchie. A suivre donc. Du côté du Pacte de Montmuran, chaque jour qui passe  donne du sens et des perspectives réelles au déploiement de toutes les activités conduites par chacun des acteurs mobilisés. Celle autour d’Aleph poursuit son cheminement vers l’obtention d’un appui des Pouvoirs Publics,. Nous en serons plus très prochainement. Enfin du côté du « Commandant O’Neill », il faudra attendre encore un  déconfinement plus étendu pour pouvoir mettre à la navigation la vedette historique.

 

 

– 6 mai 2020 : Du côté d’ALEPH : Succès de nos actions de sensibilisation auprès des plus hautes autorités de l’Etat pour obtenir un appui de l’Etat pour le déploiement d’Aleph : nous avons eu ce jour, avec qui il faut, des échanges très concrets sur la construction des modalités de l’appui de l’Etat pour nous aider à déployer Aleph. Nous avons donc défini la feuille de route suivante : Au niveau national, sur le plan technique : 4 cibles : Ministères de la Défense (DGA), de la Santé (DGS), du Travail (Mme Pénicot), et des Transports et des mobilités (Mme E.Borne) pour donner des instructions « élyséennes » à chacun des ministres et leur direction centrale. – Élaborer ensemble les éléments de langage précis. pour ce faire – Nomination très rapide d’un ou deux conseillers techniques  chargés de la confection du dossier pour rédiger les instructions.– Réunion à l’Elysée très prochaine avec les conseillers techniques. Il s’agira de nourrir leur connaissance du projet, de préciser la nature et le contenu de notre demande et jeter les éléments de langage pour la rédaction des instructions.. Au niveau régional :  Information et suivi auprès de Madame la Préfète de Région. Nous avançons avec méthode, technicité et rapidité. La confiance est bien là. A suivre donc.

 

 

– 3 mai 2020 : Du côté du Pacte de Montmuran : Dans le cadre de l’Appel à projets Concours Innovation-Croissance lancé par l’ADEM et soutenu par le pôle HYDREOS, TAME-WATER (Groupe Alcen-Tronico-Vigicell), s’est associé à LODIAG qui a remporté le projet HYDROSCREEN sur l’identification les molécules responsables des toxicités dans l’eau  et l’analyse des risques liés aux micro-polluants, afin d’établir des modèles de projection sur la qualité de l’eau. Si les mesures actuelles de détection permettent d’évaluer des substances et des molécules elles ne permettent  pas d’en mesurer la toxicité et les effets cocktail des mélanges de toutes les substances. HYDROSCREEN est un projet  dont l’objectif est d’établir un outil de diagnostic prédictif de la qualité de l’eau, en France, pour servir les acteurs de la qualité de l’eau. TAME-WATER va participer à cette belle aventure en analysant 1 000 échantillons d’eau de différentes natures, provenant de points de prélèvements différents et ce sur 3 années consécutives. Ces analyses permettront d’évaluer les impacts éco-toxicologiques, analysés par TAME-WATER, liés à la présence de micropolluants, déterminée par LODIAG. Au-delà des résultats attendus, ce projet symbolise la synergie des deux entreprises et de leurs techniques au service de la qualité de l’eau. Par son approche nouvelle HYDROSCREEN, analyse l’eau à la fois sur les paramètres physico-chimiques non ciblés et leur toxicité intrinsèque, permettant des corrélations d’interprétation de chaque polluant et de quantification. LODIAG relève un challenge de développement informatique et base de données, en s’alliant des compétences spécifiques  bio-technologies, telles que celles développées par TAME-WATER, et ses bio-éssais, mesurant les effets éco-toxicologiques éventuels (et pas seulement d’une évaluation suivant une norme figée, ne permettant d’ailleurs pas la prise en compte des effets cocktail notamment).
Ce nouvel outil de modélisation des comportements toxiques est donc lancé cette année, par ces 2 sociétés françaises, pour une analyse à grande ampleur (1000 échantillons, 3 ans d’étude, 1.700 000 € de budget…), dédiés au développement d’outil prédictif grâce à l’IA. dont le démarrage est prévu durant ce premier semestre. Un projet qui s’inscrit dans la démarche globale engagée par les acteurs du Pacte de Montmuran (voir le site) pour mettre en place de nouvelles pratiques d’agriculture et d’élevage, respectueuses des ressources de la planète, de la vie et de la santé des hommes et des animaux

 

 

– 27 avril 2020 : Du côté du Pacte de Montmuran : Notre ami, Bernard de la Morinière, cultivateur/éleveur, adhérent d’ETEM, acteur significatif du Pacte de Montmuran, administrateur du Groupe Eureden a fait l’objet d’un reportage dans Ouest-France de ce jour sur ses pratiques nouvelles en agriculture. Engagé depuis plus de 15 ans dans la recherche de nouvelles pratiques culturales s’appuyant sur des nouvelles techniques, dont le  » strip-till « , (strip (bande) et till (labour) le travail du sol en bande). Il s’agit d’une technique de travail par le sol, utilisée depuis longtemps aux Etats-Unis, notamment. C’est une méthode appelée « d’agriculture de conservation », développée en France par l’Association Base, signataire du Pacte. Bernard en est un membre actif depuis plusieurs années et nous y a entraîné. Cette technique permet de travailler la terre sur une profondeur réduite (15 à 20 cm), sur une bande étroite de sol de 10 cm. Voir la photo. Ceci permet de réduire l’érosion des sols et de protéger la biodiversité et les micro-organismes du sol tout en étant moins consommatrice de carburant. Une nouvelle pratique vertueuse pour tous que nous portons au sein du Pacte de Montmuran.

 

 

– 20 au 30 avril 2020 : Aleph : Poursuite de notre action auprès des Pouvoirs publics : Plusieurs échanges ont eu lieu, nous conduisant à produire trois documents  sur la technologie d’Aleph : « Principe, technologies et domaines d’application de la Technologie Aleph » (3 pages) – « Défense et illustration de la technologie d’Aleph » (10 pages) – Défense et illustration de la technologie d’Aleph 2, résumé en 2 pages du document précédent. Seuls les documents 1 et 3 sont sur le site, à la rubrique Aleph au chapitre « Entreprenons ensemble ».

Nous espérons avoir des retours de nos échanges et actions d’ici la fin de semaine. A suivre donc.

 

 

– 20 Avril 2020 : Livraison des premiers masques en provenance de Chine : Nous venons de recevoir ce jour, directement de nos partenaires en Chine, envoyées à Saint-Malo, de Guangzhou par Fedex, nos premières centaines de masques  » Anti-bacteria, Dust proof, Prevent mist haze », aux normes internationales, parmi les 4000 en cours de livraison. Voir photo.
Les autres 2000 masques dédiés à l’EHPAD et au Centre de santé du Pays de Cancale, commandés un peu plus tard, nous arriveront d’ici une dizaine de jours.
Depuis notre invitation, à vous fournir des masques, via notre partenaire Ye Peng , Kaleid’Ouest, directement de Chine, plusieurs d’entre nous ont déjà commandé plus de 6000 masques, certains pour en faire des dons à des établissements de soignants ou aidants. Parmi ceux-ci, les deux Associations ETEM et Vivons ensemble, ont donc décidé, en accord avec la direction de l’EHPAD de Cancale, de doter gracieusement celui-ci de 2000 masques, en y associant le Centre de Santé du Pays de Cancale.
Il s’agît pour nous, de permettre à l’EHPAD, d’avoir la possibilité de renouer les relations solidaires d’accompagnement en meilleure sécurité possible pour le bien-être de chacune et chacun de nos aînés, surtout durant la sortie du confinement, initiée hier par le Premier Ministre et le Ministre de la Santé et des Solidarités.
Fidèle à sa politique d’ouverture sur la ville, la direction de l’EHPAD, un de nos partenaire pour la réalisation du projet « Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos aînés » s’accordera avec la maison de Santé du Pays de Cancale et les différentes associations d’aides aux personnes âgées de la Ville, pour distribuer pertinemment cette dotation en masques, par nos Associations. Un témoignage, s’il en est  besoin,de notre coopération confiante, réciproque, avérée avec nos partenaires chinois. et notre partenaire et membre d’ETEM, Ye Peng directrice fondatrice de Kaleid’Ouest.

 

 

– 17 avril 2020 : ALEPH et Covid 19 : action de sensibilisation auprès des pouvoirs publics :  deux opportunités de développement d’Aleph sont portées à leur attention et leur sont proposées pour apporter rapidement des pistes de réponses concrètes à la pandémie du Covid 19. Mais aussi, des opportunités pour favoriser le redéploiement de notre économie post crise, en fondant celui-ci  sur des valeurs de solidarité intergénérationnelle et de revitalisation du tissu industriel régional, redéploiement orienté : vers la souveraineté du pays vis-à-vis de ses moyens sanitaires essentiels : une installation dans l’Hôpital de campagne des Armées, installé à Mulhouse et une installation dans l’établissement Ehpad de Cancale.  Ces deux opérations seraient menées par le Consortium industriel français, associant plusieurs entreprises régionales, dont le pilotage est assuré par le Groupe Egis. Voir détails de l’action entreprise sur notre site, chapitre « Entreprenons ensemble », rubrique Aleph.

 

 

Du 2 au 15 avril 2020 : Des nouvelles des projets autour de la technologie ALEPH Deux semaines de confinement qui n’ont pas ralenti nos travaux collectifs autour d’Aleph et de son développement. Jean-Michel Beaudouin, l’inventeur a finalisé l’ensemble de son modèle, rassemblé sous la raison sociale d’une Fondation B612. L’ensemble fera l’objet d’une présentation publique grâce à un site internet qui devrait être opérationnel d’ici deux mois. En attendant, et pour initier un buzz vis à vis d’un plus grand nombre de personnes susceptibles d’être intéressées, nous vous proposons une note synthétique sur le sujet :  » Principe, technologies et domaines d’application de la technologie d’ALEPH « . Vous la trouverez , à compter du 15 avril, sur notre site, au chapitre « Entreprenons ensemble », à la rubrique « Aleph » . N’hésitez pas à y aller, ni à nous questionner si nécessaire. Vous devez faire partie de nos ambassadeurs sur cette invention qui a le mérite de pouvoir traiter les risques biologiques pathogéniques en atmosphères confinées, comme par exemple le Covid 19 !!

Parallèlement les premières installations sur sites fonctionnent à la satisfaction des éleveurs et de leurs animaux. Les organismes ou instituts de contrôle sont entrés dans la phase d’analyses et des mesures quantitatives et qualitatives des résultats observés. D’ici un mois nous aurons l’occasion  de vous donner connaissance de ces premiers résultats. A suivre donc.

 

 

– 31 mars 2020 : Corona virus ! Dernière information importante suite à nos échanges avec, Ye Peng, notre partenaire et membre d’ETEM, actuellement bloquée en Chine (voir ci-après) : Nous pouvons vous proposer de recevoir directement de Chine, grâce à un de ses partenaires industriels installé à Xi’an, plusieurs centaines de masques FFP2 (KN95) pour usage personnel au prix unitaire départ usine de 33 cents d’€, plus le coût de livraison à domicile par DHL qui sera précisé avant la livraison, selon les quantités. Nous disposons par devers nous des attestations officielles agréant ces masques. Elles pourront vous être adressées en même temps que votre pré-commande. Celle-ci est à envoyer à Ye qui coordonne tout sur place à l’adresse courriel suivante : yepeng35@gmail.com 

Une belle manifestation concrète de nos relations avec les acteurs de la province du Shaanxi et de sa capitale Xi’an.

 

– 19 mars 2020 : Quelques nouvelles de Chine Entretien de 49 minutes par WeChat en vidéo avec Ye Peng notre partenaire, à 14 h 50, 21 H 50 heure locale. Notre échange a été autant un échange pour entretenir le moral de Ye, depuis bientôt 3 mois en Chine, que pour préciser les conditions de notre prochain voyage en Chine, dans la province du Shaanxi et sa capitale Xi’an. De ce dernier point de vue, les choses avancent bien. Ye doit revenir vers nous avant fin mars. Une chose est certaine, l’activité en Chine a bien repris à l’exception évidemment du secteur du tourisme et pour cause toutes les compagnies internationales sont quasi arrêtées, ce qui empêche d’ailleurs Ye de rentrer  chez elle près de Rennes. Sa fille (plus de 4 ans) qui l’accompagne, profite de cette immersion obligée pour parler avec des petits enfants chinois et écrire.en chinois C’est un point extrêmement positif. Ces quelques mots pour dire notre sympathie et notre amitié à Ye de notre part à tous. C’est la valeur de notre réseau.

 

– 12 Mars 2020 : Actualités de Chine et Ye Peng actuellement à Xi’an : – Une information : dans le Télégramme d’hier : 2000 cochons « reproducteurs » ont pris l’avion à bord d’un avion cargo d’une compagnie russe, de l’aéroport de Brest, pour la Chine (province de Chanxi, Ville de Tyiuan Wusu) afin de participer au repeuplement du cheptel chinois décimé par la fièvre porcine africaine (200 millions de bêtes perdues). Les animaux sont sélectionnés un par un dans différents élevages de France par des opérateurs chinois, L’expédition est entourée d’un maximum de mesures de protection pour les animaux et pour les hommes. Ce premier envoi sera suivi d’autres expéditions pour atteindre jusqu’à 10 000 porcs cette année, contre 4 000 animaux par an habituellement.  A suivre.

– Quelques nouvelles de Ye Ping reçues ce matin encore et après nos échanges depuis une semaine par WeChat, : présente en ce moment à Xi’an, après plus d’un mois en Chine, en préparation de nos projets d’échanges et de voyages avec la Province du Shaanxi et Xi’an,prévus au dernier trimestre de cette année. Elle nous a rassurée sur l’évolution en décroissance de la maladie en Chine et la reprise généralisée du travail annoncée publiquement par Xi Jinping lors de son déplacement à Wuhan, il y a trois jours. D’après elle, sur place tout se remet en marche ! Comble de la situation, les interlocuteurs de Ye lui ont transmis le message suivant, « au nom de l’amitié franco-chinoise », à savoir « être prêts à nous envoyer quand nous le voudrons,des masques autant que de besoin ».  No comment !

 

 

– 11 mars 2020 : Belle rencontre autour d’un nouveau projet à accompagner à Saint-Malo (Saint-Servan) : Il s’agit d’un projet porté par Fatou Kama Favre, sénégalaise vivant à Saint-Malo, mariée à un malouin, devenue malouine de cœur, deux beaux enfants : Elle se propose d’ouvrir un café littéraire avec un laboratoire de pâtisserie sans farine de blé où toutes les générations pourront déguster des pâtisseries confectionnées sans gluten produites par Fatou pâtissière elle-même;  Ses pâtisseries sont préparées à base de farine de riz, de sarrasin, de maïs de châtaigne etc…Elle souhaite créer un lieu « La Palabre Malouine » à Saint-Servan, rue Villepépin, où on pourra y lire, faire des rencontres autour de la poésie, notamment, art qu’elle pratique, découvrir la téranga (l’hospitalité sénégalaise et la générosité de l’échange) et revivre l’esprit de curiosité et de conquête des malouins. Ce projet  s’inscrit bien dans l’esprit de nos démarches, à savoir : associer les expériences de nos aînés, le goût des produits naturels et le souci de construire  un « vivre ensemble intergénérationnel » en nous appuyant sur une ouverture, aux autres, aux cultures internationales dont nous trouvons les racines dans notre histoire. L’Afrique est un continent qui fait partie de notre histoire. 

Nous comptons parmi nos sympathisants quelqu’une qui a réalisé un lieu de rencontre et de restauration de ce type, Intra Muros. Nous pourrons en reparler et faciliter une rencontre. Lors de notre entretien nous sommes convenus qu’il fallait nourrir son document d’éléments historiques, aujourd’hui absents,  Quelques premiers éléments lui ont été fournis depuis que nous avons sélectionnés relatifs aux relations entre les armateurs malouins et l’Afrique, notamment leur participation au commerce des « noirs » ,- un texte sur l’épopée des armateurs malouins et Saint-Malo. Un document de contexte historique, économique et social : » L’épopée maritime de Saint-Malo » –  un document très complet sur la traite : « Traite des nègres » (très éloquent !)  A suivre donc.

 

6 mars 2020 : Assemblée générale de l’Association Les Bordées des singes à la cabane de l’association « Les Copeaux d’à Bord » à Saint Suliac. Au cours de cette assemblée, en dehors des classiques bilans moral et financier de l’année écoulée, deux points ont retenu notre attention, l’un sur le point d’avancement  du projet de guide marin de l’estuaire, partenariats and co, et l’autre, celui de l’élection d’une Présidente ou d’un Président pour les trois prochaines années. A suivre. Par ailleurs il a été procédé à la Distribution à tous, des affiches et flyers « La Rance en Fête 2020″

 

– 5 mars : Conférence sur « les philosophies et les religions en Chine » chez Domicours » à Saint-Malo. Ce fut une excellente rencontre. Nous sommes convenus avec Michel Peressin, le conférencier et Françoise Clerval, récemment arrivée à Saint-Malo, professeure de Philosophie, d‘approfondir la connaissance comparée des philosophies occidentale et chinois, afin d’en faciliter la compréhension mutuelle. Cette approche duale de la philosophie pourrait nous permettre de continuer de faire passer les messages utiles relatifs à une meilleure connaissance décrispée et avec moins d’a priori négatifs nourris souvent par ignorance, à propos de la Chine.  L’idée serait de faire une « rencontre-test » chez Domicours (soutien scolaire) en mai,  avant de proposer le sujet au sein d’ ETEM  avant les vacances. 

 

 

– 29 février 2020 : Conseil d’Administration de l’Association « Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos aînés… ». Voir le compte-rendu à la rubrique « Vivons ensemble », du chapitre « Entreprenons ensemble » du site.

 

 

– 27 février 2020 : Chantier la Passagère : Rencontre avec le directeur du Barrage. En visite pour évaluer l’impact sur la vie du chantier du relevé du niveau des eaux depuis cette année, nous avons eu un excellent entretien. La qualité de nos échanges, et les précieuses informations recueillies qui ont été transmises par Julien Reemers lors de la visite du chantier naval, ont permis de mesurer très précisément les conséquences concrètes sur la vie du chantier. A suivre donc.

L’ambiance était à l’échange, à l’ouverture et à la confiance. Le directeur du barrage d’ EDF a d’ailleurs exprimé le souhait de pouvoir échanger avec ETEM sur leurs réflexions d’innovation (PV sur et à proximité de l’ouvrage, ondes sonores pour éloigner les mammifères marins…) et collaborer avec nous, à la mise en valeur de la biodiversité et du patrimoine de l’estuaire, sous quelle que forme que ce soit (vedette Commandant O’Neill, guide marin…).

Par ailleurs, nous sommes convenus de nous revoir pour fixer des dates pour proposer des visites de leurs installations au plus près de leurs fonctionnements en situation à nos membres.

 

 

– 26 février 2020 : Echanges avec Sylvie Brunel : Conversation autour de son nouveau livre : »Pourquoi les paysans sauveront le monde ». Bien connue d’ETEM depuis 2014,, année au cours de laquelle nous l’avions rencontrée et avions échangé avec elle sur son livre : « Géographie amoureuse du monde ». Depuis nous n’avons pas cessé de la suivre. Son dernier livre est tout à fait intéressant, passionnant même, pour une Association comme la notre qui s’est engagée sur le sujet qu’elle traite, à travers la mise en oeuvre du Pacte de Montmuran. 

Sylvie Brunel, géographe, écrivain, professeur à la Sorbonne, ancienne présidente d’Action contre la faim, a publié de nombreux ouvrages sur le sujet de l’agriculture de demain et le grand défi de l’alimentation dans le monde. Elle a acquis une connaissance globale, systémique, mondiale des crises alimentaires et pose très clairement les enjeux de demain, en étant très claire sur les fausses approches doctrinaires et populistes. Les paysans sont les premiers acteurs concernés par la troisième révolution agricole à construire pour nourrir l’humanité sans abîmer la planète. C’est sa conviction et elle le démontre dans son excellent livre très complet et très actuel. Nous partageons.

A suivre, car nous souhaiterions l’associer à notre prochaine rencontre du Pacte de Montmuran n° 2 , prévue en juin, sauf vents contraires.

 

– 21 février 2020 à Saint-Malo : suivi de l’état d’avancement de la mise en oeuvre d’ALEPH sur sites d’élevage (porc et volaille). Situation conforme à nos prévisions à quelques 15 jours près. D’ici trois mois, nous pourrons faire un point plus précis, assorti des commentaires qui pourront être tirer des premières mises en route.

 

 

– 20 février 2020 à Saint-Lunaire: Conférence sur la grande pêche des terre-neuvas : Organisée par l’UTLS (Université de tous les savoirs) de Dinard, cette conférence donnée par Jean-Paul Bénéc’h, fut d’un grand intérêt et de grande qualité. Embarqué sur le Commandant Bourdais, un bâtiment de la marine nationale en charge de l’assistance à la grande pêche, il a su nous présenter la grandeur et les misères de cette activité très dure qui a duré cinq siècles. Derrière l’histoire, les témoignages et le reportage photographique qui accompagnait ses propos ont été aussi un hommage rendu à tous ceux qui ont disparu tant à cause des conditions de navigation que celles de la pêche aux bancs. Une « épopée » humaine différente de celle dont nous avions entendu parler trois jours auparavant (voir le 17 février), qui mettait en avant les femmes de marins cap-horniers, les « marins propres », comme on les appelait par rapport à ceux des terre-neuviers. Mais une chose les rassemblaient toutes, l’isolement, loin du marin, la rudesse de la vie au quotidien, la misère souvent…

 

 

– 19 février 2020, à Pacé : Vivons ensemble : suivi du projet : Réunion de travail avec la société AS2D (Arkea Services, on line et Delta Dore), qui associe deux compétences complémentaires pour répondre à un besoin réel et incontournable aujourd’hui : la sécurité des biens et des personnes et l’accessibilité  à une domotique intelligente non intrusive, accompagnant les personnes dans leur souhait et recherche de bien-être. Une réponse possible au projet qui anime « Vivons ensemble » : proposer aux seniors isolés, d’avoir accès à un confort de vie et une capacité à partager encore des projets avec la société dont ils ont été précédemment des acteurs créatifs et productifs, riches d’expériences à partager. Suite à cette réunion très riche et très agréable, nous attendons  un retour d’ici trois semaines, sur la faisabilité et les modalités de la participation de AS2D à notre projet, tant en ce qui concerne les produits et services proposés que les modalités financières de leur contribution. .Et que dire de notre « attache » commune à ce territoire « Entre terre et Mer, des gens de caractère », dont les acteurs ont souvent été des entreprenants innovateurs, comme le sont aujourd’hui les porteurs d’AS2D ?

 

 

– 17 février 2020 : Conférence sur les femmes de cap-horniers de 1850 à 1925 : Organisée par la SHAASM à l’IUT de Saint-Malo, cette conférence a été une rencontre particulièrement intéressante et a recueilli un vrai succès auprès des plus de deux cents auditeurs présents. Grâce à des lectures animées à deux, Brigitte et Yvonnick Le Coat, nous ont fait entrer dans la vie de ces couples de marins cap-horniers aventuriers, commerçants qui ont traversé les océans par la voie « royale », en franchissant le fameux cap Horn. A l’exception de quelques femmes de capitaines qui embarquèrent avec leurs maris (leurs courriers sont de beaux témoignages de ces grandes routes maritimes, du Pérou en Californie, Australie ou Nouvelle Calédonie pratiquées par nos anciens) les autres femmes n’embarquaient pas. Elles géraient seules les affaires au quotidien de la vie de famille et de la vie aux champs, avec un courage et un esprit de solidarité dont il fallait souvent faire preuve en l’absence du mari. C’est tout le sens de « l’image » qui illustre si bien la dynamique mémorielle et vivante tout à la fois de notre association : « Entre terre et Mer, des gens de caractère » : « Un couple, une femme et un homme, depuis plus de vingt siècles, complices : l’homme avec sa marinière sur la mer proche, à la pêche ou sur tous les océans à l’aventure, le grand mât et les goélands au loin  et la femme en charge de la famille, aux champs, son corsage stylisé par l’association de la faux et de la faucille. Présents enfin sur ce territoire de Rance Emeraude suggéré par la petite languette qui part du phare et traverse le visage, comme la Rance irrigue le territoire ! Pour en savoir plus sur les conférenciers Brigitte et Yvonnick Le Coat, aller sur le site :www.caphorniersfrancais.fr, consacré aux voyages de tous les marins ayant navigué sur tous les voiliers cap-horniers français de la marine marchande. Passionnant !

 

– 8 février 2020 : Réunion de notre bureau au Gite du Pont-Prin à Saint-Malo : Après un tour de l’état des lieux de l’activité des projets que nous avons initiés ou qui bénéficient de notre accompagnement, nous devons constater que nous avançons en prenant toutefois du retard par rapport à nos calendriers initiaux. Ceci est dû pour une large part à leur caractère innovant, ne facilitant  pas toujours leurs inscriptions dans les cases des procédures administratives et réglementaires. Fin avril nous devrions pouvoir lancer concrètement la plus part d’entre deux. Notre ténacité ne souffre d’aucune faiblesse. Le deuxième trimestre sera riche en événements qui nous réunirons.

Lors de cette réunion nous avons arrêté la date de notre prochaine A.G. : le 4 avril 2020 à 15 heures à l’hôtel L’Univers et celle notre prochain bureau élargi : le 14 mars 2020 à 18 heures. Enfin nous vous proposons des événements que nous soutenons pour les deux prochains mois. Vous en saurez plus en allant sur notre site : rubrique « Agenda » au chapitre « Vie de l’Association ».

 

 

– 7 février 2020 à Saint-Suliac : Assemblée générale de l’Association Patrimoine : Cette année a été surtout marquée par les travaux de restauration de la statue de la Vierge de Grainfollet, tombée de son socle lors d’une tempête, en août 2019 et remise en place très rapidement grâce aux employés communaux associés à plusieurs autres personnes bénévoles qui ont participé à sa restauration. Le tour d’horizon qui suivit s’est terminé par un quitus unanime voté aux membres Conseil d’Administration pour la richesse et la dynamique de l’Association. Ce fut une belle assemblée qui augure bien de l’activité de 2020.

 

 

– 7 février 2020 à Saint-Malo : Première réunion avec l’Association des amis du Projet du Musée d’Histoire Maritime à Saint-Malo :  Cette association, créée en juin 2019, dont ETEM est adhérent et bienfaiteur, est présidée par l’amiral Pierre Xavier Collinet. Celui-ci nous a présenté les objectifs et les premiers éléments du programme de l’association. Son  but est de faciliter l’appropriation par le public du projet du MHM. et de mobiliser tous les acteurs susceptibles d’en nourrir le contenu. Ce qui a motivé notre adhésion et plus. Dès à présent, il faut noter qu’elle nous propose une conférence donnée par Christian Buchet, à la grande Passerelle à Saint-Malo à 18 heures sur le thème suivant : « Les Malouins, les Français et la mer. » Christian Buchet est quelqu’un que nous connaissons bien. Nous avions participé avec lui à un atelier organisé le 8 février  2018  par le CJD sur la géopolitique maritime mondiale son histoire et ses perspectives en s’appuyant, notamment, sur son très bon livre : « La grande histoire vue de la Mer  » qu’il dédicacera  à cette occasion.  Assurément ce sera une belle rencontre. Nous vous  encourageons à y participer. Entrée gratuite, nombre de places limitées, vous inscrire en écrivant à l’adresse suivante :contact@aamhm-saintmalo.fr  (pour plus d’information, aller sur notre site, rubrique, « Coups de cœur ».)

 

 

– 6 février 2020 à Pacé : Aleph : Réunion de travail sur la mise en oeuvre de la machine sur site Réunion avec deux acteurs industriels bretons, présents lors de notre réunion du 15 janvier dernier, mobilisés pour réussir l’implantation sur site, en bâtiments d’élevage avicole, du système Aleph pour améliorer les conditions d’élevage dans la filière avicole. Très bonne réunion au cours de laquelle on a pu améliorer l’approche du développement de cette invention améliorant considérablement la santé de l’éleveur et des animaux. A suivre.

 

 

– 5 février 2020 à Dol de Bretagne : Poursuite de nos réflexions autour des perspectives du CathédralOscope : Nos échanges toujours constructifs avec Olivier, le maître d’oeuvre du CathédralOscope, nous permettent de bien avancer sur deux points : 1 – le contenu de la prochaine exposition, dans le même esprit que celui mis en oeuvre pour l’exposition sur les enluminures cet été, à savoir, une exposition de trois mois sur « L’abbaye du mont-Saint-Michel, « bâtir pour un archange », en nous inspirant du remarquable ouvrage de Gérard Guillier, paru aux éditions Equinoxe, et  2 – comment élargir l’attractivité du CathédralOscope pour en augmenter sa fréquentation ? L’idée que nous avons partagée serait de proposer aux « visiteurs », « de vivre le Moyen-Age, à l’époque des bâtisseurs de Cathédrales », en s’appuyant sur le patrimoine historique et vivant du pays de Dol, sa vieille ville, sa construction, ses remparts, les liens avec Le Mont Dol, ses légendes, la perspective unique de la baie et la qualité de la nature environnante, . Il s’agirait d’un parcours initié par et à partir du Cathédraloscope, animé par son équipe en y associant les commerçants et en proposant plusieurs activités ludiques, pédagogiques valorisant l’écosystème extraordinaire du territoire. C’est un début de réflexions qui  nous a réellement excités pour aller au bout. C’est une voie particulièrement pertinente, du moins c’est notre point de vue. N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions éventuelles.

 

 

– 30 janvier 2020 à Saint-Malo : Suivi du projet de développement du chantier naval de la Passagère, porté par Julien Reemers, le patron du chantier : échanges avec la DDTM ( Direction Départementale des Territoires et de la Mer) sur ce dossier, que nous accompagnons depuis plus de cinq ans, lequel par suite de certains malentendus entre les parties et de dysfonctionnements avérés en interne à l’administration, n’a fait l’objet d’aucune instruction administrative depuis 2 ans et demi. De cet échange, il ressort deux éléments à traiter, dans l’ordre : *régularisation administrative du remblai lors du renflouement de l’épave, dont une partie sert d’adossement à l’atelier et *conséquences du relèvement du niveau des eaux géré par le barrage  depuis le 1 janvier 2020 passant de 12 mètres à 12 m 30, +/- 0,30, sur l’activité du chantier. Les deux parties sont convenues d’agir au plus vite pour normaliser « administrativement » le premier point et sur le deuxième point, examiner les « possibles » d’avenir du chantier, compte-tenu des contraintes réglementaires actuelles. Nous nous sommes accordés pour essayer de trouver des solutions en élargissant notamment l’analyse à l’ensemble du « territoire » de Quelmer et ses perspectives de développement. A suivre donc.

 

 

– 21 janvier 2020 : Rencontre avec l’association Al’Lark à Cancale : Première rencontre entre les deux associations pour faire une connaissance respective de nos activités, fort opportune à trois mois de la mise en navigation effective du Commandant O’Neill. Très belle rencontre sur le fond et des sujets qui mériteraient une mutualisation des démarches sur laquelle nous reviendrons ultérieurement.

 

 

– 18 janvier 2020 à Dinard : Participation à l’A.G. du CIFGO (Centre international de la Francophonie du Grand Ouest) : Une très belle assemblée très concrète qui a clos un exercice 2019 positif et a permis de jeter les actions à venir en 2020, proposées par le Président et son bureau. Parmi celles-ci on a relevé la volonté d’organiser des événements autour de la mémoire du grand aventurier qu’a été Daniel de la Touche de la Ravardière, lequel partant de Cancale en 1612 a abordé les côtes de Säo Luis du Brésil et fondé cette nouvelle colonie. Ce sera pour nous une manière de rendre hommage à Alain Roman qui nous a bien  raconté son histoire. Nous avons promis à sa veuve Madame Roman et au Président du CIFGO l’appui très concret d’ETEM.

 

 

– 17 janvier 2020 : Rencontre avec Michel Peressin à propos de la conférence qu’il tient le 5 mars prochain et que nous soutenons: « Philosophies et religions du monde chinois ». Vous trouverez ci-après son retour sur notre entretien de ce jour., entretien extrêmement riche.

Ancien officier de l’armée de l’air, puis directeur des opérations dans une entreprise de formation spécialisée à l’export, Michel Peressin a repris son cartable d’étudiant pour se consacrer à temps plein à l’étude de la langue et de la civilisation chinoises. Diplômé de l’Inalco (Institut National des Langues Orientales) à Paris et installé depuis peu à Saint Malo, il poursuit ses Etudes chinoises à Rennes II, tout en exerçant une activité libérale de professeur de chinois et de formateur FLE (Français Langue étrangère). Passionné d’histoire et de culture chinoises, il a développé et mis en œuvre un cours modulaire d’acculturation au monde chinois pour des entreprises françaises et c’est le module « Philosophies et religions du monde chinois » qu’il aura plaisir à partager et discuter le 5 mars.

Cette conférence est une présentation généraliste, de 90 mn environ, des principaux courants de pensée philosophiques, notamment le confucianisme et le taoïsme et des principales religions, bouddhisme, taoïsme, religions diverses pratiquées dans le monde chinois. S’adressant à des auditeurs non spécialistes de la sinologie, le but du propos est de donner des clés de compréhension et d’analyse des principales notions et interactions de la pensée et des religions qu’on peut rencontrer dans les pays de langue chinoise, afin de mieux comprendre certains aspects des étapes clés de la construction de la Chine ainsi que les enjeux du futur tels qu’ils se présentent aujourd’hui. S’appuyant sur une présentation powerpoint illustrée, la conférence, qui est libre d’accès, se veut interactive autant que possible et sera limitée à vingt auditeurs compte tenu des dimensions des locaux d’accueil, dont nous vous donnerons prochainement l’adresse. 

C’est un événement culturel auquel nous nous associons avec plaisir, dans la poursuite de nos efforts d’acculturation à la stratégie actuelle de la Chine, au travers notamment, du projet des « Nouvelles routes de la soie » sur lequel nous vous avons déjà alertés et informés et auquel nous participons directement et indirectement par l’intermédiaire de certains de nous membres. Nous en reparlerons. A bientôt donc. 

 

 

 15 janvier 2020 : Réunion de travail autour d’Aleph, près de Rennes : Une douzaine de personnes ont travaillé sur la mise en place des premières machines Aleph et équipements connexes sur plusieurs sites d’élevage dans les deux filières avicole et porcine, en Bretagne et en Suisse où nous disposons d’un partenaire très actif. Les premières étapes d’une installation industrielle sont donc enclenchées, lesquelles devraient nous permettre de capitaliser sur les expérimentations faites en sites propres, durant les trois prochains mois, à minima. Les personnes présentes autour des équipements exposés pour la première fois ont partagé un sentiment de réelle satisfaction et une volonté décuplée d’aller au bout de ce challenge important pour éleveurs et les animaux en élevage. A suivre donc.

 

 

– 10 janvier 2020 : Réunion de travail avec notre partenaire KaleidOuest, à Saint-Malo : Cette rencontre de début d’année nous a permis de faire un point sur l’année écoulée et les perspectives 2020. 2019 a été un exercice très bon, nourri par l’accueil de plusieurs délégations chinoises et les contacts créés pour développer les échanges futurs entre la Chinenotre grand Ouest et plus précisément, ceux entre la province du Shaanxi, Xi’An et le Pays de Saint-Malo. A noter que Ye Peng a été une co-fondatrice majeure de l’Association des anciens élèves chinois  présents en France ayant fait leurs études à l’Université XISU (Xi’An International Students Université) à Xi’An. Un réseau très actif et intéressant pour nous tous. Bravo à Ye. Notons qu‘ETEM a des relations actives depuis quelques années avec plusieurs de ses anciens élèves.

Au cours de 2020 nous accueillerons plusieurs délégations, dont une sur la gastronomie chinoise qui fera suite à sa visite en 2018 (voir notre site) et une autre, conséquente, plus de 150 personnes, dont l’objet est bien de nourrir des liens  entre les peuples à travers la musique. Le thème de leurs actions est : « La musique m’emmène à la découverte du monde ». Une belle perspective que nous accompagnerons au mois d’Août. Enfin nous n’oublions pas notre objectif de monter  dernier trimestre 2020 une visite de découverte et d’échanges à Xi’An pour une première délégation de membres d’ETEM. Autrement écrit, KaleïdOuest a du pain sur la planche, d’autant que nous comptions développer nos premières approches  initiées depuis 2018 dans le cadre des « Nouvelles routes de la soie ». A suivre.

 

 

– 7 janvier 2020 : Rencontre avec « Agriculteurs de Bretagne » chez « Terres de Saint-Malo » à  La Gouesnière : Créée en 2012 au cœur de la Bretagne, cette association a pour objectif de « rassembler tous ceux pour qui l’agriculture est un levier essentiel du développement économique et social d’un territoire ». Forte aujourd’hui de 3100 agriculteurs, 150 entreprises et 150 communes adhérents, l’association, reçue par la coopérative Terres de Saint-Malo, est venue faire la promotion de ses actions. Elle ambitionne de rassembler un maximum des 65000 agriculteurs de Bretagne. Pour cela elle propose plusieurs actions. Celles-ci ont pour objectif de renforcer l’image des agriculteurs et de développer leur dialogue avec leur environnement de proximité. Journées portes ouvertes, témoignages d’agriculteurs, participation à des événements de proximité, interventions dans les médias sous toutes leurs formes, sont autant de leviers d’action pour lutter contre « l’agri-bashing« , mais aussi et surtout des moyens pour valoriser la qualité du travail et des produits fournis par les « agriculteurs de Bretagne ». Une très belle rencontre, utile car le Pays de Saint-Malo est étrangement absent de cette démarche ! Celle-ci devrait être suivie d’un prochain échange avec les dirigeants pour étudier les modalités d’un partenariat entre nos deux association. ETEM est en effet au cœur de cette problématique qu’il nourrit par exemple et ce depuis le début, en apportant son soutien à la mise en oeuvre de technologies de rupture favorisant le développement d’un « bien manger durable ». Ce fut, un temps notre participation à ACETEM, mais c’est surtout la dynamique de notre « Pacte de Montmuran ». A suivre donc.

 

 

– 28 décembre 2019 : Réunion de bureau d’ETEM à Saint-Malo : Cette dernière réunion de bureau nous a permis de faire le point sur l’activité très dense des deux derniers mois de l’année 2019. L’essentiel en est rappelé dans notre rubrique « Actualités » dans le chapitre « Vie de l’Association » de notre site. Au cours de cette même réunion nous aussi avons jeté les bases de notre programme du premier semestre 2020, lequel sera riche et particulièrement intéressant. Nous vous en préciserons les détails, ainsi que l’état d’avancement des projets, lors notre prochaine lettre n°20 qui sortira fin janvier. Enfin le bureau a pris deux décisions : il a donné son accord unanime pour adhérer à l‘Association des Amis du Musée d’Histoire Maritime de Saint-Malo, présidée par Pierre-Xavier Collinet, par ailleurs membre soutien du projet du Commandant O’Neill.

Le bureau a ensuite donné, à son Président, tous pouvoirs pour définir les modalités de construction d’un partenariat avec les associations présidées par Jacques Golivet, la Fédération des commerces et celle des métiers de l’immobilier sur le Pays de Saint-Malo. Il a été décidé enfin d’envoyer à tous un bref message d’amitié et de meilleurs vœux pour la nouvelle année. A l’année prochaine.

 

 

– 23 décembre à Pleudihen : Participation à l’A.G. de l’association ViVaTerr : Belle assemblée réunissant près de 40 membres, présidée par David Boissière. Pour mémoire, l’association créée en 2016, à laquelle ETEM adhère et qu’elle soutient depuis le début, a pour objectif de développer la culture du blé noir en Pays de Rance. Cette culture, 17000 ha en 1880, 3500 ha environ aujourd’hui dans toute la Bretagne, participe pourtant à la vie dynamique des sols et fournit des revenus complémentaires aux agriculteurs. Deux ans après sa création l’association peut compter sur 25 agriculteurs, cinq apiculteurs sur 240 ha environ. Les perspectives pour 2020 sont en croissance. Les produits récoltés sont moulus au Moulin de Roncin à Ploërmel et commercialisés auprès des professionnels. Le partenariat intelligent passé entre ViVaTerr, les agriculteurs, apiculteurs et le Moulin de Roncin permet à chacun d’y trouver non seulement son compte, mais aussi de participer à la construction d’un nouveau modèle agricole éco-durable et social. C’est pourquoi ETEM, qui porte le Pacte de Montmuran est très attaché à ViVaTerr. Une démarche exemplaire, par delà les pesanteurs du système classique. C’est à remarquer et à consolider. Le repas qui suivit alimenté par des produits du terroir y participa, heureusement arrosé avec les bons crus du cidre Sorre, dont les propriétaires sont partenaires de la démarche.

 

 

– 21 décembre 2019 à Saint-Malo : Assemblée Générale de l’Association du Nouveau Pourquoi pas ? Cette assemblée à laquelle nous comptions participer a été tout simplement annulée et ce de manière unilatérale par le Président, sans prévenance, la veille pour le lendemain. Cette décision était par ailleurs accompagnée d’une lettre de démission de sa part avec un retrait définitif de l’Association. Les quelques membres concernés par la vie de l’association et du projet ont convenu de se revoir en Janvier 2020 pour examiner les modalités d’une poursuite éventuelle de l’activité. Triste situation qu’il nous faut réactiver, car c’est un projet que nous soutenions depuis le début. ETEM apportera autant que possible son soutien à ceux qui reprendront ce qui fut le rêve d’un jeune, certainement « désarçonné » par la réalité des enjeux et l’ampleur des travaux à mener. A suivre donc.

 

 

– 19 décembre 2019 à Saint-Malo au Centre Cristel éditeur d’art : Découverte d’une artiste « entre terre et mer » : Anne Limbour : Ce jour nous avons eu la joie de découvrir une artiste connue à Saint-Malo, depuis sa première exposition en 2016 à ce même centre d’art, exposition intitulée « Magiciennes ». Magicienne l’auteur en est une, c’est certain. « Cette artiste, maintes fois primée, recrée le monde à sa manière, incroyablement originale et poétique. Son secret, son univers : les plumes de toutes sortes. Plumes de paons, plumes de faisans, de pigeons, de dindes, de bécasses, de verdiers ou d’oiseaux, qu’elle revivifie et transforme en poissons ou univers aquatiques, faits de formes, de cercles et de courses, nous emportant dans des univers oniriques. Ce sont des créations « entre terre et mer » dans lesquelles les enfants que nous sommes, se retrouvent, avec joie et émerveillement, nous invitant à mieux regarder le monde. Une belle découverte que nous nous proposons de vous faire partager en organisant au premier semestre 2020 une rencontre exposition autour de ses créations,comme nous l’avions fait avec Gillaume Roger Aussant sur son oeuvre photographique. A bientôt donc.

 

 

– 14 décembre 2019 à l’hôtel L’Univers à Saint-Malo : Rencontre avec Marc Tardieu, sur le thème suivant :  » Amélia Bouvet, le glorieux destin d’une Malouine méconnue ». à partir de son roman : « Madame de Saint-Malo ou La Fidélité ». Cette rencontre, organisée par notre association, a permis à plusieurs de nos membres, grâce à des lectures à deux, de Marc et de son épouse, mises en scène fort habilement, de quelques extraits commentés du livre ou de documents historiques de l’époque, d’entrer dans la vie du personnage d’Amélie avec beaucoup d’intérêt.  Ce fut un moment fort apprécié de la vingtaine des personnes présentes. Fort de ce moment de qualité, nous imaginons le reproduire l’année prochaine Pour le proposer à davantage de nos membres. L’histoire dAmélie, l’époque concernée en valent la peine avec la qualité d’écriture de l’auteur en plus, qui est bien réel. Une très belle soirée qui se prolongea tard dans la soirée autour de discussions entre tous les présents et Marc, lequel a dédicacé plus d’une vingtaine de livres.

 

 

– 12 et 18 décembre, à Saint-Jouan des Guérets : premières rencontres avec Jacques Golivet : Celui-ci est Président de deux associations réunissant sur le territoire du Pays de Saint-Malo les acteurs du commerce et des services d’un côté et ceux des professionnels de l’immobilier, de l’autre côté. Au cours de nos rencontres, nous avons échangé sur nos possibilités d’un partenariat entre nos associations, pour mobiliser les acteurs sur des actions de promotion valorisant les métiers et les ressources capitalisés dans ces réseaux professionnels afin de nourrir un peu plus la dynamique et l’attractivité de notre territoire. Nous sommes convenus de nous revoir pour poser les premières propositions en début d’année 2020.  A suivre donc.

 

 

– 10 décembre 2019 à Saint-Lunaire : Rencontres du PPNR : Dans le cadre du Comité scientifique du Parc Naturel Régional, une septième conférence nous a été proposée sur le thème des « Systèmes économiques et sociaux au sein PNR ». Nous retiendrons de cette rencontre le brillant exposé fait par Yves  Morvan, bien connu de nos membres. Celui-ci, s’appuyant sur un diagnostic très complet, nous a projeté  en 2040, en nous proposant plusieurs hypothèses dont la réalisation dépendra de notre volonté de travailler ensemble. Il s’agira aussi  de nous inscrire dans une économie durable et sociale mutualisée. Yves nous a fait l’amitié de nous communiquer son texte. Nous le tenons à votre disposition à demande.

 

 

– 7 décembre 2019 : Atelier d’enluminure proposé par Noura : Un beau succès qui a permis à huit personnes de découvrir cet art, en réalisant une lettrine historiée très riche et inspirée.Voir notre dernière lettre. A renouveler sûrement.

 

 

– 4 décembre 2019 à Dinard : Première rencontre avec Jean-Claude Weisz, Président du Cercle International de la francophonie du Grand Ouest (CIFGO) :  Après deux années d’existence, le CIFGO, dont l’objectif est la défense de la langue française, et de la culture francophone internationale notamment, compte plus d’une centaine d’adhérents et organise plusieurs manifestions dont la dernière a eu lieu à Saint-Malo, autour de l’Asie francophone du Sud-Est (Vietnam, Cambodge et Laos). Notre ouverture à l’international, en suivant les pas de nos aînés, intéresse le CIFGO et réciproquement, pour nourrir d’une dimension historique et culturelle nos prochains échanges. Nous sommes convenus de convenir du cadre de notre coopération lors de la prochaine A.G. du CIFGO. A suivre donc.

 

 

– 3 décembre 2019 à Rennes : Projet Vivons ensemble : Réunion de travail avec l’équipe de la  direction régionale de la Banque des territoires, pour faire le point sur la demande du prêt déposée par l’Association pour la construction des maisons. A noter que le conseil municipal de Cancale s’est prononcé à l’unanimité pour accorder sa caution sur l’entièreté du prêt et sa durée. Un point important pour pouvoir obtenir rapidement ce prêt. Le 14 décembre une réunion de bureau faisait le point sur la situation et précisait les actions à conduire durant les deux prochaines mois de l’année 2020

 

 

– 27 novembre et 11 décembre 2019, à Saint-Suliac : Préparation des prochaines réunions littéraires proposées autour des œuvres de Bernard de Prat « Les roses de Lima » et d’Alain Rossignol « Le Gouellic,un armateur dans la tourmente ». Ces deux rencontres vous serons proposées à partir du deuxième trimestre.

 

 

–  21 novembre 2019, à Dinard : Rencontre entre les animateurs du PPNR ( Projet du Parc Naturel Régional  ) et des membres du CEPR ( Club de Entreprises du Pays de Rance). Premiers échanges sur la manière de mobiliser les entrepreneurs sur la création future du Pacte  Naturel Régional et ses atouts pour les entreprises. Il s’agit d’en faire de véritables des « entrePreNeuRs, véritables « ambassadeurs » du projet de Parc. A suivre volontiers, si la gouvernance  actuelle du parc montrait à l’avenir plus de cohérence et d’ouverture vers une économie de progrès durable et non dominée, comme c’est le cas aujourd’hui, par une écologie idéologique souvent exclusive, et participant de l’idée d’une décroissance économique pour « sauver » la planète, le climat… Un projet que nous suivons depuis toujours mais avec prudence et beaucoup de perplexité.

 

 

– 13 novembre et 2 décembre 2019 à La Passagère (35) : Réunion de travail avec Julien Reemers, le patron du Chantier La Passagère, autour  de la construction d’un nouveau projet de bateau de course au  large, en intégrant de nouvelles technologies de manière écosystémique. Il s’agit d’obtenir une meilleure efficience sportive, en mettant en oeuvre des éléments constitutifs du bateau durables  et en mobilisant des personnes autour d’un projet social et territorial. A suivre.

 

 

– 11 novembre 2019 à Acigné (35) : Pacte de Montmuran : Participation à la semaine du Sol : Cette semaine organisée du 10 au 14 novembre dans le Grand Ouest, a pour objet de faire découvrir et comprendre l’agriculture de conservation et de régénération des sols. Pour quoi faire ? Pour pallier l’absence de communication sur cette pratique nouvelle : • En créant un événement sur l’agriculture de conservation des sols (ACS), une voie de régénération des sols dans un contexte d’érosion et de réchauffement climatique, • En organisant des espaces de rencontre et d’échanges entre les agriculteurs pratiquant l’ACS, mais aussi avec les citoyens, les élus, les agriculteurs évoluant sur d’autres systèmes, • Pour faire évoluer le positionnement des citoyens, les agriculteurs et les élus vis-à-vis de ces systèmes, apporter une alternative aux discours véhiculés dans les médias, • En montrant que l’ACS répond à de grands enjeux, notamment sur la notion de bas carbone et la sécurité alimentaire. Parmi les  5 projections prévues du film documentaire « Bienvenue les vers de terre »  en présence du réalisateur François Stuck et de Sarah Singla, agricultrice et présidente de l’association Clé 2 sol, nous avons pu participer à celle proposée à Acigné devant un public de 170 personnes. La salle a été comble, plus de vingt personnes ont été refusées.. Le débat qui a suivi la projection a été particulièrement riche, pragmatique et serein, la qualité du film y aidant. Plusieurs de nos membres y ont participé, dont Bernard de la Morinière, témoins passionnés et ardents défenseurs d’un mode de culture qu’ils pratiquent depuis plus de 15 ans et que nous promouvons au sein de notre démarche du Pacte de Montmuran. L’agriculture de conservation est une solution pour rendre nos agricultures durables. L’enjeu est de cultiver sur un sol vivant, fertile et qui ne s’épuise pas.

L’initiative, largement soutenue par la Coopérative Triskalia, un des membres fondateurs du Pacte de Monmuran a le mérite de faire passer un message positif et concret sur les démarches initiées par certains agriculteurs (5% des terres cultivables aujourd’hui). Ce sont des alternatives concrètes pour répondre aux nouveaux paradigmes qui nous interpellent, dont celui du « bien manger durable ». Un très beau succès à développer. C’est un vrai service rendu à nos agriculteurs, un outil pour aller vers une fierté retrouvée et une perspective sociale apaisée. Une chance à saisir à défaut des réserves des médias sur la promotion de telles « monstrations », pour des raisons de pesanteurs lobbyistes économiques et écologiques plus idéologiques.

 

 

9 novembre 2019 : Toujours à propos du grand projet des nouvelles routes de la soie ou de la  « Belt and Road Initiative », la « BRI »,  retour sur notre rencontre du 8 novembre à la Librairie l’Étagère à Saint-Malo avec Catherine Verger auteur de « La française de Tiananmen », écrit sous le pseudonyme de Laure Guimer. L’idée qu’elle a eue de retrouver des anciens amis chinois rencontrés trente ans auparavant dans les circonstances exceptionnelles de Tiananmen est une approche originale et particulièrement intéressante. Elle nous  entraîne aussi bien dans la vie quotidienne des chinois d’aujourd’hui, que dans leur souvenir mémoriel de l’événement du 4 juin 1989, présent et occulté tout à la fois chez chacun de ses interlocuteurs, naturellement parce qu’un chinois regarde toujours devant, et aussi par la volonté politique d’occulter cet événement de l’histoire contemporaine chinoise. Ses rencontres à trente ans d’intervalle sont particulièrement riches en compréhension de ce qu’est le peuple chinois au plus profond de lui et de sa capacité d’adaptation. Cet ouvrage devrait permettre de quitter l’approche négative presque caricaturale que la plupart des français ont des chinois et de la Chine en général.. Merci donc pour ce livre. Il mériterait une meilleure promotion pour le faire connaitre, notamment près des élèves scolarisés dans la langue du chinois dans les lycées et collèges. Dans la poursuite de notre souhait de faire connaitre la Chine et ses projets dont celui de la  « BRI », nous profitons d’avoir fini la lecture du livre de Jean-Pierre Raffarin : « Chine, le grand paradoxe », pour vous le recommander. Il s’agit d’un livre remarquable par la richesse de son contenu. Il devrait contribuer là aussi à faire tomber les « a-priori » que nous avons sur ce continent, ce peuple et son pouvoir. Il peut aider à comprendre l’avenir de nos relations à venir avec la Chine, en saisir toutes les opportunités avec vigilance. Ce que nous avons entrepris avec certains de nos membres. Nous en reparlerons très prochainement. A suivre donc . Vraiment un livre à lire impérativement.

 

 

– 10 octobre 2019 : Réunion de travail avec la direction de Tronico à Saint-Philbert  de Bouaine (85 ) : Il s’est agi de mettre en place les conditions du développement commercial du produit InSiTox de la société Tame Water associé à celui d‘Aleph de la société B612 pour proposer aux éleveurs, un système d’analyse et de traitement biologique de l’eau d’abreuvement des animaux, pour en améliorer la sureté sanitaire des animaux et des hommes. Partenaire du Pacte de Montmuran, Tame Water, anciennement Tronico Vigicell, est très mobilisé sur le sujet. Très bonne réunion dont les premiers essais seront mis en oeuvre durant les trois prochains mois avec le groupe coopératif Eureden. A suivre donc.

 

 

– 5 octobre 2019 : Réunion de travail à Saint-Malo avec Do Cobalt pour la mise en place d’un deuxième concert « Terre et Mer »: Nous sommes convenus de trouver un lieu nous permettant d’entre en lien direct avec la Rance. Pleudihen, Plouer/ Rance, Taden sont des lieux que nous allons étudier. Nous souhaitons proposer,  courant décembre, une interprétation musicale valorisant cette complicité humaine et naturelle naît de cette vie qui a été induite par la présence du cours de la  Rance. Après Saint-Malo, où la mer s’ouvre à l’océan et aux violences des chocs entre des mondes agités, le temps est venu, deux ans après, de nous  nourrir de ce qui a fait notre écosystème séculaire et a conditionné la vie des femmes et des hommes de ce territoire : » entre terre et mer » et en a fait « des gens de caractère ». Nous serons plus dans un hommage à ceux qui entreprennent,  et veillent à sauvegarder cette soif de conquête de  solidarité, tout à la fois, qu’ils ont partagée et que le projet de Parc Naturel Régional se propose de valoriser. A suivre donc.

 

 

– 5 octobre 2019 : Participation à l’A.G. de l’association « Vivons ensemble… » à l’EPHAD de Cancale : l’A.G. s’est tenue dans le meilleur esprit possible. 70% des 61 membres à jour de leur cotisation étaient présents ou représentés, soit 43 personnes. La présence du Maire de Cancale et conseiller départemental, de son adjointe et de sa déléguée aux affaires sociales notamment, celle de la conseillère départementale et présidente de la CME du groupe hospitalier de Saint-Malo, celle du maire de Pleudihen, en observateur, montrent à l’évidence que le projet bénéficie du soutien des élus concernés par le projet. Le maire de Cancale a par ailleurs confirmé que son conseil municipal se prononcerait très prochainement sur l’accord de principe de la commune pour donner sa garantie d’mprunt à l’association pour son prêt auprès de la Caisse des Dépôts. L’ A.G. des membres  a donné quitus à l’unanimité des membres votants, à la Présidente et au trésorier de l’Association. De même qu’elle a réélu pour trois ans, dans leurs fonctions respectives, la présidente et la secrétaire, appelées à renouveler leur mandat. Très belle réunion au cours de laquelle deux dates ont été retenues du rétro-planning » qui a été présenté, Janvier 2020 pose la première pierre et juin 2021, accueil des premiers résidents. Une très belle association, un très beau projet  que ETEM est fière d’accompagner depuis l’origine. A suivre donc.

 

 

– 3 octobre 2019 : Réunion de Travail à Dinard avec Christian Fraud, patron des éditions Bow Window : Premières réflexions sur la réalisation du livre imaginé pour valoriser l’exposition sur les Enluminures qui a permis de révéler sur notre territoire les talents de l’artisan d’art qu’est Noura. Nous sommes convenus d’un premier cahier des charges : Prix proposé au lecteur : 25 €. Première édition de 1000 ouvrages sous un format identique à celui édité sur « les Moulins à marée de la Rance et de la côte d’Emeraude, au fil de l’histoire », 100 pages et illustrations nombreuses, textes concis… Christian Fraud doit revoir Noura, durant ce mois pour finaliser le contenu. ETEM est en charge du projet. A suivre.

 

 

– 1er octobre 2019 : Réunion de travail à Dol avec Olivier Delépine pour préparer la prochaine saison. Il s’agit notamment de valoriser la salle qui a reçu avec succès l’exposition « Enluminure » pendant trois mois, en proposant une nouvelle animation. L’objectif est bien consolider l’attractivité du CathédralOscope auprès des touristes de passage entre Le Mont-Saint-Michel et Saint-Malo. A suivre.

 

 

– 27 septembre 2019 : Participation à l’A.G. de l’ASPPPPMD au cours de laquelle nous avons du constater des disfonctionnements majeurs. Une nouvelle A.G. est prévue pour le 15 novembre prochain à Dol de Bretagne. A suivre.

 

 

– 25 septembre 2019 : Le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel devient le 19e Grand Site de France. Depuis plusieurs années, les sites des cap d’Erquy et de Fréhel travaillaient à leur labellisation Grand Site de France  Depuis plusieurs années, les sites des cap d’Erquy et de Fréhel travaillaient à leur labellisation Grand Site de France Cette fois, c’est fait ! Les deux sites du cap d’Erquy et du cap Fréhel,  viennent de l’obtenir mardi 24 septembre 2019. Il récompense un long parcours de travaux et d’aménagements et est source de promesses. Le 19e Grand Site de France cap d’Erquy-cap Fréhel se fait une place sur la carte. Il se positionne aux côtés des deux autres Grands Sites bretons que sont la Pointe du Raz Cap Sizun et les Dunes Sauvages de Gâvres à Quiberon. Une mise en valeur très forte au niveau national et international souhaitée par les acteurs locaux depuis longtemps. L’opération en vue de la labellisation a débuté en 2012. De nombreux travaux d’aménagements ont été entrepris sur les deux caps mais aussi en amont pour gérer le flux touristiques notamment. C’est d’ailleurs l’un des intérêts de ce label qui protège « des paysages emblématiques qui bénéficient d’une très forte notoriété et d’une belle attractivité.». Près de 3 millions d’euros ont été investis par des porteurs de projets multiples comme le Département des Côtes d’Armor, le Conservatoire du littoral, les communes… Parmi les réalisations : l’accueil du public au Cap Fréhel avec les travaux de requalification du Cap Fréhel par le Conservatoire du Littoral et la commune de Plévenon, la valorisation des ouvrages historiques et des petits boisements, la réduction de la publicité dans le paysage, le guide pour un paysage de qualité sur le Grand Site, le développement de l’offre de randonnées, etc.

Le label est attribué pour une durée de six ans et garantit aux habitants comme aux visiteurs « le maintien d’un accueil de qualité et un tourisme respectueux de l’identité de ce site remarquable. ». Une belle récompense pour cette partie Ouest de notre territoire « Entre Terre et Mer, des gens de caractère ». Bravo à tous ceux qui ont conduit avec succès cette « longue marche ».

 

 

– 23 septembre 2019 : Projet « Vivons ensemble : Réunion de travail à la CDC à Rennes pour finaliser les éléments du plan de financement du projet de construction des « maisons familiales pour nos aînés ».

 

 

– 21 septembre 2019 : Réunion du bureau élargi d’ETEM  au cours de laquelle, notamment il a été arrêté les grandes lignes de la future lettre d’information n°18

 

 

– 20 septembre 2019 : 3ème « Rencontre littéraire » organsiée par Isabelle Mezard et Vincent Spatari, à Saint-Suliac, autour du dernier livre d’Albert Camus : « Le premier homme ». Très belle rencontre qui a recueilli  les félicitations de tous les présents. Une belle réussite à renouveler.

 

 

– 19 septembre 2019 : Participation aux ateliers de rentrée du CEPR, à Plouer/Rance

 

 

– 14 septembre 2019 : Ville-Port-Monde /Saint-Malo appareille :  Organisée par le collectif « Les Vagues », 60 personnes environ, dont quatre de nos membres, ont participé à une démarche collective pour explorer et réinventer ensemble l’avenir de Saint-Malo. Son rapport au monde, sa capacité à co-construire une « intention » inspirée du « biomimétisme » de la nature. Des interventions, des ateliers de créativité à partir de cartes sur lesquelles chacun pouvait jeter ses pistes d’aspirations. Une belle matinée !

 

 

– 10 septembre 2019 : Le dixième anniversaire du Cresco :  Cet organisme dont nous avons déjà parlé sur notre site et son directeur, Eric Feunteun, à qui nous devons le concept de « merritoire », font partie de ces acteurs d’excellence présents sur notre territoire. Lors de ce dixième anniversaire il a été agréable d’en retracer l’histoire et ses perspectives. Installé à Port Blanc à Dinard en 2008, le Centre de recherche et d’enseignement sur les systèmes côtiers (CRESCO), qui a réuni le Musée national d’histoire naturelle et l’Ifremer est un lieu de recherche connu à l’international. Il accueille une quarantaine de chercheurs et collaborateurs scientifiques. Les perspectives sont encourageantes avec le regroupement envisagé de l’équipe de géoécologie aujourd’hui installée dans une villa boulevard de la mer. Un projet de construction d’un batiment adapté de l’ordre de 1500 m2 est à l’étude. Il pourrait développer ainsi la capacité d’accueil de stagiaires et de chercheurs invités, permettant de développer l’activité des équipes et la notoriété du centre. Le plan de financement est à l’étude. Les collectivités concernées se sont déclarées favorables à l’extension des bâtiments. Juste récompense pour ces équipes. Bel hommage aussi  à la  mémoire  de Charcot, (mort le 16 septembre 1936) qui  a été à l’origine du laboratoire en 19365 à la villa  Bric à Brac, devenu depuis le Castelbrac. Un bel atout à déployer sur le Pays de Saint-Malo, le pays d’ETEM.

 

 

– 6 septembre 2019 : Projet  » Vivons ensemble » :  Première réunion de travail entre la maîtrise d’ouvrage, la maitrise d’oeuvre et l’assistance à maîtrise d’ouvrage, accompagnés par le président d’ETEM, pour lancer les opérations du chantier de construction « des maisons familiales pour nos aînés », Plusieurs points ont été abordés : calendrier de la programmation, objectifs poursuivis et répartition des responsabilités de chacun dans la bonne conduite du projet. La Présidente a par ailleurs exprimé son souhait de pouvoir s’organiser pour poser la première pierre, courant décembre. Celle-ci se ferait en présence, notamment, de Cameron Camp, le professeur américain de neuroscience, qui a adapté la méthode Montessori aux personnes agées et qui est très intéressé par le projet. ce fut une réunion très éfficiencte, qui s’est déroulée dans la meilleure humeur possible. A suivre donc.

 

 

– 31 août 2019 : Des nouvelles du côté de la « Route de la soie » : Un sujet que nous connaissons bien et que nous essayons de partager avec vous, au delà des préjugés que d’aucuns peuvent avoir. Une information captée dans un article du Marin du 29 août a retenu notre attention Le port grec du Pirée a connu une hausse de son trafic de 700 % depuis l’arrivée du chinois Cosco en 2009. Devenu un port incontournable en méditerranée, il entend arriver au niveau des grands ports de l’Europe du Nord. Le Chinois Cosco prépare un nouveau plan de développement de plus de 280 millions d’€ pour porter sa capacité globale d’accueil de 10 millions de conteneurs EVP (équivalent vingt pieds), d’ici 2021. Reste à obtenir les autorisations du nouveau gouvernement grec. Il s’agît bien là d’actes concrets participant au développement des échanges internationaux dans le cadre du grand projet de la « Route de la soie », ce, malgré la « guerre commerciale » qui sévit entre la Chine et les Etats Unis. A suivre.-

 

 

– 30 août 2019 : Visite du Chateau de Bonnefontaine, un lieu de mémoire de  l’ histoire de France en notre territoire : L’histoire connue de Bonnefontaine débuterait à la fin du XI siècle lorsque Geoffroy Chaussebœuf fait donation de la terre de Bonnefontaine à l’abbaye de Saint-Florent de Saumur. À la fin du xiiie siècle Bonnefontaine entre dans la famille de Saint-Brice pendant trois générations. On la retrouvera plus tard, propriétaire du Chateau du Rocher Portail (1754-1653), voir notre note en date du 3 août. En 1370, Guillaume de Porcon, fils d’Olivier de Porcon, compagnon de Bertrand Du Guesclin, épouse Jeanne de Saint-Brice, unique héritière de Bonnefontaine. La famille de Porcon est originaire de Saint-Méloir-des-Ondes. Arthur de Porcon fut chambellan de la duchesse Anne de Bretagne et capitaine de Fougères en 1488. Les Porcon seront pendant deux siècles les seigneurs de Bonnefontaine. Françoise de Porcon devient héritière de Bonnefontaine en 1533, elle épouse Pierre Giffard de La Marzelière. Élevé à la cour du roi François Ier et gentilhomme de sa maison, Pierre Giffard de La Marzelière reçoit le collier de l’Ordre de Saint-Michel pour sa belle conduite au siège de Renty dans le Boulonnais en 1556. Il obtient du roi Henri II, le 5 juillet 1547, l’autorisation de transformer Bonnefontaine en place forte. C’est lui qui fera construire la partie Sud du château notamment la grosse tour à mâchicoulis. En 1604 la fille de François Giffard de La Marzelière hérite de Bonnefontaine, elle épouse en 1631 Malo de Coëtquen, fils d’une Capétienne (de la branche bâtarde d’Orléans-Rothelin) et petit-fils d’une Rohan Guémené. Les Coëtquen sont également à cette époque les seigneurs de Combourg où ils résident souvent et gouverneurs de Saint-Malo. Environ 150 ans plus tard, le fameux fantôme à la jambe de bois, cher au grand écrivain romantique Chateaubriand, comte de Combourg, n’est autre que Malo III de Coëtquen, baron de Bonnefontaine (et fils de Charlotte de Rohan Chabot). En 1754 Bonnefontaine est vendu par Louise-Maclovie de Coëtquen, épouse d’Emmanuel-Félicité de Durfortduc de Duras, maréchal de France. Bonnefontaine est acheté par Jean de La Motte, seigneur de Lesnage. Au décès de sa femme, son ayant droit ayant émigré, la terre est vendue comme bien national en l’an VII. Bonnefontaine changera de mains plusieurs fois jusqu’à ce que Guy Aubert de Trégomain s’en porte acquéreur en 1806. Ami des héritiers légitimes, le nouvel acquéreur agit avec leur consentement et les dédommage. Député d’Ille-et-Vilaine sous le roi Charles X, Guy Aubert de Trégomain fut un ardent défenseur du parti légitimiste, opposé à Louis-Philippe. Lors du Complot de l’Ouest (mené par la duchesse de Berry), visant à détrôner le nouveau roi des français (au profit du « comte de Chambord », petit-fils de Charles X), il se voit confier le commandement de l’armée d’Ille-et-Vilaine. Bonnefontaine est à nouveau vendu en 1858.L’acquéreur est le jeune François de Guiton (dont la famille a participé à la conquête de l’Angleterre avec Guillaume le Conquérant en 1066) âgé de 26 ans seulement et marié à Françoise Hay des Nétumières. Vingt ans plus tard il entreprend d’importants travaux qui donneront au château et au parc leur aspect actuel. La vicomtesse de Guiton, décédée sans postérité en 1910 a légué la propriété à son neveu, Jacques le Cardinal de Kernier, marquis de Kernier. Sa fille, Béatrix Le Cardinal de Kernier, en hérite. Par son mariage avec le comte Léonor de Rohan Chabot, Bonnefontaine est entrée de cette famille, dans laquelle elle est restée depuis lors.

Le parc de Bonnefontaine a été conçu et réalisé par les célèbres paysagistes Denis Bühler et Édouard André (1840-1911). C’est à Denis Bülher que l’on doit, parmi beaucoup d’autres, les jardins du Thabor à Rennes, et à Édouard André le parc Monceau à Paris et Hyde Park à Londres. Le parc paysager de Bonnefontaine, dit à l’anglaise, est typique du goût romantique de la seconde partie du xixe siècle période au cours de laquelle il a été réalisé. Le principe du parc de Bonnefontaine est une composition de vastes espaces naturels percés de larges perspectives encadrées de plantations ou de bosquets en plans successifs. Des essences nombreuses plantées lors de la création du parc sont toujours présentes, telles que les séquoias, taxodium (cyprès chauve), taxus cinencis (if de Chine), magnoliascèdres, palmiers, hêtres pourpres etc.    On peut aussi remarquer comme curiosité « l’arbre de la duchesse Anne ».

Ce châtaignier, se trouvant sur le bord de l’allée principale, porte un panneau indiquant que « les Bretons gardent le souvenir de leur dernière duchesse, Anne de Bretagne, qui s’est assise sous cet arbre renversé par la tempête de 1987 ». (Source : Wikipédia)

 

 

 

– 23/25 août 2019 : Double lecture à suivre particulièrement intéressante : « Dictionnaire impertinent de Saint-Malo » et « Pour l’amour de Saint-Malo » : Ces deux ouvrages, dont nous venons d’achever la lecture sont particulièrement intéressants.

Le premier : « Dictionnaire impertinent de Saint-Malo »,  dont l’auteur,  Jacques-Yves Balley, a pris le parti de traiter de Saint-Malo, qu’il connait bien, en pratiquant « le pas de côté ». Ce parti pris lui permet de remettre l’histoire à sa place, telle qu’elle fut et non telle qu’on la raconte aujourd’hui, souvent parce qu’elle sert des intentions, voire des intérêts « peu avouables » dit-il. L’auteur nous fait par ailleurs découvrir des lieux, des invitations au voyage et des personnages qui ont marqué beaucoup des générations qui nous ont précédés. Certains « pas de côté » sont par ailleurs suffisamment impertinents pour ouvrir de nouvelles perspectives pertinentes, absentes actuellement des discours des responsables actuels. Ouvrage accessible (140 pages), publié aux Editions Yellow Concept, présent dans beaucoup de librairies de la place, ce livre, par ailleurs écrit très agréablement, est à lire assurément .

Le deuxième : « Pour l’amour de Saint-Malo », dont l’auteur Marc Tardieu, devenu malouin de coeur, prend un parti différent du « pas de côté », pour nous faire partager sa passion presque charnelle pour l’histoire de Saint-Malo. Pas de questions dans ce livre, mais le souci d’être le plus proche de ceux qui ont fait Saint-Malo à travers les siècles. Dans ce petit ouvrage (75 pages), il a le mérite de nous rendre les personnages attachants, et les lieux de mémoire vivants, encore aujourd’hui. On ressent chez cet auteur, passionné par le bouddhisme et soucieux de la « condition humaine », un véritable intérêt pour les  causes solidaires. Pour lui, Saint-Malo n’est pas que « la cité des hommes aux illustres destins » conquérants, courageux, forts et attirés par la richesse ou la découverte. Ce fut aussi « la cité des grandes dames« , celle de la solidarité, de la générosité, des arts et de la culture. Nous redécouvrons avec plaisir ces belles personnes qu’ont été, par exemple, Jeanne Jugan, Amélia Carette, Suzy Solidor et Brigitte Fontaine et qui font partie du patrimoine immatériel de Saint-Malo, au même titre que les hommes aux illustres destins. En lisant ce petit opucule pour  » l’amour de Saint-Malo« , on passe un excellent moment, car l’écriture est aussi très agréable et il vous arrive d’être surpris de découvrir de belles histoires de vie. A lire donc avec plaisir.

Ces deux livres, très différents dans l’approche, nous offrent une vision contrastée. Mais à les lire à la suite, comme nous l’avons fait, nous avons le sentiment d’une ville qui se cherche une nouvelle « épopée » pour le XXIème siècle. Ils  sont une belle contribution à notre souhait  de vouloir la dynamiser, en valorisant son capital immatériel dans toutes ses dimensions.  Nous vous les conseillons ! Nous les avons classés dans la rubrique  » Nos Coups de coeur » de notre site.  

 

 

15 août 2019 : Des nouvelles de l’exposition « Enluminure » : Nous sommes à mi-parcours de l’exposition proposée par le CathédralOscope à Dol de Bretagne et la fréquentation rencontre un vrai succès qui va s’amplifiant au fur et à mesure des jours qui passent. Le fameux « buzz » ! Cette « exposition-événement », prévue jusqu’à fin septembre, rallie tous les suffrages des visiteurs, si on s’en tient à la lecture des commentaires élogieux, admiratifs et des remerciements touchants qui sont écrits sur le livre d’or. L’oeuvre de Noura touche beaucoup de visiteurs par la « saisine » du beau qui s’impose à vous, l’harmonie des couleurs qui jouent avec celles de l’univers, et l’esprit qui se dégage de ses oeuvres. La somme de travail que cela suppose en interpelle aussi beaucoup, à une époque où tout doit aller très vite. 

Ce jeudi 15 août, grâce à l’ambassade de membres d’ETEM, qui parraine cet événement, Noura et Olivier ont accueilli Monseigneur d’Ornellas, l’archevêque du diocèse de Rennes, Saint-Malo et Dol.

Ce ne fut pas seulement une visite, mais bien un vrai échange sur le sens de la création et les valeurs que portent un tel travail, une telle oeuvre ! La rosace, la pièce majeure de l’exposition, qui a nécessité plus de 3600 heures de travail réparties sur une année pleine, a été celle qui a fait dire à l’évêque, en espagnol, difficile à traduire en français, « Stupetiendo ». La qualité de la mise en scène d’Olivier qui porte bien l’ensemble des plus de 60 oeuvres exposées a  aussi retenu l’attention de notre visiteur. Ce fut donc une très belle rencontre qui va sûrement ouvrir d’autres perspectives pour Noura et ses soutiens. 

Dans tous les cas, une exposition à aller voir pour ceux qui ne l’ont pas encore vue et à revoir pour ceux qui ont été « saisis » par la qualité des oeuvres présentées ».

 

 

Costumes Dominique PEYRAUD

Costumes Dominique PEYRAUD

14 août 2019 : Une rencontre étonnante à la Malouinière du Montmarin avec Dominique Peyraud : Arrivée depuis plus de 7 ans dans notre région, Dominique consacre sa vie depuis plus de 50 ans à  la recherche historique sur le costume de la petite et moyenne bourgeoisie entre 1892 et 1912. Gràce à l’hospitalité des propriétaires de la Malouinière, elle a pu présenter idéalement, du 1er au 15 août, une large partie de sa collection de figurines entièrement réalisées à la main, y compris les têtes, perruques, corps,  environnement mobilier et contexte de l’époque… Le plateau de présentation est impressionnant par le nombre conséquent de figurines présentées, chacune ayant, sous la toilette, ses dessous complets et adaptés à la situation (heures et circonstances de la journée). La recherche de Dominique porte à la fois sur la mode et son évolution, les techniques de coupe et de couture de l’époque, y compris pour le détail. Le tout accompagné de spécimens originaux de journaux de mode  ou de planches de dessin de couturiers de l’époque. Moment étonnant et magique tout à la fois, émouvant aussi avec une Dominique très discrète, trop sûrement ! dont la passion est incommensurable. Chapeau madame Dominique. Un travail considérable qu’elle porte seule, qui mériterait que l’on songe à une meilleure valorisation de son oeuvre et à  la pérénnité de sa conservation. A suivre, notamment avec nos amis de Montmarin, à l’origine de cette magnifique exposition, la 11 ème, depuis l’arrivée de Dominique sur notre territoire.

 

 

– 14 août 2019 : Rencontres annuelles estivales à la Malouinière du Montmarin et retrouvailles avec l’Association Rochambeau. Comme chaque année, en cette saison, la Malouinière ouvre au public son parc et ses jardins largement animés par des milliers d’agapantes tous magnifiques. Pour la deuxième année consécutive, les propriétaires des lieux ont invité l‘association Rochambeau pour animer les deux journées des 14 et 15 août.  Cette association, animée par le cancalais Sébastien Jahier, porte le projet du « Corps Royal d’Infanterie de la Marine », une vraie reconstitution historique centrée sur la fin du XVIIIème siècle, illustrant de manière vivante, des épisodes  plein d’aventures, de progrès et de découvertes. Voir notre rubrique du 5 août 2008. Aujourd’hui leur animation nous propose un voyage au temps du siècle des lumières, notamment lors de l’engagement de la France pendant la Guerre d’Indépendance Américaine (1775-1783) et les grandes expéditions de la Marine Royale. Cette année, nous avons pu partager avec un vif intérêt les instruments, remèdes, formes et types de pansement, tous authentiques, utilisés par un « chirurgien de bord » de l’époque, bien présentés et commentés de manière très convaincante  et sympathique, par un des membres de la « troupe », sous l’oeil attentif de son commandant, le président de l’Association. (voir la photo). Pour en savoir plus sur leurs programmes : aller sur leur site : www: corpsroyaldinfanteriedelamarine.fr.

 

 

– 10 août 2019 : Découverte-surprise du Château du Rocher Portail :

ROCHER PORTAIL

Situé à Maen Roch, sur la commune de Brice en Coglès, entre Fougères et Saint-Malo, aux marches de notre territoire Entre Terre et Mer, très peu connu, ce château vaut plus que le détour. Il devrait être le passage obligé pour beaucoup d’entre nous, qui sommes passionnés par notre patrimoine historique et reconnaissants à ceux qui contribuent tout aussi passionnément à le valoriser. Ce château du XVIème siècle, dont les premières pierres remontent loin dans le temps,  est assis sur un « rocher » et était le « portail » entre la Normandie et la Bretagne, d’où son nom. Son nouveau propriétaire, natif des lieux, l’a ouvert récemment au public, en 2017. C’était son rêve d’enfance. C’est devenu sa passion. Gràce à lui nous pouvons découvrir un ensemble renaissance de 3000 m2 ( très rare en Bretagne) qui a été habité par trois familles successivement, laissant un ensemble mobilier et de décoration tout à fait authentique. Construit à partir de 1596 par Gilles Ruellan, ami notamment, du roi Henri IV, de la reine Catherine de Médicis et le Cardinal de Richelieu, il fut conseiller du Royaume, commerça avec succès et fit fortune. La visite guidée (12€) nous laisse à voir, combien les propriétaires successifs aux XVII et XVIIIè siècles ont eu de relations avec les armateurs ou découvreurs de Saint-Malo. La qualité authentique des pièces mobilières présentées en témoigne. C’est littéralement « bluffant » de beauté. De ce point de vue, ce chateau est bien partie prenante, aux côtés des « malouinières », de l’histoire du partrimoine « bâti » de notre territoire. Il nous laisse aussi un témognage authentiquement « vivant » de la manière de vivre de ces familles au cours des siècles, notamment sur la domesticité qui les accompagnait. Les habitations qui leur étaient dédiées sont devant vous, sous les combles du château, comme figées et vivantes tout à la fois. Magnifique !  C’est pourquoi nous tenons à vous inviter à aller le voir. Demain le château, sis parmi 60 hectares de forêt, parcs et jardins, sera aussi le lieu d’accueil et de visite d’un jardin à la française reconstitué à l’identique de l’ancien, gràce aux travaux d’une équipe de recherche archéologique qui a aidé à retrouver sa structure originale, datant du XVIème siècle. Les premières plantations ont été faites, les dessins des seize petits carrés plantés de charme, confiés à la nature et aux bons soins du jardinier pour faire le reste. En 2020, il sera ouvert à tous, cette année les travaux réalisés nous laissent en avoir un avant-goût. L’ensemble constituera, à n’en pas douter, un joyau de notre territoire, gràce encore une fois à la volonté, à la passion d’un homme, d’une famille. Merci à lui, merci à elle et à tous ceux qui les accompagnent dans cette démarche.

Il y a certainement quelque chose à bâtir entre nous pour accompagner cette belle aventure humaine autour de la valorisation du patrimoine de notre territoire. A suivre donc. Pour en savoir plus : contact@lerocherportail.fr; www.lerocherportail.fr

 : 

 

VIVONS ENSEMBLE - PERMIS DE CONSTRUIRE

VIVONS ENSEMBLE – PERMIS DE CONSTRUIRE

– 31 juillet 2019: Projet « Vivons ensemble » : L’association « Vivons ensemble » a reçu  l’arrêté du maire de la ville de Cancale , par lequel il lui est accordé le permis de construire n° PC 35049 19 A0016 pour la « Construction de 28 logements répartis en 4 « maisons familiales pour nos ainés » et un lieu commun sur le terrain sis ZAC des Prés Bosgers à Cancale.

Une deuxième étape de huit mois d’instruction vient d’être franchie avec succès, après celle des études autour du projet (deux ans) 

 

L’Association que nous accompagnons activement depuis le début,  va pouvoir maintenant, après les congés traditionnels du mois d’août pour le bâtiment, engager la troisième phase, celle de la construction. Une première réunion est prévue dès le 6 septembre avec les maitre d’oeuvre et assistant à maître d’ouvrage, pour lancer le programme et le calendrier des travaux, avec le souhait de pouvoir poser la première pierre, deuxième quinzaine de décembre, c’est du moins l’objectif de la Présidente. Pour en savoir plus sur le projet, il vous suffit d’aller sur le site : entreterreetmer.bzh, à la rubrique « Entreprenons ensemble », le projet Vivons ensemble ». Bonne lecture.

 

 

 

– 31 juillet 2019 : Pacte de Montmuran, suivi du projet : Très bonne réunion de travail à Ploufragran et Lamballe, avec les équipes de l’ANSES et des acteurs engagés dans la mise en place de sites tests pilotes d’exploitation, utilisant la machine ALEPH, notamment dans les filières cunicole et porcine. On se retrouve tous début septembre. A suivre.

 

 

– 28 juillet 2019 : Murs, murs d’histoire nous a proposé un rendez-vous à la Maison des fées : Premier  spectacle proposé dans la fôret du Mesnil au dolmen de Tressé, voir notre site à la rubrique « Promenades insolites ». Le lieu, archéologique très puissant, la fôret très présente, sont des ingrédients naturels et historiques pour porter une mise en scène autour des légendes bretonnes. Vincent Spatari, accompagné par deux artistes a su captiver un public très attentif, au destin très particulier de Tudgual. A noter que cette représentation, donnée sur le thème de « Patrimoine et Poésie » a été soutenue par la nouvelle commune de Mesnil- Roch, dont la maire, madame Christelle Brossellier, présente au spectacle, est convaincue de la pertinence de ce type de spéctacle pour développer la dimension culturelle en milieu rural. Merci à elle.

 

 

– 27 juillet 2019 : Rencontre aux Charmettes : Cet Hôtel charmant en bord de mer, au Sillon, à Saint-Malo est ausi un lieu de restauration isolite et de qualité tout à la fois. « Un lieu où on se sent bien ». Comme chaque année, nous faisons avec Fabrice Chauvel, le propriétaire animateur de ce lieu, adhérent d‘ETEM, un tour d’horizon de nos chemins respectifs. Il s’agit aussi de consolider nos relations avec ce lieu qui est un de nos coups de coeur et d’accueil de nos visiteurs (voir aussi notre site, rubrique « coups de coeur »). Nous sommes convenus de partager, au moins sur le réseau Face Book, nos informations respectives, pour nourrir le buzz utile pour faire mieux connaitre, nos activités ou événements et animations, comme l’exposition-événement sur l’enluminure, par exemple. Il dispose de flyers à cet effet et de cartes postales et marque-pages de notre association ETEM. Comme toujours un excellent moment d’échanges autour de valeurs partagées et de visions du territoire très positives et dynamiques.

 

 

– 24 juillet 2019 :  Journée au Cathédraloscope à Dol de Bretagne: Participation aux ateliers du jour : initiation à la taille de pierre et initiation à l’art de l’enluminure. Une vraie découverte festive pour les enfants ou adultes qui repartent tous avec l’oeuvre de leur travail. Une ambiance chaleureuse et joyeuse, gràce à la disponibilité bienveillante et technique de Noura, Marc et Olivier.

Enluminures cathedraloscope

Enluminures cathedraloscope

Ceux-ci doivent faire preuve patience avérée pour aider les « élèves » à revisiter la nécessaire concentration sans laquelle il n’y a pas de résultats probants. Un vrai challenge aujourd’hui pour beaucoup de jeunes notamment ! A recommander à tous.

 

 

– 20 juillet 2019 : Du côté du nouveau Pourquoi pas ? : Des nouvelles de Quentin, le président de l’Association : Embarqué sur le Belem depuis bientôt plus d’un mois, en navigation dans les mers du Nord, Quentin vit une belle entrée en profession avec ce poste de « matelot » qu’il a pu obtenir après les fêtes de Douarnenez. Un apprentissage de la mer, de la vie à bord, des rencontres humaines riches lui permettent de grandir. Deux mois qui lui auront été bénéfiques, il faut l’espérer pour lui et son propre avenir. En septembre il faudra bien reprendre la voilure du Nouveau Pourquoi pas ? pour mettre en oeuvre les décisions qui ont été prises lors de l’A.G. du 25 mai à laquelle nous avons participé. A suivre.

 

 

 – 15 juillet 2019 : participation à l’Assemblée générale de la SHAASM : Comme chaque année nous participons avec plaisir à cette assemblée générale de la Société d’Histoire et d’Archéologie de l’Arrondissement de Saint-Malo, dont sommes adhérents. 163 membres étaient présents réunis sous la présidence d’honneur de l’amiral Pierre Xavier Collinet, futur président pressenti de l’association des amis du Musée maritime., lequel a fait un vibrant appel à tous pour rejoindre cette association de soutien à la réussite de ce projet. Nous avons pris acte de cet appel et sommes convenus de nous revoir pour examiner ensemble comment nous pouvons y apporter notre concours. Nous avons par ailleurs reçu les Annales 2018 desquelles nous avons sorti deux des textes qui ont retenu le plus notre attention : « La compagnie française des Indes orientales au XVIIème et XVIIIème siècle », par Philippe Haudrière et « Quand le roi de France commerçait avec la Chine (1783-1784) par Alain Roman. A lire tous les deux dans les Annales.

 

 

– 13 juillet 2019 : Réunion du Conseil d’Administration de notre association ETEM à Saint-Malo : Le conseil réuni avec le quorum requis a pu enregistrer avec satisfaction que l’Association se portait bien, bénéficiant même d’un certain concours de circonstances lui permettant d’enregistrer de rééls progrés sur l’ensemble des projets que nous accompagnons. Aujourd’hui ce sont plus de 100 personnes mobilisées sur l’ensemble des projets. L’exposition « Enluminure » qui se tient au CathédralOscope à Dol de Bretagne, intéresse et devrait connaître un grand succès au fur et à mesure du « bouche à oreille » alimenté par les visiteurs. Tous sont conquis par la beauté des oeuvres présentées par Noura Chami- Harmel et la qualité de la mise en scène réalisée par Olivier Delépine, le directeur du CathédralOscope. Dans notre prochaine lettre bimestrielle, qui sera éditée dernière semaine de juillet, nous vous donnerons toutes les informations nécessaires pour vous faire partager notre belle dynamique d’ensemble.

 

 

 

– 11 juillet 2019 : Pacte de Montmuran : Réunion avec les dirigants des Groupes d’Aucy et Triskalia à Quimperlé : Dans le cadre du soutien et de l’accompagnement que nous apportons aux acteurs du Pacte de Montmuran, nous avons eu une réunion au plus haut niveau des directions générales et de la direction de l’innovation, pour évoquer avec Jean-Michel Beaudouin, inventeur de la machine à lumière d’étoile, ALEPH et Bernard de la Morinière, agriculteur, administrateur, vice-président de Triskalia, membre du Conseil d’Administration d’ETEM, la faisabilité de travailler à l’application d’Aleph à deux secteurs importants de l’activité de ces groupes qui n’en feront qu’un d’ici la fin de l’année, appelé EUREDEN ( voir ci-dessous, notre rubrique du 21 juin). Deux pistes vont être engagées : la première concernera les problèmes de biosécurité dans la filière avicole et la deuxième traitera de l’approche de la qualité en alimentation de l’eau des abreuvoirs pour les animaux ou d’irrigation de culture pour les légumes. Nous sommes convenus de nous revoir à partir de septembre pour étudier la mise en place de plateformes d’expérimentation. Excellent climat de réunion, échanges très constructifs avec des perspectives particulièrment structurantes pour l’avenir de ces métiers. A suivre donc

 

 

.– 9 juillet 2019 : Projet de Parc Naturel Régional : Entendu lors de la dernière A.G. de l’Association Coeur Emeraude, le 25 juin, à laquelle nous avions participé, nous avons souhaité rencontre Jérémy Dauphin, vive président en charge de la mobilisation pour le Parc et  du développement économique. Gràce à un de nos adhérents, Hervé Godard, lui aussi en charge du développement économique au sein de Coeur, nous avons pu avoir cet entretien souhaité, à Plélan le petit, au siège du garage Godard. Ce fut très instructif sur l’état actuel de la démarche du projet de Parc et de la connaissance qu’il pouvait avoir de notre démarche, « Entre terre et mer, des gens de caractère ». Ce fut une découverte-surprise pour Jérémy Dauphin avec beaucoup de questions à venir sur notre activité et l’absence de relations avec Coeur. Il a été convenu de nous revoir, lorqu’il aura pris la mesure de notre démarche et celle de la faisabilité d’aller plus loin ensemble avec le projet de Parc. A noter que Jérémy, ingénieur agro ESA, est dirigeant fondateur de la société SCIC ENR, Bois et Energie, société coopérative d’intérêt collectif innovante au service du développement durable, notamment dans la filière bois. Une activité  employant une dizaine de salariés, de plein pied dans l’écodurabilité des filières naturelles, telle que le bois.Une activité en ligne avec notre approche globale. Jérémy est par ailleurs maire de Languédias. Au cours de notre visite nous avons découvert un village charmant et très vivant sur le plan de la vie sociétale. A suivre donc, car ce premier contact a été une agréable étape dans notre connaissance du territoire Rance Emeraude.

 

 

– 7 juillet 2019 : Participation à la fête annuelle de la Pilotine à Pleudihen : Chaque année l’association La Pilotine, dont nous sommes adhérents, organise une fête très conviviale à laquelle nous participons régulièrement. Depuis 2002, à l’initiative de Camille Gaboriau, charpentier de marine bien connu, patron du Chantier naval du même nom, cette association s’est engagée dans la restauration du bateau « Les Courtils », dernier bateau pilote en bois du port de Saint-Malo. Les travaux conduits deux samedis par mois par une dizaine de bénévoles passionnés arrivent bientôt à terme. Les membres de l’Association animés par Eric Feunteun, leur président espère voir le bateau dans le port de Saint-Malo pour le départ de la prochaine Route du Rhum. Pour cela il va falloir trouver les financements nécessaires à l’installation du moteur et de ses accessoires, soit l’équivalent de 100 000 €.  Comme à l’habitude, ce fut une belle journée de fête qui a permis aussi de recolter quelques cotisations nouvelles ou dons divers. 

 

 

 – 5 juillet 2019 : Route de la soie, « la ceinture et la route » : Arrivée, ce jeudi 4 juillet, à Gand, en Belgique du premier train de transport mixte exportant des voitures Volvo XC60 fabriquées en Chine : 10 000  kms parcourus en 18 jours depuis Xi’An, en passant par le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie… avant d’arriver en Pologne (Malaszewicze) pour effectuer la commutation de camion porte-conteneur vers le port de Gand. Le train de fret Chine/Europe a adopté un système de transport mixte de « conteneurs plus roulier RO-RO ». Le train repartira de Gand avec des voitures Vovo XC90 et autres voitures produites chez Volvo Cars Gand en Belgique. Cette rotation se fera deux fois par semaine ! « C’est un gain considérable en terme de couût de transport et de contribution à la durablitié de notre démarche » (Stephan Ficher, directeur général de Volvo Cars Gand). (Source : French.xinhuanet.com). Une première, qui illustre parfaitement les propos de Li Huan dans sa conférence du 5 juin dernier, sur le grand Projet des Routes de la soie du XXIème siècle, La ceinture et la route ». Voir article plus loin. Un encouragement pour nous dans le développement de nos relations culturelles et touristiques avec Xi’An et la province du Shaanxi. A suivre donc.

 

 

– 3 juillet 2019 : Expostion « Enluminure » :  L’exposition, ouverte depuis le premier juillet, a reçu ses premiers visiteurs. Elle recueille un réel succès d’estime du public, voire d’erméveillement, si on en juge par les réactions enregistrées. Il y a tout lieu de penser que les travaux de Noura, remarquablement mis en scène au sein du CathédralOscope, répondent à une vraie attente du public, jeunes et adultes. Les premières inscriptions aux ateliers d’initiation porposés par Noura ont été enregistrés. Le premier atelier a eu lieu ce jour. Une famille, domiciliée au Canada, en a profité en repartant avec une oeuvre à laquelle chacun a contribué avec l’aide attentive de Noura. Un vrai bonheur et une fierté certaine partagés par tous les membres de la famille.  Une expérience qui sera renouvelée tous les mecredi. Pour en savoir plus se renseigner à l’adresse suivante : info@cathedraloscope.com

 

 

– 2 Juillet 2019 : Ouverture de la saison culturelle de l’Association de la Chapelle Saint-Buc au Minihic sur Rance : Comme chaque année la Chapelle Saint-Buc est l’écrin naturel de plusieurs événements culturels proposés par l’Association. Expositions de peintures animent les murs durant ces deux mois de juillet, août, animées, chaque mercredi par un programme de concerts  toujours de grande qualité, magnifiés par la qualité acoustique du lieu, et de conférences donnant la priorité à l’évocation des imaginaires individuels ou collectifs que notre territoire porte en lui depuis longtemps.

Une nouvelle belle saison en vue. Profitons en tous.

 

 

:– Le 2 juillet 2019  : Rencontres littéraires, un livre un acteur : Nouvelle rencontre ce jour avec Isabelle Mézard à Saint-Sukliac pour poursuivre nos réflexions sur l’évolution de ce « concept » qui a rencontré un réel intérêt et un vrai succès, dès ses deux premières réalisations. Nous pensons élargir cette propostion  en y ajoutant, par exemple, si il y a une opportunité, une dimension  de notre propre histoire, notamment celle de nos anciens, mise dans le contexte d’aujourd’hui. A suivre.

 

 

NEPTUNIA

Cliquer sur l’image

– 2 juillet 2019 : Réception de notre partenaire Neptunia :  Chaque année nous avons le plaisir de faire un point avec nos partenaires. Durant trois jours, nous avons eu le plaisir de recevoir Thierry Henriot et Sylvie, tous deux adhérents d’ETEM. Ceci nous a permis d’allier travail et découverte réciproque de nos activités, en même temps que plaisir et détente au coeur de notre territoire. Créée  il y quinze ans l’entreprise Neptunia, création, confection et distribution de couteaux d’inspiration marine,  »  car « ils ont tous une lame, même si elle n’est pas de fond » selon le bon mot de notre ami Jean-Michel :  www.:neptunia (voir la rubrique Partenaires sur le site), se porte très bien. Sa gamme phare le « dorry » rencontre toujours autant de succès. Ses autres couteaux connaissent une belle vie.

Deux nouveaux axes renforcent la dynamique commerciale de l’entreprise. Le premier est une présence très remarquée sur le secteur de produits dédiés aux remises des trophées par les différents clubs nautiques ou Yatch Clubs,  lors de courses nautiques, comme par exemple ceux de Genève ou de Saint-Tropez (Les voiles de Saint-Tropez..avec la création de la gamme « couteau et trophée » Bailli de Suffren….). Le deuxième est la présence de la marque sur de belles tables culinaires, comme « Le cheval blanc » à Saint- Tropez et Paris sur Seine et « Le Pourquoi pas ? » à l’Hôtel du Castelbrac à Dinard. Thiérry Henriot a profité de son passage pour renouveler son engagement de partenariat, séduit pa la dynamique de notre Association ETEM. Merci à lui pour sa visite et sa confiance renouvelée, très précieuse pour notre propre dynamique. N’hésitez pas à aller sur le site de Neptunia..

 

 

– 1er Juillet 2019 : ouverture de l’exposition « Enluminure, la patience du geste, le trouble de l’or »:  Comme nous vous l’avions annoncé précédemment, nous avons le plaisir de vous inviter à aller voir la très belle exposition sur l’enluminure,proposée par Noura Chami-Harmel, artisan d’art enlumineur et Olivier Delépine, fondateur-animateur, avec son épouse, du Cathédraloscope, (voir la photo jointe).

Cette exposition est le résultat de ce qu’ETEM sait faire, en faisant se rencontrer les talents, pour offrir au public des moments étonnants et instructifs sur la valorisation de l’histoire patrimoniale du territoire : « Entre Terre et Mer, des gens de caractère ». L’association ETEM est une association  qui favorise  « l’alignement des planètes » pour construire des démarches ou des projets pour faire émerger une humanité  et une planète plus positives !

L’exposition événement, « Enluminure, la patience du geste, le trouble de l’or »se tiendra durant trois mois : juillet, août et septembre, à Dol de Bretagne, dans une salle à l’intétieur du CathédralOscope, magnifique écrin naturel, s’il en est, puisqu’on y plonge dans le monde des cathédrales et celui des compagnons bâtisseurs. Un lieu tout indiqué pour nous montrer, dans une mise en scène remarquable, toutes les facettes de cet art dont la passion de Noura est de le faire revivre aujourd’hui. La cathédrale de Dol, avec le Mont Saint-Michel et le Scriptorium à Avranches, sont des lieux mémoriels  de l’exercice des  moines enlumineurs à partir du Xème siècle.

Nous sommes donc au coeur d’un territoire fécond en la matière, les manuscrits enluminés qui se trouvent à Avranches en sont de très beaux témoins.L’exposition devrait connaître un très beau succès, vu l’accueil que nos affiches (ci-joint) ont reçu de la part de certains des hôtels restaurants que nous avons solliciés (thème de l’exposition, qualité de l’affiche, durée continue sur trois mois, facile pour la prescrire…) Le thème traité est bien au coeur de notre propre histoire du Xème au XVème siècle.  Cette exposition, qui débute dès ce 1er juillet, sera accessible tous les jours, aux prix d’entrée habituels du CathédralOscope (info@cathedraloscope.com). Noura sera présente sur place tous les mercredi, toute la journée, en proposant l’après-midi, des ateliers d’initiation. Tout cela vous sera précisé dans les rubriques « Agenda » et « Actualités » de notre site : www.entreterreetmer.bzh.

Vous le constaterez par vous-même, en allant à cette exposition, nous vous invitons vraiment à passer par le CathédralOscope, à Dol, cet été. Vous vivrez un bon moment d’étonnement et de ravissement devant les plus de 50 oeuvres exposées, remarquablement mises en scène, et de subjugation admirative devant la qualité du travail accompli par l’artisan d’art qu’est Noura.

Merci à Noura et à Olivier, membres d’ETEM, pour cette offre estivale magnifique.
 

 

 

– 29 juin 2019 : Participation à l’Assemblée générale de l’Association « Si tous les ports du monde » : Lors de cette assemblée générale, plusieurs décisions ont été prises : l’élection à la Présidence de Georges Serre, qui succède ainsi à Loïc Frémont, fondateur de cette belle initiative et son animateur pendant 22 ans. Si la dimension portuaire est bien le fil conducteur de la dynamique de ce réseau que nous connaissons bien, c’est aussi le prétexte, ou la raison, pour mobiliser ses acteurs sur des sujets concernant les échanges culturels, le développement du tourisme d’affaires et celui  des domaines touchant à la transition écologique, aux biotechnologies et autres projets mobilisateurs pour le futur. L’Association « Les Vagues » , a rejoint la nouvelle équipe d’animation, en se positionnant comme la « boite à idée du réseau », comme l’ont déclaré deux de ses membres, Marie Dautzenberg et Nicolas Bessec. Cédric Besson, d’Hello-Nautic, fait également partie de l’équipe. Bienvenue à Georges Serre et toute sa nouvelle équipe qui pourra encore s’appuyer sur l’expérience de Georges Coudray et de Loïc Frémont. Bon vent à « Si tous les ports du Monde », que nous continuerons de suivre et d’accompagner autant que de besoin, à travers nos propres réseaux et activités. A suivre donc.

 

 

– 23 juin 2019 : Participation au concert donné par la chorale Le Tourdion en l’église de Saint-Suliac : 44 choristes, réunis en quatre pupitres, sous la direction de Nathalie Fourchon, accompagnés à la guitare par Oiliver Richard, ont donné un concert de très grande qualité, à partir d’un programme éclectique de chansons de variété française. Le public nombreux, l’église était pleine, a été sensible à la qualité de l’ensemble de la prestation fournie par les suliacins, témoin d’une bonne vitalité communautaire.  Bravo. On y reviendra.

 

 

– 21 juin 2019 : Participation à l’Assemblée Générale Plénière de Trikalia à Pacé (35) : Les 360 délégués réunis ce jour en AG ont écouté avec une très grande attention les rapports présentés et ont approuvé à l’unanimité des différentes résolutions proposées à leur approbation. Assemblée très bien illustrée, suivie donc avec un grand sérieux de la part de tous. Le projet conduit en « co-construction » par les deux coopératives Groupe d’Aucy et Triskalia, devant être finalisé en fin de cette année, « EUREDEN, la terre qui nous réunit », était présent dans tous les esprits, suscitant beaucoup d’espoirs pour l’avenier des coopérateurs et les salariés qui les accompagnent.

Invité à l’Assemblée pour parler de  » l’agriculture et de l’agroalimentaire au coeur des nouvelles valeurs économiques et humanistes du XXIème siècle « , Philippe Dessertine, économiste et auteur de nombreux essais, a marqué les esprits par son intervention très forte, agréable et bienveillante tout à la fois. Les sujets ont été abordés avec pertinence, le contexte international tracé avec une grande lucidité et les enjeux, ceux relatifs au « faire savoir » de leurs métiers, de leurs talents, notamment, ont été suffisamment explicites pour que les dirigeants se « rebiffent » et répondent positivement à leurs turiféraires terroristes et minoritaires. Il a poursuivi ensuite par un long temps  d’écoute et d’échanges lors d’un déjeuner debout qui a permis beaucoup d’échanges avec les délégués présents. Très belle journée et beaucoup de contacts pour avancer dans la mise en oeuvre d’ALEPH et du Pacte de Montmuran sur le territoire. A suivre donc.

 

 

– 18 juin 2019 : Première présentation publique du Projet ALEPH au Zoopole de Ploufragan : S’inscrivant dans le cadre de la journée tecnique oragnisée par l’ISPAIA, sur le thème des  » nouvelles technologies au service de la qualité de l’air dans les bâtiments d’élevage « , cette présentation a été une belle opportunité.

L’intervention de Jean-Michel Beaudouin a porté, devant 130 experts : équipementiers, sociétés de service, organisations de producteurs, agriculteurs, éleveurs…, sur vrai sujet disrupteur, innovant :  » La lumière pulsée à haute énergie » : des solutions inédites pour la maîtrise de l’air en élevage par filtration laser « .  Cette journée a permis de tisser des liens avec des opérateurs pertinents, susceptibles de contribuer à une mise en oeuvre efficace d’ALEPH dans les filières d’élevage de la Bretagne, du Grand Ouest.

 

 

– 5 juin 2019 : Conférence sur le projet des Routes de la soie du XXIème siècle :Les quatre vingt personnes présentes à la conférence que nous avons organisée le 5 juin courant, sur  le Grand projet de la route de la soie du XXIème siècle, ont été très satisfaites de la qualité du contenu des informations données et des documents présentés par Li Huan, entrepreneur en accompagnement d’entreprises, représentant de la province du ShaanXi pour développer des échanges entre les entrepreneurs de nos deux pays et président de l‘Association France-ShaanXi. Chacun a pu mieux mesurer ainsi  les enjeux  et les challenges induits par cette initiative prise par la Chine depuis 2013. La plupart d’entre ceux présents ont été convaincus de ne pas « rester à côté » de ce challenge, à une condition nécessaire : avoir une UE unie et force de propositions, comme nous essayons de le faire à notre échelle territoriale. Ye Peng, directrice de Kaleid’Ouest, nous a présenté les projets de circuits d’accueil préparés et en cours de réalisation avec nos interlocuteurs chinois. 

image.png

 
Des délégations chinoises seront accueillies dès la deuxième quinzaine de juillet de cette année. Nous travaillons actuellement avec Ye Peng à l’organisation d’un séjour d’une délégation d’ETEM (20 ) personnes à Xi’An et la province ShaanXi, au cœur de la route de la soie en Mars ou Avril 2020. Nous vous en reparlerons le moment venu. 
Concours de circonstances heureuses avec la rencontre que nous avons pu faire, le 9 juin avec Jean-Yves Simon, écrivain d’origine bretonne, marié à une chinoise, croquétiste merveilleux de la vie quotidienne, ami avec lequel nous envisageons de vous proposer bientôt une présentation de la Chine des gens, de leur vie au quotidien.
 
Nous avons eu aussi, le lendemain, le 10 juin, la chance de rencontrer  Ma Jian, écrivain chinois très connu, exilé à Londres, dont tous les livres sont aujourd’hui interdits en Chine. Son dernier livre veut  dénoncer  la contradiction dans laquelle la Chine s’est engouffrée avec XI Jinping : occulter le passé annihiler toutes pensées ou actions qui seraient contraires à la vision du pouvoir actuel… Les propos sont durs, excessifs, l’expression sûrement d’une grande souffrance, de grandes blessures. Ses ecrits sont aussi parfois inexactes. J’ai pu en témoigner près de lui, après sa conférence, mais en aparté, par respect pour l’homme-écrivain chinois « exilé » qu’il est.
Je vous recommande donc son dernier livre : « China Dream » qui a été publié en France chez Flammarion en Décembre 2018. Le prix Nobel Gao Xingjian voit en Ma Jian « l’une des voix les plus importantes et les plus courageuses de la littérature chinoise contemporaine ». 

 

 

– 25 mai 2019 : Participation à l’Assemblée générale extraordinaire de l’Association pour le Nouveau Pourquoi pas ? Cette assemblée n’a pas permis de finaliser le plan de travail des membres de l’Association, les projets présentés n’étant pas encore aboutis. Du travail reste donc à faire. Il a été convenu de nous revoir en septembre. Quentin le Président a eu depuis une belle opportunité d’embarquer à bord du Belem, comme matelot, ce, pendant deux mois au moins. A suivre donc.

 

 

– 16 mai 2019 : Sortie du film Océans 2, la voix des invisiblesLe film imaginé et produit par Mathilde Jounot, sera diffusé sur les antennes de Bretagne de Tébéo, TébéSud (à 20h45) et TVR (à 21h).  Les premiers extraits presse : « On a des ressorts pour agir. C’est le message de Mathilde Jounot dans Océans 2, la voix des invisibles : face à l’accaparement des mers dénoncé dans le premier volet, elle livre un kaléidoscope de solutions mises en œuvre par les pêcheurs à travers le monde. Tel un plaidoyer pour leur accorder la place qu’ils méritent dans la gestion des ressources. ». Le Marin, avril 2019
« Dans son film très attendu « Océans 2, la voix des invisibles » , Mathilde Jounot donne la parole aux pêcheurs engagés dans la défense de leurs ressources et de leur environnement, en France, au Sénégal ou dans l’Océan Indien. Après avoir bousculé certaines idées sur les grosses ONG environnementalistes, elle étonne encore avec ce plaidoyer pour la reconnaissance des capacités des pêcheurs, bousculant les a priori et les clichés sur les pêcheurs destructeurs, incapables de réagir face aux diverses crises qui les menacent ». Pêche et développement. Avril 2019
« Solidaires et engagés dans leur combat, ces hommes et ces femmes nous montrent comment les citoyens du monde peuvent ensemble construire l’avenir. Un film optimiste ». L’encre de Mer. Mai 2019.

Pour découvrir la bande annonce : https://vimeo.com/335165825

 

 

– 7 mai 2019 : Clôture de l Exposition sur l’art de l’enluminure à la médiathèque de Pleurtuit, voir déjà notre article plus bas : Noura Chami- Harmel, artisan d’art médiéval reconnue par l’extraordinaire qualité de son art de l’enluminure, a rencontré  un vif succès à la médiathèque de Pleurtuit . Succès d’estime certes, d’enthousiasme même, pour ceux qui ont pu découvrir cet art et y avoir été initiés à l’occasion des ateliers proposés par Noura. Cet art vous envoûte par la dimension mystérieuse qui caractérise toujours l’image produite. Le personnel de la Médiathèque ne s’y est pas trompé, reconnaissant que sa fréquentation en a été accrue. Une belle première expérience qui est appelée à se renouveler de manière encore plus forte, durant les trois prochains mois de Juillet, Août et Septembre, au CathédralOscope à Dol de Bretagne, près de la Cathédrale. Une exposition, doublée d’ateliers et cours d’initiation, mise en scène et composée conjointement par Olivier Delépine et Noura Chami Harmel, l’auteur, artisan d’art en enluminure. Cette exposition  « Enluminure » traitera de cet art qui « a à voir avec l’infinie beauté des images proposées, celle qui vous séduit et vous enjôle, par la patience du geste  qui cherche et fabrique avec des matériaux nobles, dont celui de l’or qui vous hypnotise et fait voir au delà des belles histoires qu’elles illustrent, les mémoires du vivant  » (Olivier Delépine)

A bientôt donc de nouvelles belles rencontres et de bons moments à partager ensemble, auxquels  votre association ETEM participe activement. On en reparlera.

 

 

– 4 mai 2019 : Mémoires de Brume Volume 2 est disponible : Comme nous vous l »avions dit le 23 janvier dans notre rubrique, le volume 2 de Mémoires de Brume est enfin arrivé. Il est disponible directement auprès de l’Association « Mémoire et Patrimoine des Terre-Neuvas « , contre une « participation de 30 €. Réalisé par Alain Michel Blanc, vous partagerez  pendant plus de trois heures les témoignages vivants des derniers Terre-Neuvas. Des moments émouvants, chargés de tension et de fierté tout à la fois. Un magnifique document qui nous permet de garder la « mémoire » de ces marins courageux qui ont contribué à constituer une partie unique de notre patrimoine. Merci à tous les auteurs de ce « trésor ». N’hésitez pas à aller vous le procurer.

 

 

– 3 mai 2019 : Inauguration du sentier côtier de Saint-Briac : Il a fallu quarante ans pour obtenir ce résultat : offrir au public un accès littoral permettant à tous de découvrir des sites merveilleux.Près de dix kilomètres longent la commune du nord au sud. Le promeneur se trouve souvent en face de paysages à vous couper le souffle (voir la photo). Une promenade à faire à tout prix et sûrement plusieurs fois par an, en toutes saisons ou heures de marée, car la lumière change en permanence et les rochers vous étonneront toujours au point de vous y perdre !

 

– Avril 2018 : Une nouvelle saison pour le CathédralOscope : Cette nouvelle saison commencée début avril s’annonçait brillante, compte-tenu du soin apporté à sa préparation. L’incendie malheureux de Notre Dame de Paris hier, en a donné une dimension nouvelle. Lieu unique en Europe de l’histoire des bâtisseurs des cathédrales dont Notre Dame de Paris en était le plus bel exemplaire et le symbole universel, le CathédralOscope sera davantage à l’écoute des visiteurs à la recherche de l’exemplarité des bâtisseurs d’autrefois pour comprendre la complexité de sa reconstruction. Le projet de proposer un parcours de trois jours pour découvrir par apprentissage la vie au Moyen Age et notamment celle des bâtisseurs de cathédrales qui devrait être en place à l’été, donnera un attrait supplémentaire à l’animation du lieu. L’exposition sur l’art de l’enluminure illustrée par les oeuvres de Noura Chalmi-Harmel, qui s’installera dans la nouvelle salle du CathédralOscope durant les mois de Juillet, Août, donnera une note plus authentique encore à notre quête des cinq siècles qui ont marqué la vie autour des cathédrales. Enfin l’accueil des visiteurs sera cette année animée par une magnifique maquette du Mont-Saint-Michel offerte par les amis normands du Scriptural d’Avranches, posée à l’entrée de la visite, sous la protection de l‘Archange Saint-Michel (voir la photo). Ce sera sûrement une bonne saison au CathédralOscope. Il faut le souhaiter à leurs dirigeants passionnés.

 

 

– Avril-Mai 2019 : Exposition sur l’art des enluminures à la médiathèque de Pleurtuit : Après son exposition qui rencontra un vif succès au château de Montmuran, lors de la journée du Patrimoine en 2018, Noura Chami- Harmel récidive. Artisane d’art médiéval reconnue par l’extraordinaire qualité de son art de l’enluminure, Noura propose une exposition à la médiathèque de Pleurtuit (rue Brindejonc des Moulinais) jusqu’au samedi 4 mai , aux heures d’ouverture de la médiathèque, avec des permanences organisées, les samedis 13 et 20 avril de 15h à 17h, le samedi 27 avril de 10h30 à 12h, les mercredis 17 et 24 avril de 15h à 17h. Deux ateliers sont par ailleurs proposés les 16 avril et 4 mai pour s’initier aux techniques et découvrir les matériaux authentiques Nous retrouverons Noura Chami-Harmel, très bientôt durant cet été, en Juillet-Août, lors d’une belle exposition accompagnée  de séances d’initiation à son art, lors d’une très belle exposition organisée et mise en scène par le CathédralOscope et le soutien d’ETEM. Renseignements, 06 75 31 36 60

 

 

– 26/29 mars 2019 : Accueil par Kaléid’Ouest d’une délégation officielle de Jinan-Shandong pour leur visite à Paris et notre région (Mont Saint Michel, Saint Malo, Rennes, Cancale), il est prévu que le groupe visitera le long de la côte les points d’intérêts suivants : Chapelle Saint Anne( Cherrueix),  Port de Cancale, Pointe de Grouin, Anse du Verger – Chapelle notre dame du Verger, Fort du Guesclin-Saint Coulomb, Saint Malo. Une très bonne occasion de faire connaître ces petits patrimoines de notre territoire. le long de la côte, en plus des incontournables que sont le Mont-saint-Michel et Saint-Malo.

 

 

– 26 mars 2019 : Rance. L’électricité de l’usine marémotrice bientôt reconnue écologique grâce à l’Europe ? Plusieurs élus bretons ont échangé avec le commissaire européen en charge de l’énergie, Miguel Arias Canete (au centre), au sujet de l’usine marémotrice de la Rance,

  • cid:image003.png@01D4E536.539E6070

Au cours de cet entretien il les a assurés de son soutien pour que l’électricité produite par l’usine marémotrice soit rachetée à un tarif écologique. Ceci  pourrait régler la question du financement du plan de désenvasement de la Rance. C’est une étape importante qui serait ainsi franchie. « Cette rencontre avec le commissaire Miguel Arias Canete est un succès. Nous avons obtenu une réponse claire : la Commission européenne soutiendra le principe d’un avenant au contrat de concession de l’usine marémotrice de la Rance » , a déclaré Alain Cadec, dans un communiqué de presse commun. Plus concrètement, « l’avenant permettra que l’électricité générée par l’usine marémotrice bénéficie d’un tarif de rachat écologique plus élevé que le tarif normal de l’électricité, ajoute Hervé Berville. Grâce à cette marge dégagée, nous pourrons financer la gestion pérenne des sédiments. L’usine marémotrice doit donc être considérée comme productrice d’énergies renouvelables. ». L’enjeu financier est conséquent, les élus bretons évaluant le coût du plan de gestion à « plus de 55 millions d’euros » jusqu’à la fin de la concession de l’usine accordée à EDF, en 2043. « Il appartient désormais à la commissaire européenne à la concurrence, Mme Vestager, de confirmer la position de M. Canete et au gouvernement français de saisir les instances européennes » , explique Gilles Lurton. Il va falloir veiller à ce que cette ouverture pour un possible développement du projet de Parc Naturel Régionalsoit effective. Un challenge pour nous tous, élus et habitants de notre territoire. A suivre.

 

 

– 23 mars 2019 : Participation à l’Assemblée générale de l’Association du  » Nouveau Pourquoi pas ?  » Au cours de son Assemblée générale, le Conseil d’Administration et son Président, nous ont présenté  les grandes lignes d’un projet de programme pour les deux prochaines années. Il s’agît de tout mettre en oeuvre pour réussir l’objectif de l’Association qui est la construction d’un « Nouveau pourquoi pas? ».

Le travail proposé est conséquent et mérite notre contribution. Chacun des adhérents va recevoir les éléments présentés, en prendra connaissance et est appelé à faire ses commentaires et propositions. D’ici deux mois le président nous a invités à nous réunir en A.G.E. pour nous prononcer définitivement sur le programme et l’organisation qui seront retenus.

En ce qui concerne ETEM, partenaire et soutien de ce projet depuis l’origine, nous nous félicitons de l’orientation prise enfin. Nous aurons l’occasion d’en parler lors de notre propre prochaine assemblée, prévue le 6 avril prochain. Ce projet s’inscrit dans notre volonté de valoriser le patrimoine scientifique constitué par nombre de nos « Illustres » . Jean-Baptiste Charcot en ayant été l’un des premiers « explorateurs des pôles » en est un exemple majeur. Il avait eu l’intuition du rôle que jouaient ceux-ci dans le fonctionnement du climat au niveau planétaire. Question on ne peut plus d’actualité et qui rebondit bien avec les autres projets que l’on accompagne au niveau de notre association ETEM. Voir notre dernière lettre d’information.

 

 

– 21 mars 2019 : Participation à la rencontre organisée par l’Association France- Shaanxi : Organisée à Paris dans le cadre du 1er Sommet Mondial Citoyen (Inter-peuples et Diasporas) porté par l’ONG PANGEE, Ingénierie de Paix, l’Association France- Shaanxi avait convié notre association ETEM à participer à cette rencontre organisée autour du projet des routes de la soie, initié par le Président de la Chine, Monsieur Xi Jinping, initiative d’autant plus intéressante que nous étions à la veille de son arrivée en France. La journée a commencé par la projection inédite du film « the song of Phenix », merveilleux film chinois qui traite avec humanité et poésie du passage des traditions ancestrales à la modernité. Après  avoir eu l’occasion de vivre deux heures  d’apprentissage à la médecine chinoise préventive, nous avons participé à un débat très riche sur le projet chinois des grandes routes la soie. Avant le cocktail très « shaanxi », le Président Li Huan remettait au Président d’ETEM son diplôme de Président d’honneur de l‘Association France-Shaanxi, en remerciement de son engagement dans cette province et des échanges culturels qu‘ETEM compte développer à l’avenir avec cette province historique de la Chine.

 

 

– 23 février 2019 : La Saga des Terre-Neuvas : Il y a 35 ans, le réaliste et scénariste malouin Alain Michel Blanc, avait réalisé un premier film qui avait marqué alors les esprits. Il racontait à force d’images et de témoignages, la vie des marins qui allaient au grand banc au début du siècle dernier, à bord de bateaux à voile et des doris, « Mémoires de brume ». Ce vendredi il récidivait en présentant  » Mémoires de brume 2″, un film témoignage de plus de 3 heures sur « le grand métier » pratiqué par tous ces habitants-paysans du Pays de Saint-Malo, irriguant oh combien sa dynamique. Il a fallu plus deux ans de rencontre pour saisir ces témoignages vivants d’une « autre époque », celle du courage, du travail, des conditions de vie souvent difficiles mais tous réunis au’une solidarité terriblement humaine devant les éléments de mer parfois apocalyptiques et les conditions de pêche très difficiles.

Cette première présentation s’est faite devant les témoins, plus de vingt, et leurs familles et ceux qui ont contribué au financement de ce document remarquable de la mémoire des hommes. Ce fut un moment d’émotion vraie, une rencontre humaine poignante pour ceux qui ont pu y être présents. C’est aussi la signature d’un talent, celui de Michel Alain Blanc véritable passeur d’émotion. Nous reviendrons vers vous dès que nous en saurons plus sur les modalités de la diffusion de ce film qui concerne l’histoire de tout notre territoire. Peut-être lors de la prochaine Assemblée générale de l’Association Mémoire et Patrimoine des Terre-Neuvas à laquelle nous participerons le samedi  2 mars à partir de 10 h 00.

 

 

– 17 mars 2019 : Belle réussite de la fête de l’Irlande et de Saint-Patrick, organisée par l’Association Mémoires Saint-Patrick, au fort de Saint Père.  Ce premier événement « grand public », en partenariat avec la ville de Saint-Père Marc en Poulet, a réuni : plus de 600 participants pour 200/300 attendus.

Malgré le mauvais temps du matin qui a perturbé un peu la fête qui comportait un petit marché en extérieur de produits locaux, des balades en poney et de la restauration de commerces locaux,  le programme avec les deux animations « phare » a été très apprécié : le concert de la chanteuse bretonne Clarisse Lavanant dans l’Arsenal et le concert de danses celtiques dans la poudrière ont réuni chacun plus de 150 personnes. Ce fut donc une expérience enrichissante pour cette petite et jeune association qui a été réussie grâce à l’appui de bénévoles et une préparation de plusieurs mois. Un retour d’expérience très utile pour l’an prochain. La conférence sur la vie de Saint-Patrick et le projet d’Historial à la Gouesnière ( qui comportera six stèles en granit) a permis de faire connaître le projet en cours d’étude de l’Association. Le moment venu, le financement estimé à 50 000 € ferait appel à du crowfounding, des partenariats, des dons…

Ce projet a vocation à s’inscrire dans la dynamique d’offre d’animation culturelle de la destination touristique « Saint-Malo/ Baie du Mont St Michel » et valoriser le patrimoine local et la mémoire du Saint qui vécut son enfance à la Gouesnière.  Une initiative qu’ETEM ne peut que soutenir. Bravo à l’équipe pour ce succès. Pour les  contacter : memoiresaintpatrick@gmail.com

 

 

– 22 février 2019 : Suite de notre rencontre avec Bernard de Prat et non Gérard comme glissé par erreur dans notre flash d’information. Toutes nos excuses. Son livre, « Les Roses de Lima » rencontre un vrai succès auprès des lecteurs. 50 exemplaires vendus rapidement, dont sept par notre réseau ETEM, en moins de deux semaines. Un véritable moment « coup de coeur » pour beaucoup d’entre nous. Voir notre dernier flash d’information. N’hésitez pas à nous appeler pour en avoir (20 € l’unité)

Rappel : Ce livre édité pour compte d’auteur, raconte les « voyages dans les Mers du Sud » du capitaine du Saint-Joseph, Joseph Trublet de Nermont, au XVIIIème siècle, 1703/1705. Bernard de Prat, passionné d’histoire et particulièrement d’histoire maritime des XVIIème et XVIIIème siècles, propriétaire de la malouinière de la Fosse Hingant s’est attaché à refaire les parcours de Joseph Trublet, qui y demeura. Un récit très précis et romancé tout à la fois, qui nous apprend beaucoup sur ces intrépides marins malouins et nous fait les aimés, les admirés pour leur parcours..

 

 

– 20 février 2018 : Etat d’avancement du projet Eegle : Laurent Le Breton, le porteur du projet, adhérent de notre association, a partagé au cours d’un entretien hier, l’évolution du projet de plateforme initié dans le cadre de notre Pacte de Montmuran.  Il s’agit de proposer aux agriculteurs motivés l’accès à notre plateforme d’échange (gratuite) dans laquelle ils pourront échanger, partager des expériences, des solutions, … Ce peut être aussi la porte d’entrée vers nos autres produits qui traitent des données. Son état d’avancement nous permet aujourd’hui de mobiliser les agriculteurs réunis notamment au sein de Base, un autre partenaire de notre démarche globale. 

Ce genre d’approche nécessitera un travail d’animation et de sensibilisation qu’il nous faudra engager avec des partenaires comme  des coopératives comme Triskalia, D’aucy ou Cooperl, par exemple..., pour qu »elles mêmes proposent de nouveaux services à leurs adhérents. C’est un véritable enjeu pour s’inscrire activement dans la transition écologique pour proposer une agriculture et un élevage répondant à l’attente des consommateurs et des citoyens. A suivre.
 
 
– 8 février 2019 : Participation à l’Assemblée générale de l’Association « le Patrimoine de Saint-Suliac » :

 Comme toujours très belle affluence (voir la photo). Cette Association est certainement l’une des plus dynamiques sur le territoire dans le domaine de la valorisation de son propre patrimoine. Très éclectique, ses activités touchent à tous les signes de sa très grande richesse mémorielle, s’appuient sur tous les genres d’expression possibles (expositions, conférences, visites, ouvrages divers, manifestations publiques, dont certaines bien connues., comme les journées de la peinture ou le marché de Noël…). Les membres du Conseil d’Administration, animés par son Président, Jean-Pierre Briand, ne ménagent pas leurs efforts, ni leur esprit de bienveillance et de convivialité simple. Nouveauté présentée à l’occasion de cette Assemblée Générale, l’édition d’un petit livre sur « Saint-Suliac, Grandes et petites histoires », (6€), voir photo jointequi est la compilation, fort bien présentée, des quinze panneaux se trouvant à la maison des associations et de la culture Ernest Gillet, peintre bien connu à Saint-Suliac. Le programme 2019 s’annonce riche et nous amènera sûrement à nous retrouver pour partager ensemble certaines activités. Une très belle perspective qui renforcera nos relations avec une « association-amie », dont nous rendons souvent compte de ses réalisations (voir nos rubriques « coups de cœur », notamment).  Nous devons nous revoir prochainement. A suivre donc.

 

 

– 7 février 2019 : Participation à la réunion organisée autour du Projet de Parc Naturel Régional à Dinan : L’objectif était de faire un point sur l’état d’avancement du dossier. A entendre les discours « incantatoires » qu’on a eus, on pourrait croire à un aboutissement prochain, sous réserves toutefois des élections municipales prochaines et des conséquences de la loi NOTRE, relative aux regroupements des communes. Dès à présent il ne faut pas espérer voir déboucher avant 2021 un nouveau consensus sur le sujet entre les nouvelles « collectivités ». Quant à la mobilisation de la population sur ce projet « d’expérimentation et d’innovation », une proposition a été faite : produire une lettre d’information envoyée à tous. Elle a retenu l’attention du Président de Cœur, sans pour autant qu’un engagement d’examiner sa mise en oeuvre ait été pris. Mais c’est mieux que le « silence » de l’Association des Amis du Pays de Rance qui ne s’est pas exprimée sur le sujet ! Quant à notre association  ETEM, dont les actions s’inscrivent depuis le début dans l’esprit du PPNR, nous pensons être un contributeur actif aux objectifs du Parc Naturel Régional, en portant ou accompagnant plusieurs projets concrets, avérés sur l’ensemble du territoire concerné. Un jour peut-être aurons-nous le plaisir de pouvoir le proposer à la gouvernance de l’Association Cœur !

 

 

– 5 février 2019 : Présentation-découverte de notre action au bureau régional   de Saint-Malo du Service du développement économique territorial de la Région Bretagne : Première rencontre très riche en échanges. L’écoute attentive et constructive de notre interlocuteur a permis de présenter les différentes actions construites au sein d‘ETEM jusqu’au projet de territoire Rance/Emeraude. et celui du « Pacte de Montmuran », dont le projet Aleph. Cet entretien a été suivi d’un envoi des documents présentés à notre interlocuteur. A suivre donc.

 

 

– 4 Février 2019 : Première rencontre avec Sensations Littoral : Cette association créée il y a dix ans s’est spécialisée dans l’éducation à l’environnement en proposant des animations autour des milieux marins et du patrimoine territorial. Elle s’appuie sur des valeurs proches de celles qui animent notre propre association. Lors de ce premier entretien particulièrement riche avec Yann Perraud, son animateur, nous avons ouvert des possibilités de « mutualiser » nos moyens et de construire ensemble des opportunités d’accueil et d’accompagnement de groupes français ou étrangers, jeunes scolaires et autres groupes adultes ou seniors, et entreprises. L’un des premiers sujets qui a été ciblé , est celui de la mise à la navigation du Commandant O’Neill sur la Rance, en Juillet, et de son emploi à la découverte par tous et pour tous, de l’Entre Terre et Mer, en « monstrant » ce que recouvre ce concept, nourri par l’histoire et la réalité d’un écosystème exceptionnel..

 

 

31 janvier 2019 : Participation à la journée d’information sur le nom du nouveau groupe constitué par le regroupement des Coopératives D’aucy et Triskalia à Tinténiac : Notre adhérent, Bernard de la Morinière, VP de Triskalia et notre partenaire dans le cadre du « Pacte de Montmuran » et David Chauvin, un des directeurs de D’aucy, nous ont présenté le nouveau nom du groupe : » EUREDEN, La terre nous réunit ». Un nouveau nom pour une nouvelle identité affirmant être l’acteur référent de l’agroalimentaire coopératif en Bretagne au service des hommes (den en breton) ouvert sur le monde (euro). Un nom qui a du sens, réunissant tous ceux qui partagent des valeurs communes de passion, de solidarité et de progrès innovant et durable. Une signature engagée,  » la Terre nous réunit » avec un modèle vertueux de respect entre la terre et les hommes au service du développement durable, bien en ligne avec notre histoire territoriale et un attachement profond à nos origines. La nouvelle entité regroupe 20 000 producteurs, 9 000 salariés, 63 usines et 310 magasins pour un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’€ en 2018 et espère atteindre 5 milliards d’€ en 2025.

 

 

– 30 janvier 2018 : Rencontre avec Bernard de PRAT : Rencontre insolite et très intéressante à l’occasion de la sortie de son livre : « Les Roses de Lima ». Un véritable moment « coup de coeur ». Ce livre édité pour compte d’auteur, raconte les « voyages dans les Mers du Sud » du capitaine du Saint-Joseph, Joseph Trublet de Nermont, au XVIIIème siècle. Bernard de Prat, passionné d’histoire et particulièrement d’histoire maritime des XVIIème et XVIIIème siècles, propriétaire de la malouinière de la Fosse Hingant s’est attaché à refaire les parcours de Joseph Trublet, qui y demeura. Un récit très précis et romancé tout à la fois qui nous apprend beaucoup sur ces intrépides marins malouins. Nous reviendrons sur ce livre après l’avoir lu complètement pour vous faire partager notre grand plaisir. Dès à présent, nous invitons tous ceux qui voudraient l’acquérir à nous téléphoner au 06 07 37 77 89. Nous en avons pris quelques uns pour le distribuer, coût : 20 €.

 

– 23 janvier 2019 : Julien Hennote, le chef du restaurant du Pourquoi pas ? obtient sa première étoile : Chef bien connu de nous, notamment par les relations que nous avons pu organiser avec Neptunia, un de nos partenaires, voir la rubrique « Partenaires », et notre attachement au projet de l’Hôtel 5 étoiles Castelbrac depuis le début, il y a quatre ans, vient de se voir notifié d’une première étoile par le Guide Michelin. Un franc succès mérité pour le talent de sa cuisine et les qualités des équipes qui animent le restaurant. Sophie Bannier, la directrice, touche là les premiers dividendes de son action, remplissant à merveille les souhaits du couple Bucaille, porteur d’un projet qui valorise la mémoire de Jean-Baptiste Charcot. Merci à eux et bonnes dégustations à venir. Depuis, Julien et Sophie nous ont exprimé leurs remerciements pour notre message. Un moment de joie partagé. 

 

– 22 janvier 2019 : Participation à la réunion de la Commission économique du CEPR : Une réelle difficulté à engager concrètement l’ingénierie de construction du projet de territoire Rance-Emeraude, pour lequel nous avions proposé, dès le mois de mai 2018, une vision et un schéma de travail possible. Depuis plus rien, en particulier du côté des Ateliers du territoire que nous avions associés à la démarche. De notre côté nous continuons d’avancer sur nos projet notamment dans la mise en oeuvre de ce que nous avons appelé le « Pacte de Montmuran ». Voir nos actualités précédentes.

 

– 12 janvier 2019 : Réunion de notre bureau : A l’ordre du jour , les points d’actualité habituels, mais l’examen de notre projet de lettre n° 13 qui a été complété et validé pour un envoi le 15 janvier au plus tard.

 

 

– 10 janvier 2019 : Réunion de travail autour du projet  ViVaTerr  que nous accompagnons : Etude du dossier de présentation  du projet (240 ha de production de blé noir avec 31 agriculteurs en 2018), candidat à l’obtention d’un Contrat de Transition Ecologique pour se doter des moyens nécessaires à son développement. ETEM va participer à l’approche des pouvoirs publics gestionnaires de cette aide. A suivre donc. 8 février : Malheureusement sans suite pour le moment pour des raisons plus géopolitiques que de pertinence du projet. No Comment !

            

– 17 décembre 2018 à 8 janvier 2019 : Présentation sous forme d’un conte allégorique et historique des « savanturiers » malouins, dont le plus récent d’entre eux, Jean-Michel Beaudouin, auteur du conte, est l’inventeur de la « machine à lumière d’étoiles » ALEPH. Aller sur la page Face Book « La Houbarderie ».

 

 

– 5 janvier 2019 : Participation au Conseil d’Administration de l’Association du Nouveau Pourquoi pas ?  Réunion de lancement de l’année 2019, le Conseil a validé les propositions du Président sur le programme d’activités. Projets d’animation : lettre d’information mensuelle, trois conférences sur et autour du thème de l’exploration … , Devis de la construction du bateau : finalisation du descriptif technique du projet de bateau, finalisation de l’approche budgétaire du projet et  du dossier de présentation du projet pour mobiliser les partenaires et en faire la promotion. Comme d’habitude, nous prendrons notre part.

 

15 décembre 2018 : Participation à l’Assemblée générale extraordinaire de l’Associations « Vivons ensemble des maisons familiales pour nos aînés » : voir la rubrique « Entreprenons ensemble », rubrique « Vivons en semble ».

 

 

– 8 décembre 2018 : Vernissage de l’exposition « Maman, il neige » à la salle Nominoë à Dol : Exposition très étonnante et touchante tout à la fois. Marjan, jeune peintre autodidacte, né en 1979, nous propose une œuvre qui est avant tout une recherche sur lui-même pour sortir d’une vie jusqu’alors faite de violences. Son art est  inspiré, sa technique très spontanée, sans composition préétablie. Il faut du temps pour « entrer » dans ses tableaux, l’expression de ses personnages et l’atmosphère dans laquelle ils sont mis en scène, la neige très présente  nous interrogent plus qu’ils nous disent quelque chose. Du moins, sur l’instant, puis vient un indicible lien entre la toile et vous, largement alimenté par le mystère de la vie qui est plus forte que tout. Une œuvre éclairée par le mystère présent en chacun d’entre nous. Une vraie émotion vous prend, qui vous invite à la bienveillance. Une exposition à voir jusqu’au 23 décembre. 

 

 

8 décembre 2018 : Nous vous invitons à découvrir  quatre « suggestions de « parcours-découverte » que nous venons de mettre en ligne sur le site, à la rubrique  « Voyageons ensemble », « Promenades insolites ». Ces « invites » à découvrir notre territoire vivant, que nous avons travaillées avec Kaléid’Ouest,  serviront de fil conducteur à la construction de nos propositions d’accueil de groupes de personnes (maximum 12) venant de l’étranger ou de France. Bon voyage et joyeuse découverte à tous. 

                        

– 28 novembre 2018 : Réunion de travail avec Kaleid’Ouest, notre partenaire à Rennes : Comme chaque fois que nous franchissons des étapes significatives, nous nous rencontrons pour faire le point. Trois points méritent que vous en soyez informés. – Tout d’abord les retours du passage de la délégation chinoise de professionnels de la restauration et de la gastronomie, que nous avons accueillie, voir votre information du 7 octobre dans la même rubrique, sont excellents. les membres de la délégation  ont mis sur les réseaux chinois un compte-rendu flatteur auquel vous pouvez avoir accès en allant sur le site suivant  (cliquer sur le lien).

 

:– Nous avons par ailleurs finalisé les projets de parcours que nous étudiions depuis deux ans. Nous allons les mettre sur le site à la rubrique du site  « Voyageons ensemble », « Promenades insolites » d’ici la fin de la semaine. Nous vous en préviendrons par un message.

 

– Nous avons aussi travaillé sur une offre possible d’accueil à nos interlocuteurs non seulement chinois mais aussi à ceux avec lesquels nous avons des relations en Finlande, Islande, au Pérou… A suivre donc.

 

– 27 novembre 2018 : Participation à la conférence sur le thème « Inventorier le patrimoine » à Pleslin-Trigavou : Organisée à l’initiative de « l‘Association des Amis du PNR », cette conférence a eu pour intérêt de nous permettre de mieux connaître le travail d’inventaire engagé par la Région Bretagne depuis 2009 sur le territoire du futur Parc Naturel Régional.  66 communes parmi les 76 qui sont dans le périmètre du Projet de Parc ont déjà couvertes par l’inventaire. 13 000 dossiers d’études, 9 000 fiches de renseignement sont accessibles sur les sites : patrimoine.bzh et kartenn/patrimoine  (cliquer sur ces deux liens).

 

La conférence était aussi précédée d’un forum invitant les associations agissant dans le domaine du patrimoine à présenter leurs activités et publications et échanger entre elles. Parmi celles, trop peu, qui étaient présentes, nous avons surtout retenu et échangé avec Guy Ménard le Président de l’association « Les Amis du Vieux Saint-Jacut ». Très belle découverte et rencontre avec une association bien installée depuis plus de trente ans sur Saint-Jacut et qui dispose d’un fonds documentaire sur la Vie à Saint-Jacut et son histoire, tout à fait intéressant. Il est accessible à tous en allant sur le site de l’Association : www.lesamisduvieuxstjacut.fr. (cliquer sur le lien). N’hésitez pas à y aller, c’est  aussi notre histoire, celle de cette autre rive de la Rance qui nous réunit.

 

– 26 novembre 2018 : Nouvelle réunion de travail avec l’équipe de la société Tronico-Vigicell, à Saint-Malo. Tronico-Vigicell , www.vigicell.fr(cliquer sur le lien) est  un des acteurs potentiels de la chaîne de valeurs des nouvelles pratiques agricoles qui a été mise en valeur le 14 septembre 2018. Voir la rubrique ALEPH dans « Entreprenons ensemble ». Son activité propose des outils et services pour veiller et améliorer  la gestion de la qualité de l’eau. Dans ce cadre, elle a développé une approche fondée sur la mesure des effets biologiques par des bio-essais in vitro cellulaire. En résumé, elle qualifie la qualité des eaux au travers de leur(s) toxicité(s), de leurs effets sur le vivant, au moyen de cellules exposées dans des conditions contrôlées.
Cette méthodologie innovante, scientifique mais fondée aussi sur le bon sens pratique au regard de la diversité de polluants rencontrés dans les eaux, donne lieu à la mise à disposition de moyens et de produits permettant d’apporter une réponse aux questions de pollutions émergentes, d’effet perturbateur endocrinien, d’effet cocktail et de faibles doses en exposition chronique notamment. Cette approche plébiscitée par les acteurs publics et les opérateurs privés et quelques groupes industriels dans divers domaines  dont les IAA, trouve aujourd’hui une application directe inattendue auprès des acteurs de l’élevage. Cette réunion a permis d’avancer sur l’approche des acteurs concernés (agriculteurs et éleveurs) en l’inscrivant dans celle initiée avec la mise en place d’ALEPH auprès des éleveurs du Grand Ouest. A suivre.

 

– 25 novembre 2018 : Visite de l’exposition photo « Empreintes maritimes ».  proposée ce Week-end dans la salle Gillet, route du mont Garrot à Saint-Suliac. Une cinquantaine de photos des épaves de la Rance, notamment sises à Quelmer, ainsi que de quelques doris posés dans des lieux insolites et vieux gréements y ont été présentées. Elles ont été réalisées par le Groupe de photographes amateurs de Saint-Suliac de l’association Saint-Suliac Initiative. Belle exposition qui sera poursuivie par l’édition d’un prochain livre contenant 150 photos.  Ce livre sera disponible lors des « Marchés de Noël » qui se tiendront ces deux prochains week-end, à Saint-Suliac.  Un livre à offrir pour Noël assurément, si l’on en juge par la qualité des photos exposées. Un bon moment, en ce jour de grisaille !

 

– 22 novembre 2018 : Première rencontre avec le Lycée Marcel Callo à Redon : Cette rencontre, initiée par l’un de nos membres, outre la réputation de l’Etablissement, avait beaucoup de raison pour qu’elle se fasse un jour.  Sa filiation avec un de nos « Illustres » : Lamennais, notre propre connaissance du bassin de Redon, sa participation au projet « Voyage moderne au cœur d’un vieux pays », dont nous sommes partenaires, sont autant de raison qui ont grandement alimenté la chaleur de notre rencontre. Celle-ci avait pour objet d’informer et  de sensibiliser la direction de l’établissement sur le projet ALEPH. Son développement potentiel, son application dans le Grand Ouest et plus particulièrement en Bretagne devrait être très important et nécessitera à terme la possible création ou implantation d’une unité de production directe ou en co-traitance de la « machine à lumière d’étoiles »., d’ici deux à trois ans sur le territoire.

 

Les parcours pédagogiques proposés et les matières ou disciplines enseignées par le lycée Marcel Callo, couvrent une partie des besoins en formation permettant demain d’avoir les personnes susceptibles d’être employées au sein du prochain établissement industriel. Il faut pouvoir anticiper cette prochaine étape, compte-tenu de la structure du marché de l’emploi aujourd’hui. Nous sommes donc convenus d’engager une réflexion et des actions  sur le sujet, en deux temps : – le premier informer et sensibiliser le plus largement possible, au sein du Lycée et vers les milieux professionnels sur l’invention ALEPH, son sens, les technologies concernées pour sa production future, ses applications, sa maintenance, avec la remise d’un document de présentation synthétique, sous une semaine ; – le deuxième obtenir auprès du Groupe Lohr les éléments constitutifs de la production d’ALEPH, afin de pouvoir définir le cahier des charges des formations à développer, ce, sous trois mois. 

L’entretien fut d’une très grande cordialité, la direction de l’établissement étant très à l’écoute et étant très engagée dans ce type de démarche anticipatrice et partenariale avec les entreprises industrielles. L’enthousiasme a été partagé sur le projet et la confiance établie entre les personnes pour « servir »  le projet ALEPH qui recouvre un certain nombre de valeurs concourant à mettre en œuvre une « économie humaine » au service d’une Planète « retrouvée ». Très bon contact ouvrant de belles perspectives de travail que nous élargirons à d’autres partenaires pressentis et nécessaires, comme le Lycée Maupertuis à Saint-Malo, par exemple.

 

 

– 20 novembre 2018 : Réunion de travail à Collinée : Suite à notre réunion du 18 octobre, voir plus bas à la date,  nous étions convenus de nous revoir avec le maire de Collinée, pour étudier les possibilités de développer un partenariat entre nos deux territoires, reliés par la Rance qui prend sa source sur Collinée.Notre échange, très cordial, a permis de déboucher sur trois pistes de travail possibles que nous pourrions partager, grâce à une meilleure connaissance respective et réciproque de nos capacités à déployer des actions communes, illustrant des chemins et des expérimentations vers l’économie humaine que nous défendons.
Trois pistes donc : – l’inclusion des séniors dans la vie sociétale du territoire en s’appuyant sur l’expérimentation du projet « Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos aînés » qui est mené sur la commune de Cancale, – La mise en œuvre pratique de tout ou partie des éléments de la chaine de valeurs d’une approche nouvelles des modes culturaux intégrant les objectifs d’une transition écologique préservant la Planète, projet porté par plusieurs acteurs réunis par ETEM, – la mise en œuvre d’un échange entre nos territoires et celui de Villa El Salvador, proche de Lima au Pérou dont nous avions accueilli le maire lors de la rencontre internationale qui s’est tenue les 14 et 15 juin, en Pays du Mené. Voir la rubrique « Les Illustres », sous rubrique : Révérend Père Louis Joseph Lebret.
Il s’agit maintenant de trouver des interlocuteurs du Pays du Mené susceptibles de se mobiliser sur ces trois sujets en partenariat avec les membres concernés et engagés au sein d’ETEM. Nous nous sommes donnés trois mois pour ce faire. A suivre donc.

 

 

– 19 novembre 2018: ALEPH : Retour sur le Salon de Hanovre (13 au 16 novembre) Vous trouverez à la rubrique « Entreprenons ensemble », Projet ALEPH, le message d‘Yves Carquillat, un des dirigeants de Farmtec, relatif à la présentation d’ALEPH INLIGHT/JET au salon EUROTIER 2018, du 13 au 16 novembre, à Hanovre.

 

 

– 18 novembre 2018 : Le Monastère de Beaufort (Plerguer), a accueilli ce jour l’émission télévisée, « Le jour du Seigneur ». Une occasion rare de valoriser un haut lieu historique (début du 16 ème siècle) de notre patrimoine. Il s’agit d’un lieu de sérénité et de ressourcement tant le cadre naturel et l’accueil des 27 moniales dominicaines sont exceptionnels. C’est un lieu qui se distingue aussi par l’utilisation d’un instrument de musique original, la « Kora ». C’est à des moines bénédictins ayant fondé au Sénégal l’abbaye de Keur Moussa, que l’on doit l’introduction de cet instrument dans la liturgie et les milieux européens. La Kora est une harpe africaine composée d’une demi calebasse recouverte d’une peau de bœuf parcheminée, traversée par une hampe où s’attachent 21 cordes. Deux baguettes situées de part et d’autre du manche permettent au koraïste de jouer de l’instrument avec le pouce et l’index, les autres doigts tenant la baguette. Cet instrument magnifique à regarder, donne de très belles sonorités et se prête tout particulièrement à l’accompagnement du chant liturgique ainsi qu’à l’exécution d’airs de différents styles et sources  de langages du chant. Nous en avons eu une parfaite illustration ce jour durant l’émission. Pour en savoir plus aller sur le site du monastère : www.monastère-beaufort.com.

 

 

– 17 novembre 2018 :  RÉUSSI !  » Grâce à vos contributions notre campagne de financement de la première phase du projet « Murs, murs d’histoire » a été un SUCCÈS ! Le site d’appel à contributions a été visité par 5 500 personnes et partagé par 66 personnes. REMERCIEMENTS à vous tous !
Nous nous retrouverons bientôt lors d’une soirée conviviale où nous pourrons échanger sur les prochaines étapes.

Au plaisir de vous revoir. Vincent SPATARI et l’équipe « .

C’est un succès que nous pouvons partager, car nous soutenons Vincent dans son initiative depuis le début, voir nos « Actualités des 30/08, 10/10 et 5/11, et nous nous sommes mobilisés pour  cet appel de fonds.

Nous allons pouvoir entrer dans la première phase et accompagner Vincent, à savoir : – Répertorier les lieux susceptibles d’accueillir un spectacle, – Collecter la « matière historique » qui ouvrira une écriture de fiction, – Choisir un lieu pour l’été 2019, – Réunir les protagonistes du futur spectacle, – Chercher les financements supplémentaires, – Écrire, mettre en scène et … que la fête commence dès cet été 2019 ! A très bientôt pour parler de tout cela.

Cette première étape franchie ne doit pas freiner ceux qui auraient encore l’intention de participer à cette aventure historique et culturelle. Nous allons avoir encore besoin de votre soutien. Pour ce faire, c’est simple, il vous suffit de prendre contact avec :
Vincent SPATARI
53, La Rougeolais 35720 Saint-Pierre de Plesguen
06.80.60.33.38 / 02.23.16.24.33
www.vincentspatari.info Projet – Murs,murs d’histoire : 
https://www.facebook.com/lesMalouinsdanslaCourse/videos/718729701827788

– 15 novembre 2018 : Projet  » Vivons ensemble, des maisons pour nos aînés  » : Excellent article paru ce jour dans le journal « Le Télégramme », rubrique Cancale, suite à l’approbation unanime du conseil municipal de Cancale de la vente d’un terrain, sis sur la ZAC des Prés Bosgers à l’Association Vivons ensemble. Vous trouverez l’article à la rubrique « Entreprenons ensemble, article  Vivons ensemble » (cliquer sur ce lien)

 

 

Réunion de travail avec Olivier Allain, 5ème Vice Président de la Région Bretagne en charge de l’agriculture et de l’alimentaire, et Bernard de la Morinière.

– 6 novembre 2018 : Réunion de travail avec Olivier Allain, 5ème Vice Président de la Région Bretagne en charge de l’agriculture et de l’alimentaire : Cette réunion, convenue depuis trois mois, s’est tenue sur l’exploitation d’un de nos membres, Bernard de la Morinière, Il s’est agi pour nous  de lui exposer, en présence du directeur du service de la Région,  le produit de nos actions de mobilisation des acteurs de la chaîne de valeur des nouvelles pratiques agricoles, très majoritairement, originaires de Bretagne ou du Grand Ouest, et présents à notre journée du 14 septembre qui a réuni 75 experts nationaux et internationaux (cf. la lettre spéciale n°11).
Reprenant le déroulé de cette journée mémorable, nous avons commencé par une visite de terrain (voir photo) pour expliquer et démontrer les avantages que présentent les pratiques réunies autour de l’agriculture de conservation. Ensuite nous avons déroulé la présentation des différents acteurs réunis, ce jour là, et leur contribution avérée à la mise en œuvre de nouvelles pratiques agricoles. Plusieurs perspectives s’ouvrent à nous, dont certaines, comme par exemple, les projets, ALEPH, ceux autour de BASE, ceux de Gaïago, Lallemand, Vigicell ou Eegle…, sont déjà bien engagées et accumulent dès à présent, des résultats avérés, tangibles et très concrets pour l’agriculteur. 
C’est  un vrai projet pour le Grand Ouest, pour la Bretagne et pour ETEM, dont plusieurs membres y sont déjà très actifs ! Cette démarche consiste à produire plus pour satisfaire les besoins à venir de la population de la Planète, tout en respectant celle-ci et ses paradigmes naturels. Un projet très « bottom-up », Un challenge pour renforcer notre capacité exportatrice future. Il s’agît aussi de donner aux agriculteurs-éleveurs-cultivateurs, les moyens de retrouver la confiance des consommateurs par la mise en œuvre de nouvelles pratiques vertueuses, aussi bien pour la qualité des produits que celui du bien-être en général, des animaux et des éleveurs. Un chemin aussi pour retrouver la fierté de faire ce beau métier. Le « climat » dans lequel la réunion s’est déroulé a été très cordial, fait d’écoute réciproque et très constructif, avec la volonté de construire ensemble une démarche pertinente. Il est prévu de nous revoir pour aller plus loin dans la mise en œuvre de cette démarche globale territoriale. A suivre donc.

 

 

– 5 novembre 2018 : Murs, murs d’histoire » : Appel à contribution : Un bref message à vous tous pour vous mobiliser sur une initiative que nous partageons avec Vincent Spatari et à laquelle nous apportons notre total soutien. Voir notre site, rubrique « Actualités » à la date du 30 août 2018. Merci de prendre en compte son appel à contribution que vous trouverez ci-après :

« Notre travail artistique sur la VALORISATION du PATRIMOINE continue…Le nouveau projet s’intitule «  Murs, murs d’histoire  » et concerne le patrimoine des pays de Saint-Malo et de Rance- Émeraude./
Un premier volet sera présenté durant l’été 2019 avec l’envie, le souhait, que cet événement artistique et culturel évolue et se déploie de manière pérenne sur les années suivantes..
Il s’appuiera sur plusieurs édifices porteurs de mémoire, d’esthétique et d’ouverture sur l’avenir, tels que, par exemple : – le Château de Montmuran, les Carrières de Lanhélin, la Chapelle de la Souhaitier, le Moulin du Prat, le Moulin du Mont-Dol, la Cathédrale de Dol, la Maison du Peuple de St Malo, le Château de Landal , le Manoir de la Grand’Cour à Taden – plusieurs Malouinières, etc….
Nous souhaitons lancer une première expérimentation qui se fera sur UN seul lieu durant l’été 2019.
Pour lancer cette phase d’élaboration, nous avons mis en place un dispositif de FINANCEMENT PARTICIPATIF auquel nous invitons tous les amoureux du patrimoine, désireux de sa valorisation, à participer. /https://www.ulule.com/murs-murs-dhistoires
Nous avons besoin de votre soutien. MERCI de contribuer! …et de faire circuler ce message …(Cliquer sur le lien)

Bien cordialement, Vincent Spatari et son équipe.
N.B: Important! Cette campagne de financement s’arrête le 17 novembre 2018. Si le financement n’a pas abouti à cette date, cette phase du projet sera invalidée et les sommes avancées par les donateurs, non débitées »…

Merci d’avoir été au bout de la lecture de cet appel à contribution. Nous comptons beaucoup sur vous.

 

 

– 2 novembre 2018 : Une date importante pour le projet de l’association « Vivons ensemble, des maisons familiales pour nos aînés » : Sa présidente a déposé, ce jour, le dossier de demande de permis de construire en Mairie de Cancale. Une première étape qui consacre plus de deux ans de travaux qui ont mobilisé plus d’une vingtaine de personnes. il reste maintenant les trois à six mois d’instruction du dossier déposé pour clore le budget de financement du projet et de son fonctionnement futur. Une démarche déjà bien engagée tant, auprès de la Caisse des Dépôts, que de plusieurs industriels qui  sont  décidés à rejoindre le projet en en devenant des partenaires actifs, jusqu’à un tiers du montant de l’investissement. L’Association que nous accompagnons activement depuis le début, pense pouvoir poser la première pierre du chantier deuxième trimestre 2019. Pour en savoir plus aller sur la rubrique « Entreprenons ensemble, projet Vivons ensemble ».

 

 

– 30 octobre 2018 : Emission de  l’Invitation au Voyage d’ARTE, sur « Maupertuis, un voyage en Laponie » (cliquer sur le lien)  à laquelle notre ami finlandais Osmo Pekonen  a contribué activement (voir nos actualités précédentes). Celle-ci a été très suivie par nombre de nos membres qui l’ont trouvé intéressante et émouvante toute à la fois. Elle a donné lieu à plusieurs échanges avec Osmo, dont un que nous ne résistons pas à citer, celui de Jean-Michel, un des fidèles à la mémoire de Maupertuis :  » Bravo pour ce commentaire si juste sur Maupertuis dans le joli reportage d’ARTE. Vous avez beaucoup de talent pour faire revivre le personnage et un français admirable.
Votre formule « il n’était pas abimé par la modestie » nous a fait beaucoup rire .., et nous avons pensé que cette phrase pouvait s’appliquer à beaucoup de personnes, encore aujourd’hui. Merci pour l’histoire de la constellation du Renne, je m’ intéresse personnellement aux étoiles pour des raisons de physique de la lumière. Surtout dites moi quand vous pensez venir en Bretagne, je veux vous convier dans une vieille maison de corsaire du temps de Maupertuis pour un diner dans l’esprit de ce temps ».

A nous revoir sûrement bientôt.

 

 

– 30 octobre 2018 : Participation aux deux conférences organisées dans le cadre de la 40ème course au large de la Route du Rhum, sur le thème de « L’Océan notre bien commun », au Palais du Grand Large, à Saint-Malo : Ces deux conférences auxquelles nous avons participé ont été particulièrement intéressantes.

L’une (10h00 – 12 h00), portée par le collectif « Les Vagues », nous a proposé un  » voyage au cœur de l’Océan », illustré par les expériences vécues par une vingtaine d’acteurs malouins réunis pour l’occasion et unis par leur volonté partagée de protéger l’Océan dans son acception globale. Très bien animée, cette matinée fut un moment joyeux et riche tout à la fois. Un premier pas, espérons-le, pour lancer et développer une nouvelle approche de cet esprit d’aventure collectif qui marqua nos aînés. L’objectif est bien de lancer des nouveaux projets innovants et structurants pour l’avenir de notre territoire « entre terre et mer , des gens de caractère ». 

L’autre conférence, (14h30 – 18h00), animée par Catherine Chabaud, coordinatrice de l’Appel pour l’Océan , bien commun de l’Humanité », a réuni des scientifiques et coureurs au large. C’était la première manifestation publique présentant la démarche dont l’originalité est de deux ordres : qualifier juridiquement la notion de « bien commun » et son application à un territoire marin « abandonné », celui de la « haute mer » et obtenir des instances mondiales (ONU, Unesco, qu’elles érigent des règles d’usage compatibles avec la sauvegarde des mers qui composent l’Océan. Les témoignages furent riches d’enseignements de tous ordres et convaincants.  A n’en pas douter une démarche à soutenir, de même que celle que nous avons rencontrée, à cette occasion, à savoir la mobilisation citoyenne malouine  » Unis pour le Climat », déjà très active à Saint-Malo. Celle-ci a recueilli la participation de quelques skippers malouins ou autres qui ont accepté de mettre sur un de leurs haubans, parmi d’autres, le drapeau réalisé pour l’occasion en vingt exemplaires. 

Tous ces évènements ou initiatives montrent qu’une prise de conscience est en train de naître. C’est tant mieux pour la Planète. Ce serait encore plus porteur d’efficience, si toutes ces initiatives s’organisaient pour travailler, agir ensemble. C’est notre volonté, c’est pourquoi, nous serons attentifs à ne pas redonder, mais bien à appuyer les initiatives qui concourront à développer des actions en faveur de la santé de la Planète.

 

 

– 18 octobre 2018 : Participation au Comité de pilotage « Du souffle pour nos territoires » :  Cette réunion fait suite à la rencontre internationale à laquelle nous avions participé les 14 et 15 juin 2018 (voir nos rubriques « Actualités » et  « Père Louis Joseph Lebret »). Plusieurs décisions ont été prises : 1 – Ouvrir la démarche à d’autres territoires français : dès à présent il a été convenu qu’entre le Pays du Mené et ETEM, nous allions plus loin dans notre connaissance respective et réciproque de nos capacités à déployer des actions communes illustrant des chemins et des expérimentations vers l’économie humaine que nous défendons. Une réunion a été arrêtée pour le 6 novembre. 2 – prospecter d’autres territoires en Bretagne ou dans l’Ouest susceptibles de nous rejoindre (le Pays du Huelgoat ?). 3 Développer avec le RIEH des échanges avec les territoires déjà dans le réseau, sous forme de stages et de rencontres d’échanges pratiques et méthodologiques. De ce point de vue ETEM va se rapprocher des péruviens que nous avions accueillis en Juin, à l’occasion de cette rencontre internationale du Mené. A suivre donc.

 

 

– 16 et 17 octobre 2018 : Suivi du projet ALEPH, « la machine à lumière d’étoiles »: Premiers essais en situation réelle chez un éleveur suisse et rencontre de travail avec l’équipe en charge des filières d’élevage chez un des grands de l’élevage dans le Grand Ouest de la France. Deux belles journées qui consolident l’avenir de la mise en œuvre de cette belle invention : voir la rubrique « Entreprenons ensemble, article ALEPH ».

 

 

– 10 Octobre 2018 : Rencontre avec Vincent Spatari pour poursuivre nos réflexions sur le projet « Murs, murs, d’histoire » (voir plus bas, article du 30 août) : Il a été établi une ébauche de plan de travail afin de définir quelques aspects importants qui seront déterminants pour la faisabilité de l’aventure artistique que l’on voudrait inscrire dans le temps long… C’est dans cet esprit que nous avons décidé de prévoir une première expérimentation sur UN seul lieu durant l’été 2019. Ce lieu devra être choisi très soigneusement en fonction de certains critères tels que : la pertinence de sa situation géographique, du contenu de son histoire et de son message culturel par rapport aux objectifs d’ETEM, auxquels il faut ajouter des éléments techniques tels que, sa configuration physique pour une présentation artistique de qualité, assurer les conditions de confort pour l’accueil du public,  l’adaptation du lieu à la jauge de public visée et l’adéquation entre l’importance du lieu et l’équipe artistique nécessaire pour en valoriser l’histoire…
Nous nous laissons quelques semaines de réflexion autour de ces sujets avant de se revoir à nouveau et continuer notre « rêverie » artistique, en n’excluant pas d’envisager de mettre en place un financement participatif pour.la phase amont de recherche documentaire et d’écriture du premier scénario. A suivre donc.

 

 

– 7 octobre 2018 : Accueil et mot de bienvenue à la délégation chinoise de professionnels de la restauration et de la gastronomie, arrivée la veille à Rennes. (voir la rubrique Agenda).  Leur première matinée était consacrée à la découverte de notre territoire, par une visite de Saint-Malo Intra Muros, puis une promenade à la pointe du Grouin, lieu caractéristique,  « entre terre et mer » (voir photo), où le vent  s’est chargé de proposer à nos visiteurs une variation de lumières à leur couper le souffle.

 C’est à cet endroit magique que nous avons choisi, accompagné de Kaléïd’Ouest, de les accueillir et de leur souhaiter la bienvenue. Ce fut un bon moment de rencontre (voir photo) Leur programme s’est poursuivi par un déjeuner au restaurant « La mère Champlain » à Cancale et la visite de la « Ferme marine », toute proche où ils ont été « initiés » à la filière ostréicole et la gastronomie autour des fruits de mer. Ils ont ensuite pu faire une excursion en mer sur des voiliers traditionnels en baie de Saint Malo. Le soir, de retour sur Rennes, ils participaient à un diner de gala offerts par l’association « Tables et Saveurs de Bretagne ».

Nous aurons le plaisir de les revoir parmi nous les deux derniers jours de leur séjour (12 et 13 octobre) où, entre deux rencontres gastronomiques avec des chefs de la région, ils découvriront la baie du Mont-Saint-Michel, le Mont Saint-Michel, la cathédrale de Dol et le CathédralOscope. La boucle sera ainsi bouclée.

 

 

– 26 au 29 septembre 2018 : séances de débriefing et réunions de travail autour d’ALEPH, la machine à lumière d’étoiles » : Deux sujets nous ont occupé ces trois jours. Le premier concernait le suivi des interrogations sur la mise en place des machines « in situ » sur plusieurs sites pilotes déjà identifiés en association avec la firme suisse Farmtec. Les premières installations devraient intervenir d’ici la fin de l’année. Le deuxième relevait plus d’un état nouveau qui s’imposait à nous, avec la réalité d’une démarche scientifique aboutie, avec la présentation « physique » de la « machine à lumière d’étoiles ». Il est devenu évident pour tous que le moment était venu d ‘examiner la possibilité de relancer le projet, initié en 2015 sur le site de La Houbarderie.

En associant les « saventuriers » du 21ème siècle aux marins-corsaires savants des 16 ème au 18ème siècles, pour la conférence que nous avons organisée à l’IUT de Saint-Malo nous avions voulu marquer cette recherche récurrent d’un « graal » de la connaissance qui caractérise les hommes de ce territoire. Notre propre histoire du territoire, illustrée par de grandes figures qui ont participé activement pendant des siècles à l’évolution des connaissances grâce à leurs découvertes apportées en témoignage, se rapproche d’une véritable odyssée  qui veut dire au sens premier du mot, un voyage long et aventureux. ,
La quête du Graal, grande histoire de notre territoire  a un sens moderne concret : il décrit un objectif difficilement réalisable, mais qui apportera au monde des nouvelles connaissances ou permettra une application originale sur la matière, ainsi : ALEPH, la machine à lumière d’étoiles » qui permet aux hommes de retrouver une relation vertueuse et naturelle avec la planète, en utilisant la lumière.
Cette machine, imaginée, construite sur le temps long (quinze ans), en s’inspirant de la théorie de grande unification ou appelée « théorie du tout », une théorie physique susceptible de décrire de manière cohérente et unifiée l’ensemble des interactions fondamentales, c’est le « Graal des physiciens », ou bien encore, celui des généticiens dans leur quête de la compréhension du mécanisme par lequel les gènes contrôlent la physionomie des organes, par exemple. ,
En philosophie, la « théorie du tout » serait un essai d’explication ultime, universellement englobante, éco-systémique, holistique, de toute la nature ou de la réalité. Cette approche seule nous permet de traiter les questions qui intéressent tout un chacun, comme par exemple :
« Pourquoi la réalité est elle compréhensible ? » Jean-Michel nous en propose une « réalité » par son approche méthologique et inspirée par l’évolution des connaissances pour, en définitive, aboutir à sa « machine à lumière d’étoiles monstrable », dans la lignée d’un Maupertuis, père de la physique quantique.
« Pourquoi les lois de la nature sont comme elles sont ? » Quel meilleur lieu que celui de la Houbarderie et sa biodiversité naturelle retrouvée, pour illustrer les réponses à cette question ?
« Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? » Quelle meilleure illustration pour tenter d’y répondre que de s’appuyer sur l’histoire de la relation de l’homme à la lumière, sa quête du « graal de la lumière», sur notre territoire s’inscrivant dans un temps long.
Un exemple en parle de lui-même : la cathédrale de Dol de Bretagne et sa rencontre pédagogique avec le CathédralOscope que nous soutenons. Mais, si  la quête peut être la même pour tous, même diverse dans son approche, son obtention est toujours difficile car nous sommes tous handicapés devant cet enjeu, d’où la vertu de valoriser sur le site de La Houbarderie,cette présence toute proche de l’IME proche et se servir du handicap comme un levier pédagogique.
Décidément, nous avons tous les éléments pour mettre en œuvre un parcours par la « monstration », par l’apprentissage, d’un « rêve réalisable », celui  de « L’Odyssée du Graal de la Connaissance, en territoire d’entre terre et mer, ces gens de caractère ».

 

 

– 16 septembre 2018 : Journée du Patrimoine au Château de Montmuran aux Iffs :

Ce château seigneurial du XIIème siècle, ouvert comme à chaque Journée du Patrimoine, a été le lieu où Bertrand du Guesclin fut armé chevalier.

La chapelle témoigne de ce fait majeur pour le futur connétable, en nous laissant à voir de magnifiques vitraux racontant la scène qui se déroula le Jeudi Saint de 1354.

Ce château est « chargé d’histoire », puisqu’il y a accueilli de nombreux personnages historiques, dont par exemple, l’Amiral de France, Gaspard II de Coligny.

Chaque journée du Patrimoine est une fête pour la famille propriétaire, qui se retrouve toute entière réunie autour de sa volonté d’ouvrir à tous, ce monument, véritable patrimoine historique de notre territoire. Merci à elle, car ce lieu est magique et très inspirant.

Pour la première fois, le château a accueilli, parmi d’autres activités, une exposition des enluminures de Noura Chami, artiste bien connue de notre association. Son exposition a rencontré un vif succès, tant la qualité de son travail a éclaté aux yeux de tous, notamment grâce aux nombreuses œuvres d’enluminures qu’elle a pu exposer dans la grande salle des dépendances du château.Beaucoup d’enfants sont repartis émerveillés avec un bout d’enluminure qu’ils avaient créé sous les conseils plein de douceur et d’attention pédagogique de Noura. Ce jour là le château a reçu la visite de l’ordre de 800 personnes. Une très belle journée et un beau succès pour l’artiste qui devrait déboucher sur d’autres actions à venir, création d’ateliers scolaires, notamment. A refaire. Le rendez-vous est déjà pris pour l’année prochaine. Cette fois-ci, au CathédralOscope de Dol de Bretagne. 

– 15 septembre 2018 : Présence à la conférence donnée à Combourg par Laurent Stéphanini, ambassadeur de France auprès de l’Unesco, sur le rayonnement international de Chateaubriand. Cette conférence sur les raisons de l’audience internationale de l’homme de lettres bien connu, ministre et ambassadeur, fut très intéressante, en cela qu’il a su nous rappeler l’influence caractéristique que Chateaubriand exerçait sur les pouvoirs en place au début de la première moitié du 19ème siècle. Le rappel de sa carrière multi secteurs et certains extraits de textes bien choisis par le conférencier nous ont donné l’impression de ne pas avoir quitté notre propre actualité. Cela n’a pas été sans nous rappeler, en effet notre propre époque de transition « entre deux mondes ».

Nous avons profité de cette opportunité de rencontre avec l’ambassadeur pour lui présenter notre démarche ETEM, arguant du fait que nous nous inscrivions bien, du moins de notre point de vue, dans les objectifs de l’UNESCO. Cet organisme international s’emploie en effet à créer les conditions d’un dialogue entre les civilisations, les cultures et les histoires des peuples, fondé sur le respect de valeurs partagées par tous. L’Organisation se concentre, en particulier, parmi d’autres, sur des objectifs primordiaux, dont quatre au moins, recouvrent nos activités : • mobiliser le savoir et la politique scientifiques au service du développement durable, • faire face aux nouveaux défis sociaux et éthiques, • promouvoir la diversité culturelle, le dialogue interculturel international, et enfin • édifier des sociétés du savoir inclusives intergénérationnelles, grâce à l’information et à la communication… Ce que nous essayons de faire à l’échelle de notre pays Rance-Emeraude, un territoire « Entre Terre et Mer, des gens de caractère ». Nous sommes convenus de nous revoir prochainement, pour aller plus loin que ce premier échange d’opportunité, afin d’étudier les relations que nous pourrions entretenir avec l’UNESCO. Une belle rencontre qui aura des suites, à n’en pas douter.

14 septembre 2018 : Réunion de travail organisée par Triskalia et ETEM à Saint-Brieux des Iffs et Les Iffs (35) : 75 experts nationaux et internationaux (allemands et suisses) ont échangé et partagé leurs expériences sur les « Perspectives d’une approche nouvelles des modes culturaux et d’élevage, biocontrôle et apports des innovations technologiques » dont celle de la « machine à lumière d’étoiles », présentée le 12 au SPACE, en avant première mondiale, et le 13 devant le public des « entrerreetmériens », à l’IUT de Saint-Malo.

Cette rencontre du 14 s’est déroulée en trois temps. Un premier temps de 10 h à 12 h chez Hervine et Bernard de La Morinière, membres actifs d‘ETEM, au lieu dit Claireville, sur la commune de Saint-Brieux des Iffs, par un  « tour de plaine » avec présentation de mais semé en strip till, associés à des profils culturaux, couverts végétaux divers et variés, colza plantes compagnes et échanges  « in situ » illustrant la pertinence de la pratique de l’agriculture de Conservation.

Un deuxième temps de 12 h à 14 h proposé par Triskalia qui nous a permis de poursuivre nos discussions autour d’un déjeuner  au château de Montmuran sur la Commune des Iffs où la famille propriétaire  nous a accueilli magnifiquement. Il nous importait en effet, d’associer la mémoire de l’histoire de notre territoire à cette rencontre organisée pour la construction de notre avenir. Ce déjeuner qui fut très convivial  nous a permis d’engager avec entrain et complicité un après-midi qui s’annonçait dense.
Le troisième temps en effet, de 14 h à 18 h, durant lequel nous avons abordé plusieurs sujets dont, l’approche du biocontrôle dans un système de culture par Olivier Cor, ingénieur de recherche de la société LALLEMAND PLANT CARE et par Francis Bucaille président de la société GAIAGO, ces deux sociétés intervenant déjà sur l’exploitation de Bernard. Les résultats obtenus avaient pu être appréciés le matin même, lors de notre « tour de plaine ». No comment.
Nous avons poursuivi ensuite par un état des lieux sur les alternatives possibles au glyphosate dressé par Frédéric Thomas, agriculteur, fondateur de BASE et rédacteur en chef de la  revue TCS. Il a mis  en évidence, à l’appui de nombreux exemples observés en France, à l’international, dont en Suisse, que ce sujet  ne devait pas être laissés aux « écolo-bobo » qui ont su monopoliser le débat en France. La vie du sol et des plantes est bien trop complexe et riche pour se réduire à un débat binaire sur l’interdiction ou pas du glyphosate en des termes caricaturaux.  Cette intervention a été suivie, la complexité étant la dimension majeure de cette approche systémique globale, qu’il nous faut engager quand on touche au vivant, par la présentation par Laurent Lebreton, président fondateur de la société Eegle d’un projet de  plateforme informatique permettant d’optimiser la gestion des données de différentes natures et de diverses sources et qualités sur un territoire à des fins précises. Ce qui est appréhensible pour un territoire, l’est certainement et notamment en agriculture. C’était l’objet de la présentation, pour la première fois au milieu agricole de cet outil innovant d’aide à l’optimisation de la connaissance du milieu pour mieux agir.

Enfin,  dans le cadre de l’association  ETEM, www.entreterreetmer.bzh, dont, il faut le souligner, Bernard (le Gaec de Clairville) ainsi que les sociétés EEGLE et GAIAGO, sont membres et partenaires, Jean Michel Beaudouin, astrophysicien et certains de ses compagnons de route, présents, dont les professeurs Dominique Haras et Kaspar Winterhalter et les acteurs industriels présents mobilisés sur le projet, dont La firme  Farmtec (Suisse) et le groupe Lohr (France), nous ont fait une présentation de la filtration laser appliquée à la gestion de l’air en général, dont celle dans les bâtiments d’élevage organisés. Cette innovation, ALEPH (Amplification of Light Energy by Pulses and Harmonics),  ou la « machine à lumière d’étoiles », qui a été présentée deux jours avant au SPACE, s’est  concrètement traduite par un accord signé avec des acteurs de la filière avicole du Grand Ouest sur le stand de Farmtec où le cœur de la machine était exposé. www.inluxinlight.ch. Les premières étapes et le calendrier pour passer à  » l’acte », comme on dit, ont été posés entre les acteurs présents pour pouvoir disposer des premiers résultats sur les installations pilotes prévues pour le prochain salon de Hanovre en novembre, et les présenter pour étayer la pertinence de ce nouvel outil d’aide à la santé de la Planète et accélérer ainsi la promotion de  » la machine à lumière d’étoile », « ALEPH ».

Notons, pour rester dans le cœur de l’action d’ETEM, la valorisation de notre patrimoine historique et légitimer ainsi cet engagement dans l’accompagnement de ce nouveau projet, que la démarche de Jean- Michel Beaudoin, s’inspire pour partie de de François Moreau de Maupertuis, le mousquetaire savant, le père de la physique quantique et ancien personnage illustre de notre territoire « entre terre et mer  des gens de caractère ». Elle s’inscrit aussi dans la lignée d’autres de ses compagnons malouins de l’époque du XVIIIème, Gollet de la Merveille, le corsaire inventeur et Offray de la Mettrie, le philosophe corsaire.

Cette journée fut en tous points remarquable. Bénéficiant d’ « écrins » magnifiques que sont les cadres des propriétés de Claireville et de Montmuran, elle s’est  déroulée sous un soleil radieux et un climat convivial, complice, sérieux, très technique, de très haut niveau scientifique et pratique, tout à la fois. Et à noter que tout cela s’est déroulé dans le respect du timing prévu, ce qui est remarquable pour des passionnés, des pionniers engagés que nous sommes.. C’est une première étape qui sera suivie par d’autres à venir, pour participer activement à faire bouger sérieusement les lignes, au service du bien être de la planète  et tous les vivants qui l’habitent, qu’ils soient du monde végétal, animal ou humain. Chacun a pu repartir avec le livre « Les étoiles du Petit Prince » dont les coauteurs Jean-Michel Beaudouin et Mike Kuhlmann, leur ont fait don. Chapeau à eux. Notons aussi que ce livre est disponible en langue anglaise et allemande.

Il faut aussi dire qu’à la fin de notre rencontre, forts d’une solidarité ressentie dans l’action à construire, un vrai sentiment de colère, de révolte même s’est spontanément exprimé par tous, quant à la situation dans laquelle nous avions le sentiment de nous trouver. Tous ceux présents, pionniers dans la recherche, dans la « monstration » des découvertes ou les pratiques de rupture, innovateurs entreprenants, tous accumulaient derrière eux 20 années de travail d’incubation, voir plus. Ce sentiment n’était pas synonyme de découragement, mais bien plutôt, la manifestation naturelle de notre volonté d’aller plus vite, maintenant que les éléments de la chaîne de valeur de cette transition écologique que nous devons construire, sont présents et ont été partagés entre nous, au cours de cette journée.

Notre vision et notre approche sont globales et systémiques. Pour obtenir ce résultat, il a fallu du temps, plus de 20 ans souvent, mais surtout, avancer en appliquant deux principes : celui de l’observation systématique de ce qui se fait de mieux à l’international et celui d’évitement, en France, avec tous les corps constitués, corporations établies et tous les systèmes qui concourent à protéger les modèles socio-économiques qui existent aujourd’hui, dont on sait trop maintenant, quelles conséquences cela a induit pour notre Planète. Plus que jamais il faut poursuivre, en allant plus vite et plus sûrement, car on en a les moyens. Cette journée en apporté la preuve. A bientôt donc.

– 13 septembre 2018 : Rencontre et échanges avec l’équipe du projet de parcours : « Voyage moderne au cœur d’un vieux pays »Ce matin nous avons eu le plaisir de nous retrouver avec cette équipe chez un de nos partenaires : le fameux restaurant-hôtel « Les Charmettes », distingué plusieurs fois pour ses productions cinématographiques insolites (voir notre rubrique « Partenaires »; Il s’est agi pour nous tous de définir les grandes lignes de notre offre de « parcours culturels » susceptibles d’alimenter leurs propres propositions à destination de clientèles étrangères ou françaises, intéressées par le patrimoine historique et contemporain, naturel, socio-économique et artistique de notre territoire, « Entre terre et Mer, des gens de caractère ».

Nos échanges ont été parcourus par une grande complicité amicale, de la nature de celle que les marins et armateurs du pays de Nantes et de celui  de Saint-Malo nourrissaient aux XVII ème et XVIII ème, notamment. Nous sommes convenus de nous revoir pour affiner notre participation à la construction du contenu de ce « Voyage moderne au cœur d’un vieux pays » et perpétuer ainsi une relation intelligente entre les deux points extrêmes d’une ligne magique, celle de Nantes à la Baie du Mont Saint-Michel, en passant par le pays de Rance-Emeraude, « entre terre et mer, des  gens de caractère » Voir aussi notre site en allant sur le bouton « recherche », en haut à droite. A suivre donc.

La machine à lumière d’étoiles

– 12 septembre 2018 : Présentation de la « machine à lumière des étoiles » au SPACE :  Comme nous l’avions annoncé dans nos rubriques précédentes et surtout dans notre dernière lettre n°11, la « machine à lumière des étoiles » (voir photo) était donc présente au SPACE sur le stand de la firme Farmtec, spécialiste suisse de la filière avicole et partenaire du père de la technologie. Cela  a permis à celui-ci d’en expliquer, non pas uniquement les caractéristiques scientifiques et techniques évidemment complexes, mais bien le sens et la finalité de cet outil. Il s’agit en effet, dans une première application, d’apporter aux éleveurs et aux animaux la qualité sanitaire leur permettant de vivre mieux et de proposer aux consommateurs un produit de qualité. Une convention a été signée entre plusieurs acteurs de la filière avicole du Grand Ouest, le porteur du projet et Farmtec, (voir photo) aux fins d’engager très vite, à travers l’installation  de deux sites   de bâtiments d’élevage organisé pilotes, au moins, la mesure des effets bénéfiques de cette « machine à la lumière des étoiles », sur les hommes, les bêtes et l’environnement.

Cette signature marque le départ de la mise en œuvre de cette innovation de rupture dans la filière avicole du Grand Ouest. C’est aussi un vrai projet de territoire. Une belle page vient d’être écrite qui donnera encore plus de consistance aux  propos qui seront tenus par les différents intervenants lors de notre rencontre avec le public « entreterreetmerrien« , demain le 13 septembre, à 20 H 30 à l’IUT de Saint-Malo, où nous vous attendons nombreux. A suivre.

– 11 septembre 2018 : L’armateur Ponant rend hommage au Commandant Charcot Le dernier-né de la flotte PONANT a trouvé son nom… Celui d’un médecin par tradition, explorateur par vocation et marin par passion : Jean-Baptiste Charcot est une figure emblématique des premières expéditions polaires françaises qui participaient autant de l’attraction d’endroits magiques pour l’homme, que de curiosité pour comprendre comment la planète fonctionnait. À l’image de l’explorateur, Le Commandant Charcot – premier brise-glace de croisière de luxe – écrira de nouvelles pages de l’histoire de la navigation en Arctique et en Antarctique. Il sera également dédié à la recherche scientifique.

Un bon signe pour le projet de construction d’un nouveau Pourquoi pas ?, conduit par l’association du Nouveau Pourquoi pas, projet à long terme que nous soutenons et accompagnons. A suivre.

– 6 septembre 2018 : réunion de travail avec Kaleid’Ouest :  Kaleid’Ouest, www.kaleidouest.com, membre et partenaire privilégié d’ETEM, voir nos rubriques précédentes, est une agence réceptive dédiée  à l’accueil de visiteurs nationaux ou étrangers. Pour ce faire, elle construit et propose des parcours touristiques culturels et patrimoniaux valorisant notamment notre territoire ETEM.

Au cours de notre rencontre, nous avons finalisé 5 propositions de parcours et d’éveil, dont vous aurez connaissance très prochainement. Il s’agit de parcours « coups de cœur » de notre territoire, que nous avons co-construits ensemble. Ces parcours touristiques, culturels et patrimoniaux seront proposés à tous les touristes désireux de les découvrir, plus particulièrement aux touristes chinois. Les démarches de prospection, engagées par Kaleid’Ouest .ont été très bien accueillies et font l’objet de discussion laissant espérer des visites très prochaines.

Par ailleurs nous sommes convenus de continuer de travailler avec les acteurs du projet « Traversée moderne d’un vieux pays »,  voir nos rubriques précédentes, dans un esprit d’élargissement à un territoire plus grand, le Grand Ouest, et notre souci de faire valoir, au sein de ce grand voyage, les atouts de notre pays, un territoire « entre terre et mer, des gens de caractère ».

Enfin nous envisageons deux actions originales en 2019 : – organiser, pour un premier groupe d’une vingtaine de nos adhérents, un voyage en Chine, à Xi’an, dans la province du Shaanxi, en partenariat avec l’Université des langues étrangères de Xi’an, et – proposer à l’association « Asiances », d’insérer une partie allégée de nos parcours « coup de cœur »    dans leur programme pédagogique de connaissance de l’histoire de la France. « Asiances », association avec laquelle nous avons des relations privilégiées, propose à la communauté chinoise, installée en France, un accompagnement  pour faciliter son intégration en France.

Beaucoup de perspectives donc pour Kaleid’Ouest et ETEM. A suivre.

– 1er septembre 2018 : Participation au Comice agricole et conchylicole de Cherrueix et du Vivier sur Mer : ,Très beau rassemblement des acteurs des deux filières, bien dans l’esprit de notre association « entre terre et mer ». Nous avons eu un premier échange très intéressant avec « AgroChanvre », installé à Barenton, en Manche. Son objectif : valoriser la culture du chanvre, notamment en direction de l‘éco-construction. Un premier contact qui en appelle d’autres à venir, dans la mesure où leur champ d’intervention se développe sur le Grand Ouest. C’est convenu avec nos interlocuteurs du jour particulièrement ouverts et passionnés. A suivre. ,

– 31 août : Le CathédralOscope, son fondateur, et la Cathédrale de Dol de Bretagne mis en valeur : Dans son numéro hors série de cette fin du mois d’août, la revue « Détours en France », traite d’un sujet qui nous intéresse tous : « Le Monde secret des Cathédrales ». Excellent numéro, très complet, très bien illustré, dont les deux premiers articles traitent de la Cathédrale de Dol de Bretagne et du CathédralOscope et de son dirigeant, Olivier Delépine, comme de « remarquables témoignages historiques et outils pédagogiques actuels » sur l’histoire de la construction des cathédrales. Nous sommes d’autant plus  fiers de la place qui leur est ainsi faite, dans cette revue d’exception, qu’ils sont pour nous un partenaire actif avec lequel nous souhaitons développer un parcours pour « vivre cet apprentissage » de cette phase très riche de notre histoire, celle du 10ème au 15ème siècle. A  acheter et à lire impérativement.

– 30 août 2018 : Rencontre avec Vincent Spatari autour de « Murs, murs, d’histoire »… Depuis quelques années, Vincent Spatari,  auteur de spectacles et metteur en scène bien connu, très proche du public, caresse l’idée de donner de la voix aux pierres de notre patrimoine architectural, historique et social de notre Territoire, le Pays de Rance-Emeraude, « Entre Terre et Mer, des gens de caractère ». Il s’agit de « Faire parler les pierres » Par la magie du théâtre ! Par la voix et le souffle des comédiens, chanteurs et musiciens donnant ainsi une « âme » à ces objets inanimés, comme le disait le poète. Notre propre connaissance intime du territoire aujourd’hui, depuis cinq ans que nous le « cultivons », les premières expériences vécues cet été par Vincent nous ont donné l’envie de nous rencontrer. Très concrètement, il s’agit d’imaginer un parcours reliant plusieurs lieux de patrimoine. Dans chacun de ceux-ci, un ou deux comédiens jouant le rôle de personnages ayant vécu dans ces murs, ces lieux, ayant connu des émotions singulières et surtout ayant envie de le partager avec un public.
Nous sommes convenus de nous revoir pour étudier les conditions pratiques de la mise en place d’un tel parcours/promenade de murs en murs à l’écoute des murmures d’histoire à destination de notre propre public et de nos visiteurs. A l’instar de ce que nous avons déjà imaginé avec nos amis du CathédralOscope, en travaillant sur un parcours/programme pour faire  » Vivre par l’apprentissage, l’expérience médiévale en baie du Mont Saint-Michel  » (voir notre information du 7 août).

Vincent pourra alors répondre à sa petite fille qui lui disait récemment : « des pierres qui parlent ? Mais ça « néxiste »pas !,  mais oui, ma chérie, ça « néxiste » ! Veux-tu que je te dise comment ? Les enfants sont souvent source d’inspiration pour les adultes que nous sommes. A suivre donc.

 

– 29 août 2018 : Dernière conférence de la saison pour l’Association Chapelle Saint-Buc : Le thème : « Les routes de la soie » était un thème qui nous intéressait au premier chef, compte-tenu de nos relations avec la Chine et de nos projets d’échanges culturels que nous portons, accompagnés par notre partenaire « Kaleid’Ouest » . Cette conférence donnée par Eric de la Maisonneuve fut, en tous points,  riche et intéressante. Il a su traiter du rêve chinois d’aujourd’hui porté par XI-Jinping, en le remettant en perspectives par rapport à l’histoire. Notamment en revenant aux voies terrestres d’autrefois qui avaient fait la puissance de la Chine jusqu’aux 15ème et 16ème siècles, avant l’ouverture des échanges maritimes initiés par la découverte des Amériques de Christophe Colomb en 1492. La prédominance actuelle du trafic maritime mondial est une menace pour la sécurité de la Chine, notamment en matière d’approvisionnement. La Chine a donc aujourd’hui un vaste projet, mobilisant de l’ordre de 1000 milliards de dollars. Il s’agit de créer plusieurs grandes infrastructures multimodales en direction de l’Orient, de l’Europe et de l’Afrique, pour développer des échanges commerciaux par voie terrestre, concurrençant ceux par voie maritime, dominés par le monde occidental, américain. Le conférencier nous a alerté sur cet enjeu, à juste titre, auquel malheureusement, l’Europe et la France, ne prêtent aucun intérêt, espérons que ce ne soit que momentané. Il faudrait pourtant dialoguer avec la Chine, c’est une nécessité. Son projet est structurant pour les échanges commerciaux, à l’échelle planétaire. Nous en sommes convaincus et nous sommes assez fiers de nous efforcer de créer et de maintenir des liens avec ce Pays, ce peuple, notamment, grâce à nos relations privilégiées avec Xi’an et la province du Shaanxi. La capitale et la province de l’ancien empire chinois étaient le point de départ des « routes de la soie » de l’époque ! La boucle est bouclée. Demain Xi’an doit redevenir la capitale de la Chine. C’est aussi un des projets de XI-Jinping. Nous entendons bien participer à cet enjeu en consolidant nos relations actuelles avec le concours de notre partenaire Kaléid’Ouest  en  finalisant des propositions de parcours pour les accueillir chez nous et réciproquement. La traduction en langue chinoise sur notre site, de nos rubriques « accueil » et  « présentation de notre Association », en est une preuve.

Belle conférence donc et très bon moment vécu. L’association Saint-Buc a clos ainsi sa saison de conférences avec succès. Bravo à son équipe.

Signaler par le conférencier et à lire absolument : « Les Routes de la Soie: L’histoire du cœur du monde » de  Peter Frankopan  publié aux éditions Nevicata, 17 oct. 2017 – 736 pages.   » D’Alexandre le Grand aux nouvelles Routes de la Soie, 2500 ans d’histoire comme vous ne l’avez jamais lue. Avec son « histoire du cœur du monde », Peter Frankopan renverse notre récit traditionnel, qui gravite autour de la Grèce antique, de Rome et de l’irrésistible ascension de l’Occident. Une approche réductrice, qui mérite une relecture urgente et approfondie. L’auteur élargit la perspective et tourne son regard vers « une région située à mi-chemin entre Orient et Occident, qui va des rives orientales de la Méditerranée jusqu’à la mer Noire et à l’Himalaya. C’est là qu’il place le curseur de sa lecture de l’histoire.

Salué par la presse internationale comme le « plus important livre d’histoire publié depuis des décennies », Les Routes de la Soie est un voyage grisant à travers les siècles, de l’Europe à la Chine, décentrant avec audace le regard du lecteur pour éclairer d’une lumière nouvelle notre compréhension du monde et de ses enjeux ».

–  Le 27 août 2018, rencontre avec Alain Roman,
Avec cet historien, bien connu de tous pour ses nombreux ouvrages sur notre histoire, celle des XVII et XVIII èmes siècles notamment, il s’est agi de mettre au point l’organisation d’une conférence sur Meslé du Grand-Clos Pierre Jacques. Celui-ci, est l’un de nos « Illustres » le plus caractéristique de l’esprit d’entreprendre des hommes de son époque (1728 – 1806). Ce personnage, qu’Alain Roman connaît bien pour avoir consacré beaucoup de recherche, sur sa vie, mérite d’être rappelé à la mémoire de nous tous, car il fut un grand armateur-navigateur-entrepreneur qui lui valut la reconnaissance du Roi, en étant anobli en avril 1768, en raison des services apportés au Royaume.
Cette conférence sera donnée, par Alain Roman, en mars-avril 2019, à une date à convenir avec la Société savante de Saint-Malo, la SHAASM, que nous souhaitons associer à cet évènement. A suivre donc ».

– 27 août 2018 : Maupertuis : Belle réactivité finlandaise à notre prise de contact : Typique du pragmatisme réactif anglo-saxon, nous avons reçu le retour suivant d‘Osmo : « An interesting network between Lapland and Bretagne is about to be born. I would like to get involved Dr. Korteniemi with whom I travelled to Saint-Jouan-des-Guérets. The Lappish partner will be the Maupertuis Foundation (click for info):  The Bretagne partner is the association « Entre terre et mer »  (click for info) Both associations seek to promote wellness, innovation and cultural exchange in their respective regions using the souvenir of Maupertuis as a figurehead. Please talk to each other. The ideas that you have explained to me also fit into the philosophy of the Aromtech company (click for info) where Dr. Korteniemi is a major share-holder. Dr. Korteniemi plays a special role in the story because his ancestors – eight generations ago – were the people who hosted Maupertuis during his stay in Lapland. As an engineer and an economic actor, he will be able to evaluate the projects that you have suggested. My role, more modestly, is that of a historian. See my book (click for info)

Il n’y a plus qu’à ! Comme on dit ! C’est ce que nous allons faire, de conserve avec la municipalité de Saint-Jouan. Dès à présent les échanges se poursuivront entre Osmo et Jean-Michel sur le projet scientifique qu’il porte et, de notre côté, nous allons initier les premiers contacts avec le Docteur Korteniemi, sa fondation sur Maupertuis et sa société Aromtech. A suivre donc. Enfin nous vous invitons à acheter le livre aux éditions Hermann, dont Osmo est le co-auteur : « Maupertuis en Laponie, à la recherche de la figure de la terre ».

– 23 août 2018 : Des Finlandais sur les traces de Maupertuis : La municipalité de Saint-Jouan des Guérets a reçu deux scientifiques finlandais, dont l’un, Veli-Markku Korteniemi est le représentant de la 8ème génération de la famille finlandaise qui a accueilli Maupertuis lors de son voyage en Laponie, à Pello (1736-1737). Une belle occasion de renouer avec la commémoration de Maupertuis, un de nos « illustres », dont nous ne parlons pas assez. Une belle opportunité aussi, au moment où nous allons accompagner l’annonce au SPACE (12 au 14 septembre) de l’invention sur la « filtration laser »,  (voir nos actualités précédentes), dont les principes ont trouvé leur inspiration dans la découverte et la définition du « principe de moindre action » posé par Maupertuis.  Depuis,  nous avons pu prendre contact avec Osmo Pekonen, autre finlandais présent, professeur à l’Université de Jyväskyylä, scientifique de renom, mathématicien et historien des sciences, coauteur du Livre :  » Maupertuis en Laponie, à la recherche de la figure de la terre ».  L’accueil qui nous a été réservé, a été très chaleureux. Nous sommes sûrs que des relations vont pouvoir se déployer entre Jean-Michel Beaudouin et lui-même, pour trouver les meilleures raisons et les plus pertinentes, pour donner du contenu et du sens à cette commémoration bien méritée que l’on doit à l’un de nos plus grands « Illustres ». Nous comptons aussi sur la municipalité de Saint-Jouan des Guérets pour participer à cette action.

– 18 août 2018 : Clap de fin de nos échanges sur place avec Jean-Michel sur la préparation de la présentation au SPACE de l’invention de « la machine à lumières », voir plus bas, rubrique le 8 août L’invention de Jean-Michel, aujourd’hui avérée, bénéficie de la reconnaissance et de l’appui de beaucoup de scientifiques du monde entier.
Cette étape le pousse  à reprendre le chemin de ses aînés, certains « illustres », qui ont fait la grandeur historique de notre territoire en participant activement à l’évolution des connaissances, notamment entre le 17ème et le 19ème siècle, jusqu’à Jean-Baptiste Charcot, lequel au début du 20ème à été l’aventurier des pôles, préfigurant ainsi le besoin de nous occuper de la Planète et de son devenir.

« Libéré », de ce poids de quinze années et plus d’une recherche continue et structurante pour entrer « positivement » dans l’économie de transition écologique, il a décidé de donner au territoire du grand Ouest, de la Bretagne et de notre territoire Rance-Emeraude, la primauté de sa mise en œuvre et de sa communication en s’adressant « aux siens ». Comme autrefois, quand nos aînés revenaient avec leurs découvertes !!!

Il est prévu que cela se fasse en deux étapes, c’est ce que nous avons imaginé et que nous préparons maintenant  :
– 1 – La dimension scientifique de cette « innovation de rupture » et sa mise en œuvre concrète avec une application sur la filière avicole, aujourd’hui sinistrée et menacée, seront présentées au SPACE, du 12 septembre au 14 septembre,
– 2 – La dimension historique et sociétale de cette invention sur notre territoire qui sera valorisée par la création envisagée d’un « centre d’interprétation, de démonstration, de pédagogie et d’éveil de tous, à l’enjeu et la possibilité de pouvoir traiter « vertueusement » nos relations avec la planète. Cette dimension fera l’objet d’une communication spécifique sur le pays de Rance-Emeraude, ce territoire « Entre Terre et Mer, des gens de caractère », après le SPACE. Ce, lors d’une réunion publique sur laquelle Jean-Michel travaille et qu’il projette de faire. Il sera accompagné par l’association ETEM. Celle-ci accompagne déjà un ensemble de démarches ou projets qui s’inscrivent  dans cette trajectoire, tous membres d’ETEM. Il s’agît, par exemple, de Gaïago, Novafloor, VivaTerr, Rance Vitivinicole, B612, Eegle… tous des acteurs de l’économie circulaire, une approche incontournable pour entrer dans l’économie de transition écologique.

Cette « innovation de rupture » ne sera pas  neutre sur nos comportements et la vision  que nous devrions et devrons avoir demain  pour notre territoire : Un territoire avec plus de sens et de conscience des enjeux, plus de valeurs créées et partagées, plus de qualité  et de solidarité, plus de positivité et d’ouverture dans la manière de conduire le développement de notre territoire. Un beau challenge, une belle destination, pour nous « gens de caractère » !

Le 16 août 2018 : réunion de travail avec Eegle : Créée par Laurent Le Breton, cette société, membre d’ETEM, a pour objectif de proposer sur le marché, un service bien spécifique et à haute valeur ajoutée.
Il consiste, à partir d’une plateforme informatique propre, à optimiser la collecte et le traitements de données « ressources » d’origines diverses, nombreuses, en les mutualisant, pour servir un projet, consolider une intention, donner à construire du sens et de la visibilité aux objectifs poursuivis. Ce, dans le cadre de l’économie de transition écologique, dans laquelle les dirigeants de la société se sont volontairement inscrits et en ont fait leur « marché-cible ». Une trajectoire que nous partageons avec d’autres partenaires, membres d’ETEM, comme Gaïago, Novafloor, VivaTerr, Rance Vitivinicole, B612… tous des acteurs de l’économie circulaire.
Partenaire d’ETEM, nous avons ébauché trois pistes de travail entre nous : – dans un premier temps, pouvoir nous doter d’un outil de collecte des informations qui alimentent quasi quotidiennement notre site et nos actions, – ensuite participer à l’émergence du projet de territoire Rance-Emeraude en facilitateur de collecte et de gestion des données et enfin – intervention sur le site pour le rendre pro-actif à partir des informations éditées.
Par ailleurs ETEM joue son rôle d’ingénierie d’accompagnement de la société Eegle dans son déploiement, notamment vers des marchés où les acteurs sont en manque de moyens de collecte pertinents pour avancer dans leur période de transition, par exemple la nouvelle approche des cultures ou de l’élevage. Eegle participera à la réunion du 14 septembre sur le thème des perspectives d’une approche nouvelle des modes culturaux.

–  le 8 Août 2018 : Rencontre de travail autour  du projet de la « machine à lumière des étoiles » voir notre lettre n°9, rubrique : « Notre coup de cœur : un nouveau projet ».

Pour la première fois plusieurs acteurs de la filière avicole étaient réunis autour de l’inventeur à Saint Coulomb qui a présenté son invention, complétée par une démonstration pratique à partir d’un ban d’essai, sous la forme d’une machine expérimentale. Toutes les personnes présentes (12) représentants de la science, des acteurs importants de la filière du grand Ouest, dont industriels et vétérinaires, ont pu constater la pertinence et l’efficience de cette invention.

Ce projet est une véritable innovation de rupture, dont l’une des  premières applications concernera les bâtiments d’élevage organisés. Elle sera présentée en « première mondiale » au prochain SPACE qui se tient à Rennes du 12 au 14 septembre, par la société Farmtech, le leader suisse de l’élevage, et son inventeur. Nous sommes convenus d’un plan de bataille pour réussir la communication au SPACE avec la volonté partagée d’y associer les acteurs concernés, notamment ceux réunis, ce jour, autour de la table. Dès à présent, il a été convenu de traduire en français le livret, disponible en anglais, que l’équipe de communication qui accompagne l’inventeur a produit pour « expliquer », « donner à croire » en cette invention de rupture : « The stars of the little Prince ». Ce petit livre, qui a été donné à chacun des présents, est une véritable allégorie « a true story telling about Positive Planet », nous permettant de retrouver le « Petit Prince » dans son souci de nous aider à sauver la Planète ! Pour en savoir plus, aller aussi sur le site : www.inluxinlight.ch. A suivre donc.

–  7 août 2018 : Réunion à Avranches sur le projet associant Le Mont-Saint Michel, le Scriptorial, l’association Cathédrale  de Dol et CathédralOscope et ETEM. Ce premier échange entre les différentes parties concernées, réunies grâce à l’intermédiation efficiente du directeur de l’Office de tourisme d’Avranches a été très riche et agréable.    « Cette réunion constructive et ouverte avec les bonnes personnes » pour reprendre les propos du directeur du CathédralOscOpe, « nous a permis de bien noter les envies communes et aussi les contraintes ». Il s’agît de proposer aux visiteurs un véritable apprentissage à travers un parcours, un « cheminement », pour vivre, revivre « l’esprit du temps et le temps de l’époque » (9ème – 15ème siècles), période de notre histoire sous valorisée aujourd’hui. « Nous allons dès à présent bâtir une première rédaction pour poursuivre ce travail trans-Couesnon ». Passionnant à construire. A suivre donc. ETEM y apportera ses compétences et ses connaissances.

–  5 Août 2018 : Montmarin au XVIIIème : Benjamin Dubois s’est considérablement enrichi en participant notamment à la course pendant la guerre d’Indépendance américaine (1778-1783).  A la tête d’un important patrimoine foncier dont le château de Montmarin sur la rive gauche de la Rance qu’il a acquis en 1782, il y aménage un port privé et y arme, répare, construit de nombreux navires pour son propre compte, mais aussi pour ses homologues armateurs ainsi que pour le Roi. Son influence économique sur la région est telle qu’il fut anobli par Louis XVI en 1788.

C’est en mémoire de cet « illustre » personnage que la famille actuelle, la famille de Ferrand, propriétaire depuis cinq générations, a organisé ce week-end, les 4 et 5 août de 10h à 19h une animation exceptionnelle en qualité et en authenticité : la reconstitution de la vie quotidienne d’un bivouac au XVIIIe siècle en invitant le Groupe Lafayette et le Corps Royal d’Infanterie de la Marine. Habillés de leurs plus beaux costumes d’époque afin de représenter les troupes présentes durant la guerre d’indépendance des Etats-Unis (américains, français et britanniques) ils nous ont permis de découvrir (ou redécouvrir) les mœurs d’antan durant deux jours. Les femmes animaient  la vie au campement, tandis que les hommes nous présentaient le drill. Ces exercices militaires d’autrefois incluant entre autres, tirs de mousquets, salves d’honneur, parades, patrouilles et escarmouches. (voir ci-après quelques photos d’ambiance). Cette animation authentique était accompagnée de conférences sur l’expédition de Bougainville dans le Pacifique. Le navigateur était en effet un ami de Dubois de Montmarin. Le programme des deux journées était complété par deux visites guidées des jardins par jour, assurées par Thibault de Ferrand.
Enfin un service de restauration était assuré par la Petite Cantine, restaurant de Pleurtuit, permettant aux visiteurs de profiter au maximum du côté toujours enchanteur des lieux. Une très belle initiative à renouveler très certainement, qu’ETEM a l’intention d’accompagner. Bravo à la famille de Ferrand et un grand merci pour ce retour mémoriel qu’elle nous a proposé autour d’une belle page historique authentique qui a marqué l’histoire de notre territoire. A suivre pour 2019 donc.

–  Noté pour vous à Dinan : visite originale de la tour ducale du château de Dinan, véritable forteresse datant du XIVème siècle. Chaque mardi et jeudi à 21 heures, jusqu’au 16 Août, il vous est proposé d’entrer dans la vie intime du château médiéval avec son histoire authentique  et ses légendes, lors d’une visite nocturne scénarisée et animée par les artistes de la compagnie Cow Prod. A faire absolument, pour petits et grands

– 1 Août 2018 : Escale du EL Galeon Andalucia à Saint-Malo : le navire El Galeon Andalousia, fidèle réplique  des bateaux espagnols du XVI siècle, est à Saint-Malo jusqu’au 7 août. C’est avec ce type de bateaux que les espagnols ont ouvert et établi les routes maritimes vers les Amériques et les îles Philippines. Véritable musée vivant puisque naviguant de par le monde, lancé en 2009, son entrée hier à Saint-Malo a été très remarquée. Elle nous a rappelé l’escale que le « Shtandart (Штандарт) » fit à Saint Malo du 4 au 6 novembre 2017, frégate construite à l’identique du premier navire de guerre de la flotte Baltique édifié en 1703 d’après les plans de Pierre 1er (voir la rubrique de notre site « Un nouveau Pourquoi pas«  dans « Entreprenons ensemble ») 

Le galion se visite, notamment la cabine du capitaine et une exposition sur les galions espagnols des XVème et XVIème siècles, chaque jour jusqu’au 7 août, de 10 h à 20 h. Cette visite est comme un nouveau clin d’œil encourageant pour le projet de construction d’un Nouveau Pourquoi pas ? à Saint-Malo. Bienvenido al El Galeon Andaloucia.

–  26 juillet 2018 : Participation à l’Assemblée générale de l’Association Chapelle Saint-Buc : Cette association, qui comprend une centaine de membres aujourd’hui, dont ETEM, a pour objectif de valoriser la Chapelle Saint-Buc au Minihic sur Rance, en proposant chaque été un programme d’animation culturel accueilli en son sein. C’est un programme très éclectique et de qualité : expositions permanentes, les mercredis de Saint-Buc où sont donnés conférences et concerts et une sortie patrimoine proposée aux membres sur réservation. 2018 est un grand cru. Nous vous invitons à aller sur le site de l’Association, www.chapellesaintbuc.fr, pour profiter de la programmation des mois d’Août et Septembre. Cette année l’association fête son trentième anniversaire. Une durée de vie qui montre qu’elle a trouvé toute sa légitimité parmi toutes les associations qui sont présentes tout le long de la Rance. Bravo aux équipes dirigeantes qui se sont succédées.

–  18 juillet 2018 : Participation à l’excellente conférence donnée par Marc Bonnel à la Chapelle Saint-Buc sur ‘L’influence d’Avicenne (980-1037) et de la renaissance islamique dans le monde occidental, du XIème siècle à nos jours » : Avicenne, longtemps considéré comme un des pères de la médecine avec Hippocrate, est aujourd’hui plus connu par ses apports philosophiques. Il fut le premier théologien à tenter de concilier la raison grecque et la révélation coranique, les apports de la philosophie hellénistique et la théologie musulmane. Multidisciplinaire dans son  approche et son savoir, comme la plupart de ses collègues de l’époque de la renaissance samanide, Avicenne a nourri la réflexion et les œuvres de nombreux penseurs de son siècle et après. Par exemple, St Thomas d’Aquin sera directement influencé par la pensée d’Avicenne. On doit dire aussi que cette influence de « l’augustinisme avicennisant », comme le dit le philosophe français Etienne Gilson, trouvait matière à se nourrir grâce une collaboration fructueuse entre le pouvoir samanide, féru du développement des savoirs et des connaissances dans un contexte pluriculturel largement encouragé par le mécénat public et privé.  Cette conférence nous a permis de mieux  connaître un auteur qui a marqué l’évolution du champ culturel médiéval qui s’est développé des deux côtés de la méditerranée et au cœur de l’Asie centrale, durant presque cinq siècles. Son œuvre a influencé nos propres penseurs, ne serait-ce que par les échanges induits par les différentes croisades engagées au nom du christianisme ! Sur ce sujet il y a certainement plus à découvrir. Dans tous les cas le conférencier nous en a donné l’envie, surtout en cette période où nous sommes face à un conflit interreligieux pesant et en complète contradiction avec ce que Avicenne a prôné et développé.

– 16 juillet 2018 : participation à l’Assemblée Générale de la SHAAM à l’IUT de Saint-Malo : Placée sous la présidence d’honneur de Monsieur Christophe Marion, Délégué général du CTHS, les 120 personnes étaient présentes à cette Assemblée générale, qui s’est bien déroulée. Elle a été suivie de deux interventions, celle de monsieur Marion lui -même et de Marc Jean, directeur des Archives municipales de Saint-Malo, sur le thème : conservation et mises en valeur des documents historiques, avec « l’exhibition de quatre documents exceptionnels » conservés par ce même service. Un sujet qui nous concerne et rejoint notre volonté de valoriser notre patrimoine, l’objectif de notre association ETEM à travers les différentes actions qu’elle accompagne ou mène.

–  8 juillet 2018 : Participation à la fête de la Pilotine, une « association amie », à la Ville Ger à Pleudihen : La fête de la Pilotine 2018 fut une réussite, tant sur le plan de l’amitié, toujours présente, que sur le plan de l’afflux d’environ 300 personnes. La nouvelle  formule Moules Frites a fait un tabac, tout le stock y est passé. Cela a facilité le partage des uns et des autres autour du bar, la tombola, la démonstration de la pose du pont, les chants des boucaniers, les performances musicales des filles Gaboriau (sans oublier Agnès Ollo) et celles de Richard, l’atelier pour les p’tits gabiers, la boutique, l’exposition de maquettes de Patrick, bref un cocktail d’activités « explosif » !

Le président Eric Feunteun que nous reprenons volontiers ci-après, très heureux de ce succès a remercié tout le monde :  » MERCI, à tous ceux qui ont contribué à ce que la fête soit une réussite: maitres frites et saucisses, taverniers, vendeurs de tickets dans le camion Roulotte, maitres écaillers, électriciens, maitres plongeurs, petites mains et autres contributeurs ; MERCI aux boucaniers qui se sont mobilisés pour être présents en formation réduite ; MERCI, à Delphine de la Bordée des Singes qui nous a conseillés pour la communication, MERCI à tous les généreux donateurs qui nous ont aidés avec les lots de la tombola ; MERCI à tous les visiteurs qui montrent que La Pilotine est un projet patrimonial qui suscite l’intérêt et la sympathie des habitants de la vallée de la Rance et au delà.
Nous avons beaucoup appris cette année avec la nouvelle formule, cela nous permettra de progresser pour que l’édition 2019 soit encore plus réussie. Cela renforce notre motivation (et notre budget) pour poursuivre la restauration de la Pilotine ».

– 3 juillet 2018 : Participation au Conseil stratégique de Gaïago, notre partenaire : Point encourageant pour l’activité de l’entreprise et son développement, notamment à l’étranger. Sa gamme de produits retient de plus en plus l’attention des agriculteurs, lesquels sont concernés par la mise en œuvre de nouvelles pratiques culturales, attendues par ailleurs par le consommateur. Les belles perspectives que nous entrevoyions depuis le début pour Gaïago, sont donc confirmées. Bravo à l’équipe.

– 28 juin 2018 : Participation à l’Assemblée Générale du CEPR :  Plus de 120 personnes présentes pour approuver dans une belle unanimité les trois rapports traditionnels présentés à cette occasion. Ce fut aussi l’occasion de se féliciter du succès rencontré par RévelStage et l’opération « Booster l’emploi et de souhaiter bonne route au nouveau Président qui sera élu par les administrateurs, tous reconduits dans leur mandat. De bonne augure pour poursuivre nos travaux menés en commun avec les Ateliers du territoire, ETEM et le CEPR, notamment sur le projet Emeraude, voir précédemment.

– 28 juin 2018 : Réunion de débriefing, à Collinée sur les Rencontres internationales dans le Mené des 14 et 15 juin : Chacun des membres présents a convenu que ces rencontres ont rencontré un véritable succès tant sur le plan de la convivialité que sur l’ouverture aux champs des possibles proposés par nos invités des quatre continents. Reste à savoir quelle suite donnée à cette première expérience réalisée au cœur de notre territoire et valorisant trente ans de démarche au sein du Pays de Mené. Cela passe par un minima d’éléments de caractérisation de ce que nous appelons « Economie humaine ». Une première approche nous a été proposée par l’équipe du Réseau international pour une économie humaine, (RIEH), à laquelle nous avons apporté nos propres commentaires et compléments. Nous vous invitons à en prendre connaissance en allant à la rubrique « Illustres », « Révérend Père Lebret ».

Il est prévu, à suivre, un certain nombre d’actions sur lesquelles nous reviendrons le moment venu. La pertinence d’un lien entre nos deus territoires : Pays de Mené et Pays de Rance-Emeraude a d’autant plus de sens que la Rance est  notre cordon ombilical. Nos relations avec le RIEH, voire plus haut, nous permettent, avec son appui, d’envisager de mettre en place de nouvelles actions, bien dans l’esprit qui nous anime depuis le début : insuffler sur notre territoire des éléments de cette « économie humaine » que nous souhaitons construire sur notre territoire.  A suivre donc

– 27 juin 2018 : Rencontre au CathédralOscope à Dol : Nous étions une vingtaine au rendez-vous que nous avait proposé Olivier Delépine, le co-fondateur du CathédralOscope. La journée a commencé par une visite commentée de la Cathédrale de Dol, notamment ses points architecturaux caractéristiques et significatifs de l’évolution  des principes de construction des édifices au fil de temps, entre le 10ème et le 16ème siècles. Ensuite nous visitâmes le CathédralOscope au rythme des commentaires et des explications d’Olivier (voir lettre d’information n°9). Moments merveilleux de découverte d’un lieu particulièrement riche en enseignement sur les bâtisseurs des cathédrales. Après un déjeuner au cours duquel chacun a pu partager ses premières émotions, nous avons tenu une réunion de debriefing en deux temps : un premier avec un retour sur la matinée, nos ressentis, les voies d’amélioration possibles et un deuxième au cours duquel nous avons partagé  quelques pistes ou perspectives de développement possible.

Cette journée a marqué tous les participants par sa qualité et la richesse des échanges autour d’un lieu majeur de la connaissance de la construction des cathédrales en France, voir en Europe, beaucoup trop méconnu. Un axe de développement pertinent s’est affirmé au cours de cette journée : associer la visite du CathédralOscope, à celle du Scripturial d’Avranches et de la Merveille du Mont Saint-Michel.

Au niveau d’ETEM, tout en continuant d’accompagné Olivier et son équipe dans ses réflexions et ses projets, nous avons décidé de mettre au point et de proposer, dès à présent,  la promotion d’un itinéraire nouveau pour nos visiteurs : Visite  initiatique au CathédralOscope, le matin, comme centre d’Interprétation de la construction des cathédrales et des métiers de bâtisseurs, puis visite en après-midi au Scripturial d’Avranches, pour terminer par la visite nocturne de la Merveille du Mont Saint-Michel. Nous l’avons déjà proposé à des visiteurs chinois annoncés pour le mois d’août.

– 23 juin 2018 : Réunion du bureau de l’Association : Tour d’horizon des questions en cours, dont la traduction du site en langue espagnole, la définition d’une « signature » pour la communication de l’Association et la programmation des actions à conduit=re durant l’été.

– 22 juin 2018 : Nouvelle réunion de travail sur le projet « Filtration laser », porté par la société B612, partenaire d’ETEM. Il s’est agît surtout d’organiser la recevabilité de l’invention dans les milieux professionnels et institutionnels concernés et de dégager les pistes de promotion de l’équipement proposé auprès des premiers acteurs concernés, à savoir les éleveurs de la filière avicole. ETEM dispose pour cela de plusieurs moyens de sensibilisation qui vont être mis en oeuvre d’ici le SPACE.

– 21 juin 2018 : Océans 2, la voix des Invisibles ! Un film, produit par Portfolio Production, porté par Mathilde Jounot, productrice et réalisatrice bien connue des malouins et reconnue plusieurs fois dans les milieux professionnels du film documentaire. Comme dans ses précédents films elle fait appel au financement participatif. A J+10 de l’appel aux fonds, la barre des 45% a été atteinte ! Un beau succès qu’il faut consolider.
Bravo donc aux premiers coproducteurs d’Océans 2, la voix des invisibles ! Le film a besoin de votre soutien et de celui de vos amis. Toutes les contributions sont les bienvenues. Elles permettront de financer le film et de montrer la force d’un réseau à travers le monde au service des océans et de leur futur. Devenez mécène et bénéficiez d’un reçu fiscal qui vous permet de défiscaliser 66% de votre don pour les particuliers et 60% pour les entreprises.  A découvrir sur : https://www.proarti.fr/collect/project/oceans-2-la-voix-des-invisibles/1  A suivre.

– 20 juin 2018 : Réunion de travail avec Kaléïd’Ouest, notre partenaire pour finaliser une offre de parcours, globale et mobile tout à la fois à destination des clients québécois, chinois, voir français. Nous disposons maintenant de deux offres de parcours possibles : « Traversée moderne d’un vieux pays »  de Nantes au Mont-Saint-Michel et Séjour authentique de 17 jours du Val de Loire au Mont-Saint-Michel« , dans lesquels le territoire « Entre terre et mer » a toute sa place. Plus de détails plus tard.

– 19 juin 2018 : Après les premiers moines aux Vème siècle et suivants, voilà du courant venu d’Irlande pour la Bretagne : Le projet « Celtic Interconnector », va créer une liaison électrique entre la France et l’Irlande. Le Vot Sweet mène actuellement les campagnes géophysiques préalables à la pose d’un câble long de 580 kms, dont 500 kms sous-marins, partant des environs de Landerneau en France pour arriver aux alentours de Cork en Irlande. Ce nouvel équipement, d’un coût de 900 millions d’euros, financé par l’Union européenne, « permettra de mutualiser les moyens de production à l’échelle européenne et de contribuer ponctuellement aux besoins de la Bretagne, grâce à d’éventuels apports de courant depuis l’Irlande » !  Commentaire :Juste retour de l’histoire qui nous renvoie « à la lumière » que les moines irlandais nous avaient déjà apportée en son temps !! Mise en service prévue en 2026. (source : Ouest-France)

– 19 juin 2018 : Réunion de travail avec le CDC  (Banque des territoires) sur le projet « Vivons ensemble » : Cette réunion a permis de bâtir deux scénarii financiers dont un est particulièrement pertinent et permet d’aller vers les partenaires potentiels avec une crédibilité certaine. Réunion qui permet de faire un pas de plus encourageant pour continuer d’avancer et aller vers un dépôt de permis de construire en fin d’année.

– 18 juin 2018 : Nouveau projet : Présentation de l’innovation « Filtration laser », portée par la société B612 à Saint-Brieuc les Iffs en 35 : Ce projet est une véritable innovation de rupture dont la première application concernera les bâtiments d’élevage en agriculture, principalement ceux avicoles. Il sera présenté au prochain SPACE qui se tient à Rennes du 12 &u 14 septembre prochain. Ce projet sera présenté par la société FARMTEC, laquelle a candidaté pour être parmi les prochains lauréats d’ Inno’Space désignés chaque année à l’occasion de ce salon international.

Il s’agit d’un Système de dépollution en recyclage de l’ensemble du volume d’air intérieur par filtration laser et ventilation par impulsion. Ce projet sera  présenté en avant première mondiale avec le soutien de FARMTEC, le leader suisse de l’élevage et des institutions scientifiques concernées.

Rennes a été choisie pour des raisons personnelles au Fondateur de B612 et inventeur de la technologie. Malouin d’origine, après avoir comme autrefois ses ainés, explorateurs et scientifiques, de Maupertuis par exemple, est allé chercher la connaissance là où elle était et revenir au pays pour y apporter cette « richesse » nouvelle. En présentant à Rennes cette innovation de rupture, il souhaite privilégier l’économie et les acteurs de ce territoire « Entre terre et mer » dont sa famille est issue et auquel il est très attaché. Quinze années de recherche et développement seront ainsi consacrées, du moins nous en formulons le souhait, d’autant plus qu’il s’agît d’un de nos partenaires privilégiés que nous accompagnons en toute discrétion depuis bientôt quatre ans.

14 et 15 juin 2018 : Participation à la Rencontre internationale dans Le Mené,sur le thème : « Du souffle pour nos territoires, sur quatre continents, des territoires en chemin vers l’économie humaine, « ,  au Val de Landrouët- Saint-Guoëno, :  organisée par le RIEH (Réseau International pour une Economie Humaine) et le Pays du Mené (22). Commentaires à venir

– 12 juin : Participation à la journée « Planète Positive » près de Carhais. Organisée par la Coopérative Triskalia, qui fait partie de notre réseau, il s’agissait d’exposer toutes les actions engagées par les agriculteurs de la Coopérative, dans la production d’un agriculture raisonnée et respectueuse des ressources de la planète. Plus de 1500 personnes, dont beaucoup de lycéens, sont passés par là et ont fait le parcours des initiatives, méthodes et pratiques nouvelles présentées et commentées par les agriculteurs eux mêmes. Belle journée de sensibilisation réussie.

EVT : Evénements Voiles et Traditions

9/10 juin 2018 : Participation au 10ème anniversaire d’EVT (Evènements, voiles, traditions) à Meillac, en Bretagne romantique.  Notre participation a été de deux ordres : le 9, accompagnement du groupe réuni par EVT lors d’une traversée de la Rance de Saint-Malo à Dinan. Plus d’une centaine de personnes, initiateurs, organisateurs, d’évènements autour du patrimoine fluvial et maritime, collègues, fournisseurs ou partenaires ont répondu à l’invitation d’EVT. Ils venaient de Nice à Dunkerque et d’autres villes en France, des côtes ou des fleuves ou rivières, et ne connaissaient pas la Rance la « merveilleuse ». Ce fut pour nous une excellente occasion de tester notre vision du territoire en expliquant, le long du trajet, l’histoire de ce territoire « entre terre et mer, des gens de caractère. Excellent moment partagé, très bien apprécié par nos visiteurs.

Le lendemain, le 10, était ouvert au public, aux habitants de Meillac, associés à l’organisation de la fête. Le temps a été plutôt favorable et a permis à ceux présents de profiter de toutes les attractions proposées par EVT, dont des voyages sur l’étang à bord d’embarcations typiques ou sur des mâts installés (« l’acrovoile ») afin que chacun découvre le « travail » sur les voiliers, qui a valu à la Rance le nom de la vallée des singes (ceux qui montaient dans les mâts).Une belle illustration concrète de ce qu’est ce territoire « entre terre et mer » : l’image ci-joint en atteste.

Quelques mots sur EVT, adhérent d’ETEM : c’est une société dont le siège est à Douarnenez et les bureaux et atelier à Meillac, en Bretagne Romantique. Elle emploie 5 personnes en CDI, dont les deux gérants, Nadège et Jeff (mobilisé sur le projet du Pourquoi pas ?), et autant d’intermittents du spectacle que nécessaire, lorsqu’ils organisent des évènements. La société est spécialisée dans l’organisation de festivals, l’entretien de vieux gréements et la fourniture de pontons amovibles qui peuvent être utilisés à l’occasion de fêtes nautiques ou autres évènements, comme les départs de course.

– 7 juin 2018 : Participation à la réunion de la commission Territoire Emeraude du CEPR à Taden :  Réunion constructive. Le Projet « Emeraude 2 » est enfin lancé ! Il nous faut le construire ! Pour continuer de nourrir nos échanges, nous avons communiqué le compte-rendu de la conférence que nous avons organisée avec Yves Morvan le 28 mai courant, qui a traité d’un thème qui introduisait notre réflexion sur le territoire : « Mutations contemporaines et développement local: Un enjeu pour Entre Terre et Mer ». Document imparfait mais intéressant pour poser des éléments de stratégie. De même nous avons renvoyé chacun sur le slide traitant du projet Emeraude, inclus dans notre PP qui a servi de fil conducteur à notre A.G. qui s’est tenue le 14 avril dernier. Ce slide, résultat d’un travail de 5 années, avait été présenté à tous les membres d’ETEM qui ont accepté, à l’unanimité, d’alimenter cette démarche de territoire. Il leur a donc été communiquée « officiellement », comme un « apport en industrie » d’ETEM, à la démarche que nous voulons conduire ensemble. Elle a pour seul  mérite d’exister avec une identification importante mais sûrement non exhaustive des acteurs potentiels à mobiliser. Tous ont été « sensibilisés » sur la démarche et son intérêt. Il restera à compléter cette liste selon les connaissances de chacun et pour l’intérêt de la démarche. Il suffira donc ensuite de les relancer ou de les inviter, dès qu’aura été fixé les modalités de la rencontre de sensibilisation, que nous avons prévue tenir deuxième quinzaine d’Octobre.
Parmi ceux-là, certains portent des projets concrets, dont certains à partir d’innovations de rupture, sont susceptibles de mobiliser beaucoup d’entre nous. Cela sera apporté au panier d’Emeraude 2 et pourra servir de base pour lancer la démarche.

Enfin, la présence parmi nous de Nicolas Bessec, suite à notre suggestion, il y a trois mois au moins, est structurante, pour construire notre projet Emeraude 2, par « l’ agilité de sa démarche », le public jeune qu’elle mobilise et les ouvertures qu’elle offre à tous ceux qui voudraient construire des projets concrets sur notre territoire de demain.
« Les Ateliers du Territoire »,  bien identifiés déjà sur le slide, qu’il anime avec deux autres jeunes, ne seraient-ils pas représentatifs de la manière dont nous voulons avancer ? Pourquoi ne pas l’ utiliser, sous réserves de leur accord, comme premier véhicule de communication de notre communauté d’acteurs en mouvement sur l’ensemble du territoire ? Cela pourrait devenir « Les Ateliers du Territoire Emeraude  » ? A voir ! Les propos de Jean-Yves Claudel, présent à la réunion ont été suffisamment clairs,  pour que nous nous mettions en marche avec enthousiasme. ETEM sera donc partenaire et est, dès à présent, aux cotés et au service de la future gouvernance du projet.

– 6 juin 2018 : Poursuite de nos travaux sur le développement du CathédralOscope :  Pour cheminer pertinemment et sensibiliser les personnes intéressées, l’idée est de proposer une « Rencontre autour du CathédralOscope en posant la question suivante : le CathédralOscope plus qu’un Centre d’Interprétation ?  » Elle se déroulerait le 27 juin 2018 au CathédralOscope de 9 H 30 à 16 h 00.
Un programme dense attendra les participants à cette journée : visites commentées de la Cathédrale, du CathédralOscope, déjeuner ensemble, suivi d’un partage d’idées entre les présents, en deux temps, le premier sur l’appréciation de la situation actuelle  du CathédralOscope et le deuxième sur les perspectives qu’imaginent les promoteurs de ce lieu unique et ses relations avec l’environnement
Prix : 20 € , tout compris par personne. Places limitées (30 personnes maximum). Réservation obligatoire accompagnée du règlement ». A suivre pour confirmation et lancement des inscriptions.

– 4 juin 2018 : Réunion de travail sur le projet Rance vitivinicole :  Cette réunion de travail a permis de présenter le projet aux services de la Région pour étudier l’éligibilité de la démarche aux procédures d’accompagnement de celle-ci aux projets innovants. Notre interlocuteur, bienveillant et à l’écoute, s’est engagé auprès de Laura Lepers, porteur du projet de l’accompagner au mieux dans la définition de son projet pour lui faciliter l’accès aux procédures d’aides à l’innovation. Très bonne réunion, dont le suivi est à la hauteur des attentes de Laura.

4, rue Groult de Saint-Georges [/ caption]

– 4 juin 2018 : Ouverture du « Flying Picnic » :  Situé au 4 Groult de Saint-Georges à Saint-Malo,, Sandrine Meunier propose un service nouveau, original par l’idée et pertinent par sa localisation. Il s’agît en effet de proposer aux personnes âgées isolées  habitant dans Intra Muros ou personnes y travaillant, ou bien encore de passage à Saint-Malo, le repas qu’il faut à emporter, composé et préparé par ses soins avec talent à partir de produits du te

Accueil du pique-nique volant [/ caption]

rroir. Une vraie petite fée du logis ! Un bon moment de plaisir à prendre, à n’en pas douter.

Pour la plage, la Maison du Québec, le jardin de la Cathédrale. Ce lien de proximité, elle l’a voulu pour rendre service et nouer aussi  de belles rencontres avec des personnes inaccessibles autrement. C’est aussi, par la pertinence de sa localisation, une occasion donnée aux visiteurs de passage de profiter au maximum de la beauté des lieux comme celui de la plage du Grand Bé, toute proche par exemple (voir le petit dessin). Le succès est déjà au rendez-vous puisqu’elle a enregistré des commandes de repas « picnic » pour des groupes de randonneurs ou de séminaires organisés à proximité. Certains établissements l’ont référencée comme un service à proposer à leur clientèle afin d’optimiser leur propre journée.

L’Association ETEM, dont le siège social est à la même adresse, est heureuse d’accompagner cette initiative accueillie avec enthousiasme par le propriétaire des  lieux, par ailleurs Vice Président d’ETEM. La boucle est bouclée et nous permet de faire revivre un lieu autrefois très apprécié par les malouins. N’hésitez pas à aller lui rendre visite et profitez de ses services et de son accueil chaleureux. Heures d’ouverture : 11 heures 45/14 heures et 17 heures/18 heures 30 – 07 6848 3104.

Tour Solidor [/ caption]

– 3 juin 2018 : Participation à la découverte proposée par le Ce.R.A.A. de « La Cité d’Alet de l’époque gauloise au Moyen-Age : La guide du Ce.R.A.A.( Centre d’Etudes Régional d’Archéologie d’Alet) nous a conduit avec beaucoup de talent et de disponibilité parmi les ruines cachées de la cité d’Alet, la première cité qui eut sa renommée entre le 1er siècle avant J.C. et la fin du XIIIème siècle après J.C. et fut le berceau antique de la ville actuelle. Site, bien connu aujourd’hui par la présence de la tour Solidor (voir photo) et le plateau où se trouvent les restes de la dernière cathédrale d’Alet.

Etonnant, que tout ce qu’on nous en a dit et montré en un peu plus d’une heure, ne fasse pas l’objet d’une meilleure promotion aujourd’hui. Pourtant que de témoignages intéressants de cette période, y compris des équipements particulièrement originaux. Nous avons donc décidé d’aller plus loin dans la connaissance de ces lieux, découverts et mis en valeur par le professeur Loïc Langouët, archéologue bien connu, disparu il y a peu.

A suivre donc et un merci très chaleureux à notre guide avec laquelle nous sommes convenus de nous retrouver pour partager avec vous tous cette découverte. ETEM ne peut imaginer ne pas jouer son rôle dans la valorisation de ce patrimoine

Malouinière du Bos [/ caption]

– 26 mai 2018 : Participation à la 26ème « Journée des Malouinières », organisée par l’Association des descendants des capitaines Corsaires : Invités par des amis, nous avons pu bénéficier de cette approche intimiste et riche en enseignements,  de cinq « maisons des champs » situées principalement à Saint-Jouan des Guérets. Tour à tour nous avons découvert ou redécouvert l’histoire et la typicité architecturale des lieux, maisons et jardins ou parcs associés : de La Plussinais, construite sur un terrain très humide au point que « la pluie s’y noie », d’où son nom, de la Baronnie, magnifiquement restaurée, devenue un lieu d’accueil résidentiel remarquable où Surcouf et les siens veillent sur les invités, les Jardins de la Malouinière du Bos, dont la magnificence n’a d’égal que la merveille qu’est cette Malouinière, parmi les quatre les plus représentatives du territoire du Clos Poulet, La Bréhaudais, d’autant plus surprenante qu’elle se trouve « cachée » au milieu d’une zone commerciale, typique par sa simplicité et accueillante au possible avec son parc d’un hectare, étonnant ! et enfin Le Violier, très bien rénové par ses propriétaires, redonnant ainsi du lustre à un manoir occupé autrefois par Charles Rouxin, juriste, homme politique qui fut notamment maire de Saint-Malo au 19ème siècle, et plus récemment par la famille de notre vice-Président, André O’NEILL.

Une très belle journée conviviale et instructive d’où l’on ressort avec un sentiment de reconnaissance pour le courage, l’entrepreneuriat et l’esprit de conquête dont ces « messieurs » ont fait preuve entre les 17 et 18èmes siècles, notamment dans de très nombreux domaines, dont celui de la construction de leurs « maisons des champs ».

24 mai 2018 : une sacrée bonne nouvelle  pour le Pays de Dinan : Dinan Agglomération a inauguré 28 bornes wifi réparties sur les zones touristiques de douze communes. Lien social autant que vecteur de communication, ce nouvel équipement permettra d’optimiser l’accueil des visiteurs et leur capacité à diffuser leurs émotions par les réseaux sociaux. Un moyen de promotion pour notre territoire. Il ne fait pas de doute que d’autres communautés de communes qui structurent notre territoire « Entre terre et mer, des gens de caractère », suivront prochainement cette remarquable initiative qui a demandé 3-4 ans d’instruction et un budget de 94 0000 € dont 39 000 € financés par l’Europe. Bravo ! (Source : Le Petit Bleu)

– 23 mai 2018 : Poursuite de nos travaux sur le développement du CathédralOscope : « Plus qu’une pépite culturelle en Bretagne, au cœur du Pays de Rance-Emeraude, pour comprendre l’univers des cathédrales », le projet est d’en faire aussi un lieu d’apprentissage unique et innovant en France. Il s’agît de proposer notamment une redécouverte de ce lien entre l’esprit et le corps qui a caractérisé ces différents bâtisseurs de Cathédrales. A suivre.

– 22 mai 2018 : Participation à la présentation à Nantes du projet  « Traversée moderne d’un vieux pays » voir la carte ci-joint : Ce projet, que nous suivons activement depuis le 5 septembre 2017 (voir ci-après), a été présenté ce jour, à la presse et aux acteurs du tourisme. Les représentants au plus haut niveau  des quatre collectivités qui se sont associées pour ce projet, ont souligné le gros travail de concert qui a été fait entre leurs équipes  à  l’élaboration de ce parcours particulièrement original et singulier tout à la fois. Il a été conçu comme « une ode à l’itinérance, aux joies du nomadisme temporaire, à l’imprévu de la prochaine étape » qui vous interpellera par la beauté des sites proposés, celle du patrimoine bâti proposé ou bien encore celle des oeuvres exposées. « De l’Atlantique à la Manche, entre terre et mer, « Traversée moderne d’un vieux pays », ce sont des trésors méconnus, des plages secrètes, des paysages naturels, de grandes expositions mais aussi de bonnes adresses pour découvrir autrement ce territoire », dans lequel le « Pays de Rance-Emeraude, ce territoire entre terre et mer, des gens de caractère », a toute sa place.

C’est pourquoi, présents à cette belle manifestation de lancement, nous avons confirmé officiellement notre soutien à ce projet. Plus encore, nous avons exprimé clairement notre volonté d’être force de propositions, autant que de besoin, sur la partie du parcours allant de Becherel en Bretagne Romantique au Mont Saint-Michel, en Manche littorale. Nous disposons d’offres possibles dès à présent. Notre déclaration  fut saluée par des applaudissements. Pour en savoir plus aller sur : www.voyage-en-bretagne.com

– 16 mai 2018 : Réunion de travail avec le fondateur du CathédralOscope, Olivier Delépine : à l’ordre du jour : mieux valoriser encore le site, en développant son contenu par des actions de réveil à l’apport de la période du Moyen Age à notre territoire, construire une démarche aboutissant, si possible, à une reconnaissance nationale, et enfin, associer l’art de l’enluminure en l’ouvrant au public par des conférences, classes pour enfant ou ateliers ouverts à tous public intéressés. Très bonne réunion constructive. A suivre très prochainement.

– 9 MAI 2018 : RÉUNION DE TRAVAIL AVEC LE DIRIGEANT DE LA SOCIÉTÉ EEGLE, PAR AILLEURS ADHÉRENTE À ETEM.
La jeune entreprise est née d’un constat : il n’existe pas d’outils permettant la centralisation de données territoriales multidisciplinaires : « Avec Eegle, nous souhaitons mettre en place un environnement facilitant les échanges de données numériques, précise Laurent. Il sera également possible de les partager grâce à une interface semblable à un réseau social professionnel avec des contacts, des groupes. » L’OBJECTIF DU FONDATEUR DE CETTE SOCIÉTÉ, LAURENT LE BRETON, EST DONC D‘EN FACILITER L’ACCÈS, LEUR TRAITEMENT, POUR AIDER les acteurs d’un territoire à analyser, comprendre et visualiser les impacts des projets imaginés, surtout ceux concernés par l’approche écosystèmique de la durabilité de l’action. Il s’agît d’une dimension clé pour l’avenir. Elle se caractérise par la transversalité de l’approche, la complexité du traitement des ressources et le suivi collaboratif de sa mise en œuvre. Les secteurs visés sont la mobilité, l’énergie, l’urbanisme, l’aménagement, l’agriculture… La plateforme web Eegle disposera d’une API (une interface de programmation) pour encourager le développement d’applications tierces. « L’idée, schématise l’entrepreneur, c’est de voir la plateforme comme un téléphone portable sur laquelle on va pouvoir créer des applications. On pourrait, par exemple, imaginer des applis pour visualiser la consommation d’énergie et les émissions de CO2 lors de projets d’aménagements. ». Il souhaite tout d’abord tester sa plateforme dans la région, « En Bretagne, nous avons la chance d’avoir des territoires enclins aux expérimentations, affirme-t-il. Nous allons lancer une première phase d’expérimentations/démonstrations, pour valider le service et montrer son intérêt à une échelle régionale ». C’est pourquoi nous avons décidé d’utiliser ce nouvel outil pour donner plus de contenu sur le territoire ETEM et  plus de  visibilité grâce à une cartographique illustrant son histoire, ses éléments constitutifs et sa dynamique. C’est un passage obligé avant d’aller au national, voire à l’international. Eegle porte une attention toute particulière à l’ergonomie et à l’expérience utilisateur pour rendre son offre accessible à toute structure, de la plus petite à la plus grande, privée ou publique, ouvrant ainsi un nouveau outil pour construire des territoires plus durables. Un nouveau marché qui a du sens pour cette jeune entreprise que nous avons décidé d’accompagner. A suivre donc ».

– 30 avril 2018 : Réunion de travail avec la CDC Région Bretagne à Cancale sur le projet « Vivons ensemble » :  Réunion de travail qui s’est déroulée dans un climat excellent et très productif, entre deux experts de la CDC (Rennes), la Présidente de l’Association et le Président d’ETEM. Notre objectif était de bénéficier de leurs conseils pour finaliser le modèle économique et financier du projet « Vivons ensemble ». Une séance de travail très riche qui nous permet aujourd’hui d’être confiant dans la faisabilité du projet, dont les éléments réunis se précisent et confirment, si il en était besoin, de la pertinence de la démarche engagée. Il reste encore plusieurs étapes à franchir, largement éclairées et facilitées par l’apport expert de nos deux interlocuteurs. Leur écoute bienveillante et très professionnelle nous a permis de bien progresser. Leur accompagnement est un atout pour nous aider à construire le dossier particulièrement complexe à monter. Merci à eux. A suivre donc. Voir aussi  « Vivons ensemble » dans la rubrique « Entreprenons ensemble ».

– 25 avril 2018 : Brève escale du Soléal de la Compagnie Ponant à Saint-Malo, un petit clin d’œil à Jean-Baptiste Charcot et son Pourquoi pas ? : Voir à la rubrique « Entreprenons ensemble », le thème « Un Nouveau Pourquoi pas ?

– 22 avril 2018 : Visite au Printemps des Patrimoines à Pleurtuit : Deux belles rencontres à mettre à notre actif : – l’une concerne l’Association Patrimoine du Pays de Pleurtuit en Poudouvre, petite association très active qui a pour objet la valorisation du patrimoine du Pays de Pleurtuit et des territoires avoisinants. Elle publie deux fois par an une revue fort intéressante. Nous avons adhéré et acheté le premier numéro de la revue dans lequel nous avons appris d’où venait le mot « Poudouvre » : littéralement du breton « pou dour », qui veut dire  » pays entre deux eaux », car entre la Rance et l’Arguenon. On en apprend tous les jours et c’est fort sympathique ! Profitons en tous ! – l’autre, plus modeste mais très intéressante, « Dingé Patrimoine » s’attache à valoriser la vie de ce  village de Bretagne Romantique, notamment au moment de la guerre de 14-18, avec un remarquable travail de valorisation des archives collectées auprès de la population, mais surtout s’emploie à la valorisation de la « Rigole de Boulet », équipement essentiel pour le fonctionnement en eau du canal d’Ill et Rance, construit par Napoléon à partir de 1804. Une promenade insolite à faire. Nous la proposerons prochainement, c’est convenu avec nos interlocuteurs passionnés et passionnants.

Sur la route de Saint-Suliac [/ caption]

– 21 avril 2018 : Participation à la réunion d’information organisée par l’association Rance-Environnement à Saint-Suliac: Dédiée à ses adhérents, une quarantaine d’entre eux étaient présents, cette réunion a permis de faire un état des lieux le plus actuel possible sur la problématique de l’envasement de la Rance et les remèdes les plus appropriés à y apporter. Face à une situation  plus critique que jamais, l’association se propose de mobiliser plus ses adhérents sur des actions publiques, à côté de celles engagées et poursuivies auprès de l’EDF et des Pouvoirs Publics. Réunion très conviviale, mais nous en sommes sortis, comme à chaque fois depuis trois ans, sceptique, voir sidéré par l’impasse dans laquelle on vit et on continue de se mettre pour trouver une solution viable à long terme. A nos yeux, c’est faute de capacité des gouvernances locales et territoriales à pouvoir mobiliser les populations concernées sur un vrai projet de valorisation du nouvel écosystème créé par le Barrage, équipement énergétique éco-durable. Je pense, très sincèrement, que la situation à venir dépendra de cette capacité de propositions qu’il nous faut construire, face à une « inertie et des réactions à minima » de l’EDF et de l’Etat, rendues possibles aussi par la propre faiblesse de nos gouvernances locales. A suivre.

21 avril 2018 : Retrouvailles heureuses chez l’un de nos partenaires cibles : le restaurant « Les Charmettes » sur le Sillon à Saint-Malo:  Beau temps calme et lumineux, des clients détendus sous les grands parasols, servis comme à l’accoutumée avec grâce et gentillesse, littéralement un vrai moment de bonheur devant une mer toujours plus émeraude par ce ciel bleu. Ah ! j’oubliais, dans mon assiette, une « tartine chic-fish » à la  nouvelle carte, qui vaut le détour. Bravo et merci à toute l’équipe et tous nos vœux pour cette nouvelle saison. A n’en pas douter, « Les Charmettes » vaut le détour ! Voir aussi la rubrique « Nos coups de cœur »

– 20 avril 2018 :  Participation au lancement de la « Filière Mer CA 35 » à Saint-Malo :  Une belle initiative qui donne un peu plus de sens et de réalité au sein même du Crédit Agricole, à notre écosystème « entre terre et mer ». Une belle soirée de promotion assortie de beaux engagements partenariaux dans l’animation du territoire en soutenant des initiatives valorisant le monde de la mer et ses acteurs ( partenaire de la Course du Rhum, du voilier NAN (1896) et du prix littéraire « Gens de Mer »). A suivre donc concrètement auprès des acteurs économiques et sociaux de la filière, y compris pour notre propre démarche ETEM, notre association ayant, qui plus est, domicilié ses comptes chez le Crédit Agricole Saint-Malo.

20 Avril 2018 : Découverte du Marais de Sougéal (près de Pontorson) : A cœur des 3 500 ha de marais  continentaux associés au fonctionnement global de la Baie du Mont-Saint-Michel, 500 ha sont encore réellement fonctionnels, dont celui de Sougéal (175 ha). Belle visite de découverte de cet espace, d’un intérêt intérêt réel pour l’écosystème de la Baie.

Pour en savoir un peu plus aller à la rubrique « Promenades insolites ».

17 avril 2018 : Intervention devant les étudiants du  »Grade Master professionnel en alternance Terre ET Mer » de SciencesPo Rennes: Les porteurs du projet, dont Jean Ollivro est à l’initiative sont très clairs quant aux objectifs qu’ils poursuivent, en créant ce nouveau de Master.

On en reprendra l’essentiel dans le document de présentation de cette nouvelle formation supérieure.

 » Nos sociétés actuelles sont affectées par des approches et formations en silo (ici la mer, là la terre) qui omettent l’essentiel. Il existe des formations concernant l’aménagement des territoires. On trouve aussi des formations vouées aux dynamiques maritimes. A l’inverse, il n’existe aucune formation consacrée très précisément à cette étonnante ligne de crête Terre ET Mer qui crée des emplois décisionnels transversaux, déclenche aujourd’hui des progrès, suscite une forme de réconciliation entre l’espèce humaine et son milieu, est parfois même porteuse de prospérité et de paix quand les milieux sont bien aménagés. En partenariat étroit avec les entreprises et en favorisant des processus de formations alternées (IEP, entreprises), l’objet de ce grade master est donc de préparer très concrètement à ces métiers d’aujourd’hui et surtout de demain. L’interaction terre-mer, c’est aujourd’hui la valorisation d’énergies maritimes sempiternelles et gratuites capables de couvrir six fois les besoins humains sans dégagement de CO2. C’est le déverrouillage en amont des conflits pour permettre l’essor de ces nouveaux projets, l’analyse précise des nouveaux aménagements urbanistiques flottants autonomes au plan énergétique, l’aide au portage concret de projets valorisant ici les vers marins offrant des substituts au sang humain, là de nouveaux offres et produits alimentaires valorisant le « bien-être », ayant des incidences clés sur l’alimentation et la santé. C’est encore une gouvernance transversale valorisant les territoires et « meritoires » en animant des réalisations effectives, la redécouverte des zones hybrides qui s’avèrent les plus prolifiques pour produire de la biomasse et de la biodiversité, la dynamisation industrielle durable fondée sur les biotechs, le biomimétisme et de multiples espèces naturelles proposant des solutions écologiques… La formation sera systématiquement fondée sur des partenariats avec des structures fédératrices et d’autres grandes écoles (ENS Rennes, Agrocampus…) de grands groupes, des E.T.I, des PME-PMI, voire des TPE et start-ups qui, d’une façon ou d’une autre, fertilisent ces interactions. Cette mobilisation d’organisations hétérogènes, privées, publiques, à but lucratif ou non, est une démonstration de leur responsabilité sociétale. L’enjeu n’est en aucun cas de créer une formation développant tous les sujets. Elle sera au contraire extrêmement précise et ciblée pour valoriser et capitaliser les initiatives réussies, les approfondir en accélérant les processus, actions et emplois opérationnels valorisant la Terre par la mer et la mer par la Terre. Par ailleurs, l’IEP de Rennes en Bretagne, de terre et de mer, crée ce grade Master avec une volonté internationale. Le grade master professionnel sera donc destiné aux emplois décisionnels d’une approche transversale qui orientent nos sociétés vers l’avenir grâce à une approche fine et globale tout à la fois, c’est à dire écosystèmique, des mutations sociétales, normatives et technologiques. En lien avec les autres compétences internationales et bretonnes (le premier pôle européen de recherche maritime à Brest).

Ce master créé une approche transversale pour révéler les atouts et talents de nos territoires » et plus particulièrement le nôtre, dans sa quête d’une cohérence écosystèmique et historique retrouvée pour aborder l’avenir avec entrain.

En un mot, il s’agît d’une initiative originale, essentielle à laquelle nous avons participé, en intervenant, ce jour, auprès des étudiants de la première promotion.

ETEM accompagnera ce projet avec détermination et en réunissant les compétences adéquates au sein de son propre réseau et en participant à cette mobilisation inédite d’organisations diverses et multiples sans laquelle on ne pourra préparer « sérieusement » les jeunes générations aux emplois stratégiques de demain.

– 16 avril 2018 : Première réunion de travail sur la valorisation et le développement  du Cathédraloscope  et de son environnement : les grandes lignes  du projet, porté par le fondateur-directeur, ont été posées sur la table, lesquelles devront être précisées et nourries par une approche territoriale proche, s’appuyant sur les légendes médiévales ou plus lointaines encore dans le temps,. Une journée de travail a été fixée le 16 mai prochain.

– 14 avril 2018 : A.G. de notre Association à l’Hôtel L’Univers à Saint-Malo :  Excellente rencontre entre nous  (40 présents), qui nous a permis de faire le bilan de notre première année d’exercice et de jeter les perspectives 2018 de nos actions. Un prochain retour sera fait à tous par envoi séparé et mis ensuite sur le site à la rubrique « Association ».

La presse en a repris l’essentiel avec un intérêt évident. Vous en retrouverez, très prochainement, les extraits dans la rubrique « Revue de presse ».

– 11 avril 2018 : Participation aux Ateliers de la stratégie économique de Dinan Agglomération :  Une journée de travail très intéressante derrière laquelle on pressent la difficulté devant laquelle est cette nouvelle « collectivité » : trouver et affirmer son identité, tout en prenant en compte le territoire dans lequel elle est partie prenante : le territoire Rance Emeraude, un territoire ‘entre terre et mer, des gens de caractère ». Intéressant à suivre, car naturellement tous nouveaux élus ont une vision de  » l’entre soi pour s’affirmer et exister par rapport aux autres ». Nous continuerons d’être contributeur à ces ateliers pour consolider notre propre vision.

– 10 avril 2018 :  Rencontre avec la C.D.C. à Rennes : Il s’agissait  de préparer notre intervention devant les étudiants du Master Terre ET Mer et de partager l’approche du modèle économique  et financier le plus pertinent pour le projet « Vivons Ensemble » que nous accompagnons. Notre interlocuteur, Monsieur Le Glass, enthousiaste sur le projet, nous a assuré de sa mobilisation et de celle de ses collègues, pour accompagner les porteurs du projet. Très bonne rencontre. 

– 09 avril 2018 : Première rencontre avec L’hôtel-Restaurant de l’Abbaye, sur la commune du Tronchet : Cet établissement fait partie de ceux qui sont susceptibles de faire partie de ce réseau « coups de cœur » que nous voulons construire sur le territoire, en terme d’hospitalité. Voir « hospitalité » dans la rubrique du site, « Nos coups de cœur ». A suivre.

– 6 avril 2018 : Rencontre avec le directeur du CRESCO, Eric Feunteun ; Echanges sur notre démarche et nos relations avec l’Association « La Pilotine », dont il vient d’être porté à la Présidence. Nous sommes convenus de travailler plus encore en concertation avec cette « association amie », voir dans la rubrique du même nom sur notre site. Nous avons par ailleurs convenu de proposer fin Octobre à nos adhérents et ceux des associations amies dinardaises sur le thème suivant : « La biodiversité marine en partage : un enjeu pour la Côte d’Emeraude ».

– 4 avril 2018 : Promenade insolite au cœur de la forêt domaniale de Mesnil 

Découverte d’une « allée couverte mégalithe« , très beau témoignage du culte de la Déesse Mère à l’origine de la croyance en la maison des Fées. Voir la rubrique « Voyageons ensemble »,  promenades insolites.

– 31 mars 2018 : participation à l’A.G. de l’ASPPPSMD à Saint-Malo:  l’année qui commence s’annonce sous les meilleurs auspices pour l’association, avec la reconnaissance de son expérience et de son savoir-faire en matière de sauvegarde du patrimoine par l’admission de sa candidature pour être membre d’ICOMOS France, association en charge du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cela permet ainsi  à l’association de proposer son expertise sur des sujets tels que l’évaluation environnementale pour la protection du patrimoine ou bien la participation du public sur les questions de sauvegarde du patrimoine et de l’environnement (sujets qui seront mis en ligne sur leur site internet). Son action pourra donc intervenir  sur d’autres parties du territoire, en Bretagne, mais également en Creuse, en Normandie ou en Corse, par exemple. Autant de grands défis à relever en 2018, sans pour autant négliger les préoccupations locales d’aménagement du territoire, de restauration du patrimoine et de sensibilisation du public. L’Association, sur proposition de sa Présidente, Véronique Michel Gicquel a décidé de changer de nom en retenant, à l’unanimité des membres présents, celui de « Sauvegarde du Patrimoine », plus lisible que celui actuel. Un partenaire potentiel pour ETEM ! Pour en savoir plus : aller sur le site : http://www.aspppsmd.bzh/ 

– 30 mars 2018 : participation au « déjeuner de rentrée » d’Actidol  à Dol de Bretagne : Moment toujours convivial et animé autour des tables, preuve s’il en était besoin de la dynamique de ce territoire, expliquée pour partie par les bonnes relations qui existent entre les élus de la communauté de communes et les acteurs économiques. Une belle occasion pour nous d’échanger sur l’intérêt que nous lui apportons, notamment avec nos échanges sur plusieurs projets de valorisation du territoire, dont le cathédralOscope. Un contact a été établi avec l‘association DPI qui porte « le mois de la Photo à Dol de Bretagne », qui se tiendra cette année du 2 au 24 juin. A suivre.

– 28 mars 2018 Première rencontre avec Monsieur Huan Li,  Président de l’Association France-Shaanxi, à Saint-Malo : De passage à Rennes au retour d’un voyage de prospection, grâce à l’intermédiation de Ye Peng, notre associée partenaire, nous avons pu recevoir Monsieur Huan Li à Saint-Malo même, pour une rencontre très étonnante à plus d’un titre. Nous nous connaissons bien et avons eu un réel plaisir de nous retrouver pour partager notre « amour » partagé sur Xi’an et la province du Shaanxi. Comme avec tout chinois qui se respecte, nous sommes allés très vite sur le concret et avons échangé, jusqu’assez tard dans la nuit, avant qu’il reparte sur Lille, sur nos projets de séjours croisés, valorisant les patrimoines respectifs de nos deux territoires. Nous sommes sûrs de bénéficier de son soutien et de celui de son association. Présent à Xi’an à partir de dimanche, il a été convenu qu’il rencontre nos interlocuteurs sur place. A suivre donc.

– 27 mars 2018 : Rencontres avec Laura Lepers, naissance d’un projet viti-vinicole en Rance :  Diplômée d’un Master de Géopolitique de l’IFG Paris et préparant actuellement le DIPLOMA, niveau 4 du WSET London, Laura, que nous avons rencontrée dans le cadre de nos actions avec le CJD, se définit d’abord comme une oenoexploratrice, une véritable curieuse du monde viticole qui  nous entoure.
Très vite, Christian Stévanin, sommelier et enseignant au Lycée hôtelier de Dinard  deviendra un réel mentor et ami au moment de ses balbutiements de dégustatrice, il y a plusieurs années. Une autre rencontre, après son expérience de caviste à Saint-Malo, celle faite avec Eric Beaumard, chef sommelier et directeur du restaurant Le Cinq au Four Season George V à Paris, sera déterminante dans son choix de se  lancer dans son aventure entrepreneuriale et œnologique en créant « Anna and Wine ». Son projet est de transmettre le savoir faire autour du vin, sa culture, son art à rendre conviviale une rencontre, en faire un gisement de créativité partagée. Convaincue que les femmes ont un rôle à jouer dans ce domaine, elle intègre l’association internationale WomenDoWine.  Disposant d’un agrément en tant qu’organisme de formation, elle anime plusieurs séminaires d’entreprises ou forum autour du vin et initie les amateurs, à l’art de son appréciation. Elle découvre et devient adhérente du Clos Garo de Saint-Suliac (à proximité de Saint-Malo) en décembre 2017. En Mars 2018 elle devient « vigneronne » et se lance dans un beau projet qu’ETEM accompagne.

Il s’agît d’un projet expérimental et de recherche autour de la réhabilitation d’un vignoble historique, celui de la vallée de la Rance, dans une perspective d’économie circulaire et de respect de la biodiversité des parcelles retenues. Plusieurs parcelles serviront de bases d’expérimentation, dont celle du Clos Garot bien évidemment, mais aussi sûrement sur le plateau des Iffs, où existèrent des vignes de du Guesclin, ou encore à Langrolay ou au Minihic sur Rance par exemple. L’Ecole Supérieure des Agricultures (ESA) que nous avons approchée, a accepté d’accompagner le projet. « A consommer donc, mais sans exagération » !

Pour en savoir plus aller sur  : www.annaandwine.com

– 23 mars 2018 : nouvelle réunion de travail avec Ye Peng, fondatrice de l’agence réceptive Kaéid’Ouest, notre partenaire : Après avoir arrêté ensemble les derniers points de notre première offre de parcours à nos prochains visiteurs, dont nos amis chinois : « L’histoire merveilleuse de la Rance », dont les éléments de promotion seront disponibles d’ici quinze jours, nous sommes partis en repérage pour construire notre deuxième offre.

Il s’agira de partir à la découverte des traces du Moyen âge au cœur et autour de la baie du Mont Saint-Michel et de montrer à nos visiteurs, la qualité de la production des agriculteurs respectueux de la biodiversité des lieux, largement marqués par la présence de la mer (côte) et des eaux (marais, polders…). 140 kms, aller-retour, huit heures d’approches de sites remarquables, de rencontres avec des passeurs de mémoire magnifiques ou de lieux ou établissements insolites à fort contenus et traces patrimoniaux. Citons dans notre approche première : Notre Dame du Verger, la pointe du Grouin, la Chapelle Notre Dame, l’approche du Mont par les polders et la Maison des polders, des exploitations agricoles de la baie, le télégraphe de Chappe, Dol de Bretagne, son cœur de ville moyenâgeux,  sa cathédrale, le CathéladrOscope, le monastère de Beaufort et son « cadre », Le Tronchet, son abbaye et l’hôtel restaurant de l’Abbaye, magnifique restauration accompagnée d’une démarche « éco- alimentaire et viti-vinicole.

Reste à mettre tout cela en musique. Notre prochaine approche sera consacrée à la période des 19 ème & début du 20 ème siècles avec le développement des stations balnéaires de Dinard à Pléneuf-Val-André. Un autre histoire patrimoniale !

Une autre opportunité pour continuer de travailler avec notre partenaire, particulièrement efficace et agréable. Ce fut encore un bon moment que cette journée du 23 mars. A suivre donc.

Le 22 mars 2018 : Nouvelle rencontre autour des photos de Guillaume Aussant : Suite à l’exposition photographique des 10 et 11 Mars organisée à l’initiative del’association ETEM, Guillaume a eu l’opportunité de pouvoir réitérer l’expérience pour le groupe Roullier qui organisait un After-work à l’Hôtel de L’Univers le 22 Mars dernier. Comme précédemment l’exposition comprenait 8 grands panneaux et un déroulé de photos sur écran, accompagnés de ses commentaires et explications. « Ce fut un moment riche en échanges et en partages qui a enthousiasmé le public présent ». Plus de 70 personnes sont venues discuter et découvrir les murs de Saint-Malo à travers ses images. Commentaire de Guillaume : « J’ai été touché par l’écoute et la sensibilité partagées, et ces événements m’encouragent à pousser plus loin mes photographies pour de nouvelles aventures sur l’ensemble du territoire « entre terre et mer », notamment. »

Guillaume Aussant – Coucher de soleil à Bon-Secours.

Des pistes sont déjà engagées.

17 mars 2018 : Participation à la fête de printemps, organisée par la Société Gaïago (www.gaïago.eu) à Saint-Rémy du Plain : Cette idée est née des échanges qu’elle a régulièrement avec ses agri-partenaires et ses clients référents.  Elle répond à plusieurs objectifs dont celui de lutter contre l‘agribashing, tellement usuel aujourd’hui, sans aller plus avant dans la connaissance des innovations que plusieurs agriculteurs portent depuis quinze ans en matière de nouvelles pratiques culturales pour la durabilité des ressources de la planète et la sauvegarde du  climat. En créant cet espace de discussion entre agriculteurs aux bonnes pratiques et jardiniers amateurs éclairés ou non, la population de proximité, Gaïago veut combler le déficit de notoriété dont les agriculteurs souffrent et renforcer la pertinence de sa présence  sur le secteur.. En effet, celle-ci, nouvelle sur son marché, doit franchir beaucoup d’obstacles liés à l’organisation historique de la profession agricole, encore accrochée à  ses propres paradigmes et habitudes induits par la nécessité, il y a plus de quarante, de nourrir la population française, notamment.

Son approche permet de redonner la vie au sol et aux plantes par des moyens naturels accompagnant de nouvelles pratiques agricoles. C’est une entreprise, dont le développement se consolide davantage chaque année avec de très belles performances à l’international, que nous accompagnons avec enthousiasme et qui fait partie de nos partenaires significatifs. (Voir la rubrique « partenaires »)

Cette journée s’est voulue aussi conviviale et généreuse, puisque l’intégralité des ventes de cette journée sera reversée au centre Eugène Marquis de Rennes pour la lutte contre le cancer. Ce fut une belle journée de rencontres. Bravo aux organisateurs.

– 16 mars 2018 : Rencontre avec Patrick Poivre d’Arvor : Organisée par Saint-Malo entreprises, cette rencontre qui a traité de Saint-Malo comme terre d’aventure, nous a permis d’évoquer avec l’auteur l’état d’avancement du projet « Vivons ensemble » dont il est un des parrains, ainsi que celui de notre association ETEM et de son activité. A cette occasion nous avons pu acheter le livre co-écrit avec son frère Olivier : « Héros des mers », paru fin 2017. Voir la rubrique « Coups de cœur »

Le Périscope

– 15 mars 2018 : Participation à la réunion de présentation du projet « Le Periscope » à Cancale : La Baie du Mont-Saint-Michel est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979. A l’invitation de l’UNESCO, les collectivités locales ont engagé une réflexion en coopération avec l’Etat, visant à définir un projet de territoire à même de conforter le développement durable de cette Baie, et de sa valeur universelle exceptionnelle. Au-delà de cette réflexion et à titre d’exemple, les élus locaux ont souhaité engager une opération concrète de valorisation de 4 lieux belvédères représentatifs de la diversité de la Baie, à Genêt, Avranches, Vieux-Viel et Cancale. Pour Cancale, il s’agira de la Pointe du Grouin

Les 2 et 3 avril, un périscope sera réalisé avec le collectif « Quand Même » comme outil d’interpellation, en contrebas du restaurant, près du sentier balisé. Il se présentera sous la forme d’un jeu de miroir  particulièrement pertinent et audacieux, comme il y en aura un sur chacun des sites  désignés pour valoriser les belvédères qui sont des points de vue répartis autour de la baie. Tous les habitants de Cancale et des environs sont  donc invités à participer sur ces 2 jours à la mise en oeuvre de ce premier périscope avec le  collectif  « Quand Même », sous forme d’une « résidence temporaire », organisée  de la manière suivante : LUNDI 2 AVRIL : Installation d’un stand d’informations et d’échanges – Aménagements des abords, et adaptation au site. – Ancrage du socle. MARDI 3 AVRIL : Éléments de l’œuvre préalablement préfabriqués en atelier. – Rencontre, et échanges. – Buffet inaugural à partir de 18 heures auquel chacun est appelé à participer. Cette œuvre éphémère sera visible jusqu’à fin juin et des animations viendront ponctuer sa réalisation.

L’Association ETEM salue cette démarche originale, innovante. Elle appuiera sa mise en oeuvre autant que possible et ce, jusqu’au mois de juin. Il s’agit d’initier un mouvement d’appropriation par la population et les acteurs de la baie, de son histoire, de son patrimoine et de son avenir. Il faut réussir ce challenge, car il y va pour partie de consolider l’inscription de la baie au « Patrimoine mondial de l’Unesco », mais aussi d’affirmer une fois de plus la « caractéristique » rare et sublime « entre terre et mer »  du territoire  » Rance Emeraude » que nous portons.

D’autres rencontres sont prévues, dans le même esprit et sous la même forme, à : Vieux-Viel, les 5 & 6 avril – Avranches , les 9 & 10 avril et Genêts, 12 & 13 avril, où nous serons présents, un de nos membres étant concerné depuis longtemps dans les projets de ballades autour du Mont.

A bientôt donc à nous retrouver pour accompagner et vivre cette initiative qu’il faudra rapprocher de !’aventure du CathéladroscOpe qui se développe à Dol de Bretagne. Voir ci-après.

– 13 mars 2018 :  Réunion de travail au CathédralOscope à Dol de Bretagne : Nous étions convenus avec Olivier Delepine, l’initiateur et directeur du lieu de nous rencontrer pour étudier la faisabilité de tenir une conférence et d’organiser une exposition sur le thème de l’enluminure spirituelle autour de l’oeuvre de Noura Sami. Voir à la même rubrique notre article du 26 janvier 2018. Ce fut pour nous tous une redécouverte de ce lieu magique et très pédagogique qu’est le « Cathédraloscope, le mystère des cathédrales et des compagnons bâtisseurs », www.cathedraloscope.com, visite illustrée par les commentaires de notre guide du mo

Montmuran: entrée du château [/ caption]

ment. Cette visite nous a confirmé dans la pertinence du choix du lieu pour notre projet. La rencontre entre Olivier et Noura, alimentée par la présentation de quelques pièces de Noura fut décisive et emporta l’adhésion de tous à l’idée de mettre en oeuvre le projet pour les journées du patrimoine de 2019. Chacun a donc convenu d’élaborer une proposition, consistant à associer à l’évènement projeté, un ensemble de produits pédagogiques autour de l’enluminure, dédiés aux enfants en classe  scolaire ou pas, ou groupe d’adultes dans le cadre par exemple de l’Université du temps libre. Une belle rencontre avec la direction de l’Office de tourisme de Dol, en suivant, nous a permis de préciser les conditions de l’accueil de l’exposition. 

Une très belle rencontre et de belles perspectives pour nous tous qui viennent bien compléter celle que nous sommes en train de définir sur le thème de l’enluminure de la vie au quotidien et de la chevalerie. Celle-ci devrait se mettre en oeuvre pour les journées du patrimoine de cette année 2018. Ce, au cœur de notre territoire, celui aussi de du Guesclin, au Château de Montmuran, grâce à l’obligeance de la famille de la Villeon. A suivre donc.

– 10 et 11 mars 2018 : Exposition du Photographe Guillaume Aussant cette première exposition des photos de Guillaume Aussant que nous avons construite

, avait pour objectif de montrer la dimension « entre terre et mer » de notre territoire et les merveilles qui en découlent, qui sont là, disponibles pour notre bien-être, notre émerveillement et notre créativité.
Cette première fois était consacrée à Saint-Malo et Guillaume nous a régalé en nous présentant 8 grands panneaux et un déroulé de photos sur écran, accompagnés de ses commentaires ou explications particulièrement intéressantes.
C’est donc une belle exposition réussie, bien construite, avec une « mise en scène » adaptée au lieu prestigieux, de style 19 siècle qui l’accueillait. Nous étions

 accueillis au cœur de l’ancienne salle qui servait de lieu à l’organisation des bals publics à Saint-Malo, aujourd’hui partie de réception de l’Hôtel de l’Univers.

Originalité à noter, bien dans l’esprit d’ETEM, Guillaume a présenté ses photographies sur un support fait d’une bâche tendue par un support autoportant, composé d’une toile trempée dans du PVC, très résistante et offrant l’avantage de s’adapter parfaitement à tout type de lieu. Cette technique de présentation permet également de pouvoir réaliser de très grands formats, ce qui permet au public de rentrer de plein pied dans la photo exposée. Pour ailleurs, Guillaume, pour en tirer le meilleur parti possible, travaille avec des encre ECO-solvant qui offrent un très beau rendu satiné, très résistant et dont les déchets d’impressions sont recyclés pour réduire au maximum l’impact sur la planète.

Une trentaine de personnes ont participé aux deux rencontres proposées par Guillaume et une centaine de visiteurs sont venus voir l’exposition.
C’est une « première » que nous comptons renouveler avec Guillaume, lequel a particulièrement apprécié les moments d’échanges qu’il a pu partager avec le public durant ces deux jours.
Ce fut deux jours de bonnes émotions et de belles rencontres ! 

– 10 mars 2018 : Participation à l’Assemblée Générale de l’Association Mémoire et patrimoine des Terre-Neuvas, à Saint-Benoit des Ondes :  Forte de plus de 500 adhérents, dont certains étrangers, l’assemblée générale de l’association est toujours un moment fort de son activité. Chaque fois, c’est plus de d’une centaine des adhérents qui y participent, dans une ambiance conviviale et chaleureuse, largement alimentée par les « souvenirs de mer » qui les rassemblent. L’exercice 2017 a été conforme aux prévisions, tant en ce qui concerne la fréquentation du musée que les différentes activités auxquelles participe l’association. L’ouverture aux classes d’écoles du Pays de Saint-Malo pour les sensibiliser à l’histoire de la pêche morutière en a touché 16. 2018 verra l’aboutissement d’un des objectifs de l’association, à savoir la réalisation d’un film documentaire sur la vie à bord des chalutiers, film réalisé par le malouin  Alain-Michel Blanc dont la sortie est prévue pour le mois de juin 2018. Evidemment la question de la place de l’association et de son patrimoine dans le futur Musée maritime a été évoquée. Affaire à suivre donc, le président de l’association, Hyacinthe Chapron est membre de la commission de pilotage du projet.

– 3 mars 2018 : réunion du bureau : mise à jour du programme des animations proposées, préparation de l’Assemblée Générale du 14 avril 2018, validation du projet de lettre n°8.

24 février 2018 : Participation à l’Assemblée Générale de l’Association « Un soir au Moulin du Prat ». Très bonne participation des adhérents, 44 présents sur les 77. Assemblée conviviale au cours de laquelle on sent que la « vie » du Moulin, après sa restauration, est le sujet de chacun, un sujet qui les réunit tous. C’est d’ailleurs l’objet social de l’association créée, il y a quatre ans, en relai de la première. Chaque adhérent nouveau reçoit un petit livret très bien fait et très complet sur l’histoire originelle du Moulin du Prat, sa restauration et l’animation créée autour de son fonctionnement. L’activité de 2018 se poursuivra dans la ligne de celle de 2017, à savoir journées d’entretien et journées d’animation, dont la plus grande prévue le 11 août.Très belle matinée au cours de laquelle j’ai pris plaisir au retour à prendre le chemin du meunier  qui conduit au Moulin et y saisir quelques belles images. Belle matinée comme seul ce territoire « Entre terre et Mer » sait nous en donner.        

– 20 février 2018 : Réunion de travail sur la préparation de notre prochaine conférence qui traitera du sujet autour du thème suivant : « Economie de transition, une chance pour une économie humaine, une dynamique pour notre territoire ».

17 février 2018 : rencontre dédicace avec les auteurs de la Bande dessinée « Bleu amer », Sophie Ladame et Sylvère Denne à Saint-Malo :  Oeuvre originale sous forme d’une fiction mettant en scène l’arrivée d’un parachutiste américain sur Chausey. Sa présence va rompre le ronronnement de la vie des insulaires jusqu’alors tenus à l’écart des affres de la guerre. Oeuvre très riche, composée par une belle association entre les textes imaginatifs de Sylvère et les dessins de Sophie. A avoir et à lire.

– 16 février 2018 : Participation à l’Assemblée Générale de l’Association  Bordées des Singes, à Saint-Suliac : Pour la deuxième année de son activité, l’Association  a réuni une quarantaine de participants dont les représentants d’une bonne dizaine d’associations des rives de Rance. Ce qui a été le plus marquant, c’est  bien l’état d’esprit coopératif qui était partagé par tous, montrant à l’évidence que le pari engagé par Bordées des singes, il y bientôt deux ans, était en train de prendre, augurant ainsi un bel avenir ! Les flyers et affiches « La Rance en fête » présentant 13 manifestations autour des patrimoines fluviaux et maritimes de la Rance, programmées au cours de l’année 2018   ont été distribués aux membres présents et seront à la disposition de tous dans les mairies, offices de tourisme, capitaineries, centres nautiques, chantiers etc… dès début avril)Très belle soirée, qui s’est déroulée en un lieu  insolite, à savoir la « cabane » de l’association « Les copeaux d’à Bord », association qui « valorise » le Saint-Expédit,  un maquereautier long de 6 mètres, construit en 1927, par le chantier naval Lasnier-Le Breton à Cancale.%